Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 02:25

http://www.cfe.gouv.qc.ca/publications/rapports.asp?categorie=1101104

 « L’engagement des pères »

Rapport 2006-2008 sur la situation et les besoins des familles et enfants http://www.cfe.gouv.qc.ca/publications/pdf/rapport-peres-introduction.pdf

 

Extrait Intro:

 

C’est sur la paternité que le Conseil de la famille et de l’enfance a choisi de porter son attention pour élaborer son rapport annuel sur la situation et les besoins des familles. Ce choix s’explique par plusieurs raisons qui tiennent à la fois de l’actualité et de la mission du Conseil, plus particulièrement celle remplie au moyen de son rapport annuel. Au cours des dernières années, l’actualité a, à quelques reprises, ramené la question des pères à l’avant-plan, les revendications des groupes de pères attirant l’attention des médias.

Cependant, au-delà des quelques manifestations parfois bruyantes menées par ces groupes, nous sommes de plus en plus nombreux à être témoins de l’évolution tranquille du rôle des pères dans la vie de tous les jours, une évolution de plus en plus visible de la place que prennent les enfants dans la vie des hommes québécois.

 

Ont y mentionne les groupes de pressions des pères et F4J

Page 119 :

 

Annexe – Bref regard sur la paternité dans d’autres pays ou territoires. Dans l’objectif de situer le rapport annuel sur la paternité par rapport aux autres travaux gouvernementaux sur la question, il est intéressant de comparer la situation au Québec avec celle d’autres pays ou territoires. Cette brève présentation n’est pas le résultat d’une recherche exhaustive et, par conséquent, vise plus à donner une idée générale qu’à présenter des données précises. Le choix des pays présentés s’est fait en fonction de la littérature existante.

Dans l’ensemble, mentionnons que la question des pères et de la redéfinition de leur rôle dans la société est grandement liée à la montée du mouvement des femmes en Occident et à la fragilité des unions conjugales. Ainsi, la paternité se présente comme un enjeu dans toutes les sociétés où nous trouvons ces phénomènes (Europe, États-Unis, Canada anglais, Australie, Japon).

 

- En France, le père autrefois cantonné dans un rôle de pourvoyeur prend désormais beaucoup plus de place dans la vie domestique. La question de la perception des pensions alimentaires a été le sujet d’un vaste débat au milieu des années quatre-vingt. Celles-ci sont désormais perçues et recouvrées par les organismes chargés de verser les prestations familiales. Les modalités de garde à la suite d’une rupture ont également été débattues entre les tenants d’une garde conjointe automatique (Naouri) et ceux favorisant le respect du lien privilégié entre la mère et l’enfant (Berger). Notons également que les groupes de pères québécois entretiennent de nombreux liens avec les groupes et les experts français.

 

- La situation des pères a suivi presque la même évolution en Grande-Bretagne qu’en France ou au Québec. Jusqu’à très récemment, la loi britannique distinguait les droits et responsabilités des pères mariés de ceux qui ne l’étaient pas. C’est donc autour de cet enjeu que le débat sur la paternité se fait. Le montant des pensions alimentaires à verser à la suite d’une rupture d’union y est déterminé de façon administrative. Mentionnons également que c’est en Grande-Bretagne qu’a été fondé le groupe Fathers-4-Justice.

 

- Dans les pays du Maghreb, plus particulièrement au Maroc, en Algérie et en Tunisie, les pouvoirs publics ont réagi à l’évolution des mœurs familiales en cristallisant les droits des pères dans la législation. Des lois récentes y affirment notamment la tutelle de la femme mariée et l’autorité du père sur les enfants. Le débat sur la famille, et donc sur les pères, suit les courants contradictoires de l’islamisme et de la modernisation qui s’affrontent sous plusieurs aspects dans ces pays.

Malgré certains reculs législatifs, le débat sur l’exercice de l’autorité paternelle est engagé.

 

- En Australie, les groupes de pères exercent un lobbyisme très important auprès du gouvernement.

Ils ont même fondé leur propre parti politique, le Family Law Reform Party.(de moi : http://en.wikipedia.org/wiki/Family_Law_Reform_Party)

 

- En Allemagne et en Belgique, des groupes de pères réclament que la garde partagée devienne

la norme à la suite d’une rupture et que toutes autres formes de garde soient une exception.

De telles positions ont également été adoptées par des groupes de pères en France, au Canada et en Australie.

 

- Au Japon, bien que l’absence de repère quant à la paternité et la redéfinition du rôle paternel soient des enjeux, les fonctions parentales restent grandement divisées en complémentarité entre les sexes. La fragilité des unions reste un phénomène beaucoup moins important qu’au Canada.

 

- Aux États-Unis, le gouvernement agit beaucoup sur la question de l’engagement paternel (fatherhood initiative). Les déficiences à ce sujet sont considérées comme les responsables de la criminalité juvénile, du décrochage scolaire et du fort taux de suicide chez les jeunes.

 

Article du Devoir  http://www.ledevoir.com/2008/09/24/207139.html paru en sept 2008 : Rapport du Conseil de la famille et de l'enfance - Les pères sont de moins en moins présents auprès de leurs enfants

Partager cet article

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article

commentaires

Comité parental de réflexion 11/09/2009 00:05

Certes la France a créé un Haut Comité. Nous nous demandons comment des comités déjà en place comme notre Comité Parental de Réflexion, pourraient avoir les honneurs d'être informés et invités. Les informations circulent difficilement. Les anciens ministères qui nous connaissaient, auprès desquels nous faisions des démarches responsables et diplomatiquement correctes, n'ont pas su faire passer les infos à leurs successeurs. A chaque élection, tout le travail est à recommencer, pratiquement à zéro. La France semble être un pays très bien organisé, nous disait un groupe d'étudiants originaires du Brésil, "mais c'est comme partout, ce sont quelques têtes qui tiennent le pays et la désinformation joue son plein rôle. Pour avoir la parole, il faut ou bien déborder de rage et tout bousculer, ou bien avoir été écrasé et se retrouver soutenu par des milliers d'apôtres".
Nous ne serons jamais excessifs, et nous l'avons prouvé depuis plus de quinze ans d'efforts citoyens pour tenter de faire évoluer les traitements juridico-sociaux sur la famille et l'enfance. Mais c'est décourageant. On a des magistrats en France qui traitent les situations familiales comme des anciens juges du début du siècle, avec la même culture et le même enrobage de secrets sur les méthodes. On peut le comprendre, mais le tricheur et le menteur, la tricheuse et la menteuse, ont beaux jeux dans les procédures mises à leur disposition. C'est le paradoxe de Protagoras qui joue pleinement, semble-t'il.
Il y a des multitudes de petits procès qui ressemblent à celui qu'avait subi Galilée à la fin de sa vie. La logique copernicienne héliocentriste contre la logique aristotélicienne géocentriste. Et la question de Galilée : "Pourquoi veulent-ils que je leur explique encore que la terre tourne autour du soleil, puisqu'il le savent".
Pour ce qui nous concerne, tout le monde sait que l'enfant a besoin de connaître ses deux parents et d'être élevés par eux. Pourquoi faut-il le prouver ? Personne n'aura jamais assez de preuves face à cellle ou celui qui s'est soudé à l'habitude d'aller contre des évidences. On trouvera toujours un cas, pour prouver que l'exception interdