Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 02:30
Nous profitions d’être réunis pour faire le compte rendu de nos actions lors de cette Journée Mondiale de l’Enfant en terminant la soirée à faire gentiment la « fête » entre hommes.  A un moment donné une femme lança son dévolu sur Kerim… Des propos incongrus lui furent lancés… «T’es Albanais, toi ?... T’es arabe ?... Tu es Albanais !... Sale arabe !... Je ne sais pas supporter les arabes !... Ils m’ont tant fait souffrir ces arabes !... » etc…

Puis Kérim, toujours souriant l’invita à notre table en lui offrant un verre.  En s’asseyant près de moi et d’Haci, elle tenta de s’emparer de ma casquette BURBERRY que je mis immédiatement en poche, pour préserver mon crâne rasé du froid hivernal.  « Toi, avant que je ne sorte, j’aurai ta casquette… » me lança-t-elle en me pointant du doigt.  A chaque fois, Kerim lui répondait pas des paroles gentilles et apaisantes.  Puis on s’est tous pris de fous rires en voyant qu’elle manqua sa tentative d’allumer Kerim et qu’elle s’en prenait alors à Philippe, lui disant qu’elle pouvait l’aider… « Je vois bien sur ta figure qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez toi.  Je suis dans le social et je peux t’aider… » lui dit-elle. 

Philippe lui répondit alors qu’il n’avait besoin d’aide de personne…

Ensuite, elle s’en prit à Haci, pensant qu’elle aurait plus de chance avec lui.  Peine perdue… Quant à moi, le papy de 64 ans, étant hors normes pour cette jeune femme, elle se leva et alla s’asseoir à la table voisine où venaient de s’installer deux nouveaux clients.  OUFFFFF… me dis-je… elle a oublié ma casquette !

Quelques temps plus tard… des bruits de voix se firent entendre derrière nous… Aussitôt, cette femme quitta le bistrot.  Les deux hommes, qu’elle venait de quitter, commençaient à s’énerver sérieusement, en raison des insultes qu’ils reçurent aussi de cette inconnue.  Le calme revenu, je demandai à la serveuse si elle connaissait cette cliente.  Non, me dit-elle, c’est la première fois que je la vois.  Nous étions 6 hommes dans ce bistrot, à 2h du matin.  Et sur les 6 hommes, un seul, à bout de patience, a failli lui mettre une bonne claque à cette femme… pour qu’elle cesse de les insulter.  OUFFFF… un cas de violence en moins, dans les statistiques de Charleroi, grâce à notre présence.  Nous les quatre Papas, tous condamnés de violence, et de (…) n’avons été que des êtres humains dotés d’écoute et de compassion pour cette inconnue en souffrance…

 

Alors, vous voulez toujours parler de la violence des hommes envers les femmes ?  A bon entendeur…

 

Michel

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Willekens - dans Société
commenter cet article

commentaires

Anonyme 14/08/2010 19:45



La violence conjugale est synonyme de femmes battues !


 


Maintenant, ça suffit !


 


Que l’on arrête ce battage médiatique indécent !


 


La violence n’a pas de sexe. Les hommes sont autant violentés que les femmes !


 


En outre, il faut rappeler que des études pointues américaines et anglaises que des études pointues, américaines et anglaises, dévoilent que 78% des enfants victimes de la violence psychologique est causée par des
femmes.


Tous les professionnels le savent mais les exploiteurs de
la violence n’en parlent pas tentent de camoufler le phénomène.


 


Médiation familiale et conjugale http://pem.mediation.free.fr/BFF/articles.php?lng=fr&pg=494



Anonyme 14/08/2010 15:56



Des études pointues, américaines, dévoilent que 78% des enfants victimes de la violence psychologique est causée par des
femmes.



Nemo 06/07/2010 13:21




LA VIOLENCE FÉMININE…


Courtrai: une mère tue son fils de 12 ans


Belgique - Faits divers mardi 6 juillet 2010 - 12:12


Un drame s’est joué ce mardi matin dans une habitation de Courtrai. Une femme a tué son fils de 12 ans dans sa chambre.


 


Ce mardi aux alentours de 8 heures, une femme a abattu son fils de 12 ans dans une habitation de la Weversstraat, à Courtrai,
confirme la police locale. Le motif reste, à l’heure actuelle, encore inconnu. Le drame s’est joué dans la chambre du jeune garçon. Le laboratoire judiciaire, le parquet et le médecin légiste
sont arrivés sur place pour effectuer les premiers relevés d'empreintes.


http://www.rtlinfo.be/info/belgique/faits_divers/721353/courtrai-une-mere-tue-son-fils-de-12-ans


 


Remarque :


Les femmes sont plus nombreuses à commettre des actes de violences : sur leurs enfants, sur leurs conjoints et sur les personnes âgées et en particulier sur
les pensionnaires des Maisons de Retraites… Malheureusement, nos responsables politiques n eprennent aucune mesures pour endiguer cette barbarie.



Will 07/06/2009 23:40

Treize ans de prison pour une mère infanticide
JUSTICE | Le Tribunal criminel de Lausanne a condamné une mère de 38 ans qui avait noyé son fils dans la baignoire.
http://www.tdg.ch/actu/suisse/treize-ans-prison-mere-infanticide-2009-06-05
Georges-Marie Bécherraz | 06.06.2009 | 00:03
«Ignoble et méprisable. Elle a sacrifié son fils d’une manière particulièrement atroce pour le soustraire à son père et satisfaire son envie de vengeance.» Le Tribunal criminel de Lausanne avec jury refuse de croire que cette mère de 38 ans était sous l’emprise d’un désarroi excusable, comme l’avait plaidé la défense. «Sa relative indifférence et son manque d’affect au lendemain du drame peuvent être pris comme indicateurs de son état d’esprit au moment d’agir», souligne la Cour pour expliquer pourquoi, comme le procureur général, elle retient l’assassinat pur et simple.
Souffrant de troubles psychologiques, cette femme était persuadée que son mari la trompait, qu’il était alcoolique et violent. «Aucun de ces griefs n’a pu être établi», observe le jugement. Il souligne au contraire que cet homme avait fait de son mieux pour soutenir son épouse. Le jour du drame, elle était seule avec son fils – son époux avait accepté de quitter le domicile conjugal sur conseil d’un psy afin de calmer le jeu.
Sentiment de haine
Les juges admettent que les troubles dont Madame souffrait influençaient sa conception du monde et lui faisaient amplifier les reproches envers son époux. Mais ils sont convaincus que c’est bien un sentiment de haine qui l’habitait lorsqu’elle a maintenu pendant plusieurs minutes son fils sous l’eau, alors qu’elle jouait avec lui dans la baignoire.
Se posant en victime, l’accusée a vainement soutenu devant le Tribunal que son acte résultait de son désespoir et d’une volonté d’emporter avec elle son fils dans la mort. La peine infligée tient compte d’une légère diminution de responsabilité reconnue par les psys ainsi que des regrets de cette mère, même si ceux-ci sont l’expression de sa propre souffrance d’avoir perdu son fils. La défense, qui avait plaidé le meurtre passionnel, a l’intention de recourir contre cette sanction qu’elle estime trop sévère.

Will 04/02/2009 16:05

La Violence des femmes
Message reçu de
Lise Bilodeau,Présidente fondatrice
L'Action des Nouvelles Conjointes et Nouveaux Conjoints du Québec (ANCQ)
10,009 rue Meredith, Québec (Québec), G2B 2K2
 
(…) Nous n’informons pas le public au Québec, annuellement du drame qui s’est déroulé presque en même temps en banlieue de Chicago, à Winnetka, un vendredi 20 mai 1988, une jeune femme de 30 ans, Laurie Dann, entre à l’école Hubbard Wood munie de 3 armes de poing.
Elle se dirige vers une classe de deuxième année et ouvre froidement le feu. Elle tue un élève et blesse grièvement 5 autres! En plus de blesser un jeune athlète l’a où elle se réfugie avant de s’enlever la vie.
Avant le massacre de Montréal, cette femme de Chicago, tira sur cinq garçons en cours élémentaire, empoisonna 2 aides cuisiniers, incendia le bâtiment du Conseil des jeunes juifs, brûla deux jeunes garçons chez eux, tua son propre fils et un jeune garçon de 8 ans l’accusant de l’avoir violée.
Ce que l’on ne veut pas admettre dans cette forme d’hystérie émotionnelle féministe extrémiste, c’est la récupération qu’en font certaines féministes pour décréter que chez les hommes québécois, en eux, sommeil un être violent, et un potentiel « tueur ».
Il n’y a qu’une infime partie des deux sexes violent envers l’autre sexe. Donc, tout ce qui diabolise un genre est sexiste et immoral.
La violence, en cette malheureuse date annuelle, se promène sur les lèvres de la plus part des femmes féministes extrémistes. On multiplie dans les médias l’annonce de nouveaux programmes décriant la violence faite aux femmes. Comme s’il y avait de violence en ce monde que celle faite par les hommes.
 
Non… nous les hommes et les femmes honnêtes… on ne crie pas sur tous les toits que des femmes sont autant violentes que les hommes ! Ni que les femmes tuent plus d’enfants que les hommes…
Mais il fallait quand même le rappeler ici et sur les millions de sites et blogs, pour tordre le cou à ces préjugés tellement imbéciles mais surtout toxiques pour l’humanité.
 
Merci, Lise ! Ce que vous faites, et bien sûr avec votre équipe, pour les familles est digne et humain.
Mes meilleures salutations, Michel Willekens
 
Overblog a dépassé la barre des 8 millions de visiteurs uniques en novembre 2008
 
Overblog devient la première plateforme de blogs en France.
 
Vos idées parcourent le monde !
 
Créez votre Oveblog gratuit sur : http://www.over-blog.com/

Will 10/12/2008 11:47

Violences des femmes envers les hommes…
Plus d’infos ?
Pourquoi ne parle-t-on jamais des hommes battus ?
Elisabeth Badinter- L'intégralité du débat
Femmes-hommes : pourquoi ne parle-t-on jamais des hommes battus ?
http://laviedeperes.over-blog.com/article-14232424-6.html#anchorComment
Et commentaires
« Hommes d’Aujourd’hui » Les défenseurs des droits des hommes et la violence conjugale
Le discours des défenseurs des droits des hommes sur la violence conjugale
Une analyse critique (28 pages)
http://laviedeperes.over-blog.com/article-16967115-6.html#anchorComment
Et commentaires
La violence contre les hommes ou le sacrifice du père !
Il faut que le droit du père soit correctement défendu.  C’est le seul moyen pour que l’on aille vers l’équilibre de l’enfant, de la mère et du père.
Marie ARENA
Ministre de la Fonction Publique
Le Vif – L’Express (Week-end) - 7 novembre 2003, page 68
http://laviedeperes.over-blog.com/article-16189844.html
Et commentaires
La violence de femmes…
Nous profitions d’être réunis pour faire le compte rendu de nos actions lors de cette Journée Mondiale de l’Enfant en terminant la soirée à faire gentiment la « fête » entre hommes.  A un moment donné une femme lança son dévolu sur Kérim… Des propos incongrus lui furent lancés… «T’es Albanais, toi ?... T’es arabe ?... Tu es Albanais !... Sale arabe !... Je ne sais pas supporter les arabes !... Ils m’ont tant fait souffrir ces arabes !... » etc…
Lire la suite sur
http://laviedeperes.over-blog.com/article-14128354-6.html#anchorComment
Et commentaires

L'Après Rupture 07/12/2008 20:12

Lettre ouverteL'après-ruptureAteliers pour les liens père-enfants, Inc.
 "La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera"
                                                                                                            
  (Émile Zola)
6 décembre 2008Le plus grand scandale politique de l'histoire du Québec L'inquiétante  recherche de L'après-rutpture sur le scandale des fausses statistiques du Ministère de la santé et des Services sociaux  en violence conjugale et le troublant chapitre 3 du rapport récent du Vérificateur général du Québec (chapitre 3) sur la gestion des organismes féministes sont pris au sérieux au Canada anglais. La journaliste, madame Barbara Kay, a eu le courage de lever le voile sur ce qui constitue probablement le plus grand scandale politique de l'histoire du Québec. Arnaque féministe qui a englouti en pure perte  au cours des vingt-cinq dernières années des centaines de millions en subventions pour venir en aide à de fausses victimes et à garnir les coffres d'une multitude d'organismes féministes. L'équipe de L'après-rupture mettra tout en oeuvre pour qu'une Commission d'enquête fasse la lumière sur ce gouffre financier, ce détournement scandaleux de l'argent des citoyens!  
   Barbara Kay du National Post ose en parler....
Fed on myths, preying on men
Barbara Kay, National Post 
Published: Saturday, December 06, 2008
http://www.nationalpost.com/opinion/story.html?id=1039527
November was Domestic Violence Awareness month. Truth in advertising suggests it should be Y-Chromosome Apartheid Month. Far from promoting "awareness" of a social problem or remedies for men and women with anger issues, the month is basically a radical feminist war dance around the Original Sin of maleness, cheered on by "progressive" media sympathizers.
The annual verbal pogrom will find its apotheosis in to-day's 19th observance of the Montreal Massacre anniversary, our domestic violence industry's shrine to feminism's Big Lie of male unilateralism in domestic violence.
It's awkward that the Dec. 6, 1989 massacre of 14 women at Ecole Polytechnique in Montreal -- unlike ritual wartime massacres of men and boys, such as the 8,000-death horror of Srebrenica -- remains a freak one-off in the West, perpetrated by a lone sociopath, with neither prequel nor sequel to suggest a pattern. But emotion, not reason or facts, drives the Domestic Violence industry.
The truth is that the more precisely identified phenomenon of "intimate partner violence" (IPV) in Western culture is gender neutral, an acting out of psychological problems around intimacy that afflict men and women alike. IPV is initiated by both sexes in about equal proportions. Self-defence is rarely the motive for women's violence against men. Literally hundreds of peer-reviewed, community-based studies, including StatsCan's, confirm this. But they don't reach the public. (Under pressure from feminist organizations, for example, a Quebec health agency recently sequestered a commissioned psychosocial study showing men and women are equally culpable for IPV.)
But most damaging is the suppressed fact that even bilateral IPV in general is a relative rarity in our culture. A woman is more likely to be struck by lightning than killed by her spouse. IPV simply isn't the systemic epidemic that hysteria-mongering feminist organizations so shamelessly project.
Since 1980, the Quebec government has sanctioned the "fact" that 250,000-300,000 women over the age of 15 suffer IPV from their partners or husbands annually. Actually, about 14,000 Quebec women and 2,500 men annually report themselves victims of conjugal violence. Allegations deemed worthy of trial, however, are dramatically fewer in number.
Recently, the Quebec government abruptly withdrew its wildly conjectural 300,000 figure from Google-accessible circulation, after a pertinacious group of independent researchers demanded to know its source through the Access to Information Act. There was no source, of course. Yet financial allocations remain pegged to the mythical 300,000 and are exclusively awarded to women's projects.
This year, the Quebec Auditor-General's report focused an accusatory light on fiscal profligacy and lack of oversight in the women's abuse industry. Grants to abuse-related women's projects have soared from $30-million in 2002-2003 to $60-million in 2007-08. One six-bed shelter's grants in that period bounced from $58,832 to $406,817, even though the shelter only served nine women throughout 2006-07.
Almost half a million dollars to house nine women? Yet a bamboozled public believes thousands upon thousands of battered women are seeking refuge.
Reality just doesn't jibe with that picture. In 2004, the Yellow Brick House, an Aurora, Ont., shelter closed during a labour dispute. It emerged that of the eight women and three children residing there, only one woman was fleeing abuse. The others were homeless.
Exceptions, believers will say. Everyone "knows" violence against women is epidemic.
Really? Edmonton Police Service reports from 1999-2000 indicate the police responded to 3,000 domestic incidents. They referred exactly 24 women--less than 1% -- to shelters.
That 1% figure recurs again and again. The co-ordinator of Cornwall Commmunity Hospital's Assault and Sexual Abuse Program in Cornwall, Ont., claims that "17-30% of all women treated in hospital emergency departments are victims of domestic violence." Reality check: Her own hospital's screening for abuse of 157,000 in-patients turned up only 150 IPV-related injuries (both sexes).
I'll conclude with the words of a former batterer, Linda Kinsella. When her unprovoked anger turned to rage, Kinsella used to scapegoat her disabled husband by tipping over his wheelchair and otherwise abusing him. Adding to his nightmare, the police (typically, stupidly) arrested him when called to the scene.
Therapy for Linda saved their marriage. A repentant Kinsella asks: "If women are able to do all the good things that men can do in [the] professions ... then why [do] we, as a society, deny that women can do the bad too? It is my fondest hope that someday there will be true equality in our society and that domestic violence will be seen not as a gender issue but as a societal one that will end when we work together to stop it."
Amen, brothers and sisters.
bkay@videotron.ca
Pour en savoir plus:
http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/11/2---fausse-statistique-sur-la-violence-conjugale---partie-1-37223.php
http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/11/3---fausse-statistique-sur-la-violence-conjugale---partie-2-37222.php
 
L'équipe de L'après-rupture
 

Homo cretinus 06/12/2008 00:44

Homo cretinusÀ partir du moment où le Ministère de la santé et des Services sociaux du Québec a entériné les fausses statistiques féministes sur la violence conjugale dans les années 80,(Voir à ce sujet le rapport de recherche publié par L'après-rupture sur le scandale des fausses statistiques du Ministère de la santé -- en ligne: http://lapresrupture.qc.ca/recherche.html -- )l'homme québécois est devenu une sorte de bête susceptible de battre sa compagne et d'agresser sexuellement les femmes de son pays. L'homme d'ici perdait ainsi le respect de ses concitoyens et on pouvait dorénavant le traiter de nègre blanc, celui dont on pouvait se moquer, celui qu'on pouvait priver de ses droits constitutionnels, celui qu'on pouvait envoyer en prison sur simple dénonciation de sa compagne, celui dont on pouvait se moquer dans les médias...Serge Ferrand témoigne de ce mépris des hommes dont les médias sont complices dans une entrevue accordée sur les ondes de TQS à l'émission d'André ARthur du 3 décembre dernier:Partie 1:http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/12/5---l-image-des-hommes-dans-les-medias---partie-1-37741.phPartie 2:http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/12/6---l-image-des-hommes-dans-les-medias---partie-2-37740.pJean-Claude BoucherPrésidentL'après-rupture

CJ 14/11/2008 17:43

Attention, ce fléau, cette pandémie peut s’étendre en Europe !!!
14 novembre 2008 - LA MACHINE À DOLLARS FÉMINISTE
Ça y est ! Les grandes orgues féministes vont à nouveau lancer leur lucrative campagne de dénigrement de l'homme québécois. Depuis les années 70, elles martèlent inlassablement dans les médias, sur la place publique, que la violence faite aux femmes serait un véritable fléau. Utilisation frauduleuse de statistiques, de recherches bidons, et surtout grâce au drame inespéré de Polytechnique, drame perpétré par un désaxé sans père, elles mettront tout en oeuvre pour s'assurer le versement annuel de grasses subventions  gouvernementales et de dons de toutes sortes.
L'odieuse diabolisation de l'homme québécois est devenue au fil des ans une véritable industrie soutenue par des politiciens qui ont signé des politiques d'intervention en matière de violence faite aux femmes fondées sur des chiffres, des statistiques qui n'avaient aucune valeur scientifique. Pure invention d'un fléau qui a malheureusement englouti des milliards de dollars puisés dans les poches des contribuables. Des sommes fabuleuses d'argent détournées au profit des parasites féministes. Argent qui aurait pu être utilisé pour entretenir notre réseau routier, pour améliorer notre système de santé, le réseau de l'éducation et le soutien aux personnes âgées. Les récents calculs de L'APRÈS-RUPTURE qui n'ont rien de définitifs arrivent à la jolie somme de 10 milliards$ gaspillés pour venir en aide à des victimes qui n'ont jamais existées...
Alors que le Ministère de la sécurité publique parle d'environ 17. 000 cas (hommes et femmes confondus) de déclarations de violence conjugale à la police annuellement (et non de victimes) dont le 1/3 se retrouve devant les tribunaux sans que l'on sache s'il y a eu condamnation ou non, la Fédération des femmes du Québec et ses tentacules féministes inventent périodiquement un fléau, une catastrophe nationale fondées sur de purs mensonges. Il faut bien huiler la machine à cash!
SE MET EN BRANLE!
Voici ce qu’elles osent publier :
Cette année marquera le 19e triste anniversaire de la tuerie de l’École Polytechnique où 14 jeunes femmes ont été assassinées en 1989, simplement parce qu’elles étaient des femmes. Cette année, la commémoration du 6 décembre se fera dans le cadre des 12 jours d’action contre les violences envers les femmes.

Du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes,  au 6 décembre 2008, Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, se déroulera une campagne québécoise d’actions contre la violence faite aux femmes, coordonnée par un comité composé de groupes de femmes et de groupes de défense des droits*.

Le coup d’envoi de cette campagne se fera par la publication, dans des journaux québécois, d’une déclaration appelant le gouvernement québécois et toute la population à agir contre la violence faite aux femmes. La Fédération des femmes du Québec préparera un tableau des différentes actions et activités organisées à travers le Québec dans le cadre des 12 jours d’actions contre les violences envers aux femmes. Nous produirons également une liste des différents outils et matériel d’éducation populaire sur le thème de la violence faite aux femmes produits par les groupes de femmes, les groupes communautaires et les groupes de défense des droits afin de vous aider à réaliser des activités.

Surveillez le site web de la fédération pour en savoir plus ! Tous les détails prochainement !
La violence faite aux femmes… c’est assez !
*Initiative de la Fédération des femmes du Québec, le comité de coordination des 12 jours d’actions contre la violence faite aux femmes est formé des groupes suivants : Amnistie internationale, la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, la Fédération des femmes du Québec, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec, l’R des centres de femmes, le Regroupement provincial des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada et Stella
En ligne sur le site de la Fédération des femmes du Québec: http://www.ffq.qc.ca/actions/6decembre2008.html

La réalité, c’est ceci :
"Contexte et conséquences de la violence conjugale envers les hommes et les femmes au Canada. 2004",
 Institut de la statistique du Québec, page 19
Prévalence de la violence conjugale sur 12 mois au Canada et au QuébecAu Québec, chez les personnes avec un conjoint actuel, les taux de prévalence sur 12 mois sont respectivement de 13 ‰ (25 400 victimes) et de 9 ‰ (16 900 victimes) chez les hommes et les femmes.Il en découle qu’un homme sur 75 et qu’une femme sur 108 ont été victimes de violence de la part du conjoint actuel au cours des 12 mois précédant l’ESG de 2004.  En ligne: http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/conditions/pdf2007/ViolenceH_F2004.pdf

Mais… il faut savoir que beaucoup d’hommes n’osent pas porter plainte pour les violences physiques qu’ils subissent par leurs femmes ! Ils ont la honte d’en parler ! De plus, la police leur ri au nez.
En Belgique, une association enquête (officieusement) depuis quelque temps auprès d’ hôpitaux. Il apparaît, jusqu’à présent, qu’il y a 50 % d’hommes battus par les femmes et 50 % de femmes battues par les hommes, réclamant des soins urgents en clinique. À suivre !!!...

Jobs lucratifs assurés pour les intervenantes de maisons d'hébergement le plus souvent vides, emplois payants pour les travailleuses des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel  (CALACS) pour qui un regard intense, une blague grivoise, vont gonfler les statistiques des agressions sexuelles. Les hommes du Québec agresseraient le 1/3 des femmes... Grâce à la Loi d'accès à l'information, L'APRÈS-RUPTURE, en 2008,  a prouvé qu'il s'agissait d'une pure invention statistique fondée sur une enquête de perception plutôt que sur la réalité.
En ligne: http://extrait.le933.net/Video/2008/Mai/2008-05-02-TQS-Gauthier-Jean-Pierre-Gagnon-Faux-Chiffre-1-Femme-Sur-3.wmv

Et dire que cette supercherie s'est retrouvée sur des affiches collées aux murs de certains hôpitaux du Québec et dans une vidéo gouvernementale télévisée payée avec l'argent des citoyens...video qui a fait le tour du monde via youtube.
En ligne: http://www.youtube.com/watch?v=rr5BZa03TI0

Silence chez  nos politiciens francophones, nos journalistes,  nos éditorialistes, plus préoccupés par le drame des chiens écrasés que par la plus grande fraude intellectuelle et financière de toute l'histoire du Québec! Heureusement qu'il existe au moins Barbara Kay du National Post qui a le courage de dénoncer dans ses éditoriaux les dégâts du féminisme radical et pervers... Un journaliste d'un grand média québécois francophone confiait récemment à L'APRÈS-RUPTURE que s'attaquer aux organismes féministes c'est comme se mettre les deux pieds dans un nid de guêpes. Il vaut mieux écrire au sujet des viaducs qui s'écroulent, de la température ou de l'épidémie de coquerelles dans un bloc appartements que de dénoncer les tripotages  des groupes de pression féministes. Paix journalistique assurée! 

Mais il viendra le temps des comptes à rendre. Il naîtra le jour où notre société prendra enfin conscience que les citoyens du Québec ont été dupés par le lobby féministe victimaire. Il viendra le jour où cessera cette odieuse propagande annuelle anti-hommes qui a causé tant de dégâts humains et financiers.
S'il y a des politiciens qui savent se tenir debout, s'il y a des journalistes qui osent, s'il existe une véritable Justice au Québec, les menteuses féministes qui ont trop longtemps dupé la population pour mieux s'enrichir, risquent tôt ou tard de se retrouver derrière les verrous...
L'ÉQUIPE DE L'APRÈS-RUPTURE

N.B.   Les LETTRES DE L'APRÈS-RUPTURE sont expédiées aux quatre coins de la planète via Internet. Politiciens, journalistes, groupes de pression, médias divers, reçoivent nos lettres. Grâce à la collaboration de liens amis, s'est créé un vaste réseau qui nous permet d'intervenir rapidement afin d'offrir à nos lecteurs une vision originale des problèmes sociaux qui affectent particulièrement le Québec.  Toutes les lettres ouvertes de L'après-rupture sont disponibles sur le site :  http://lapresrupture.qc.ca/ArchivesLettresOuvertes.html
À bon lecteur, salut !

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives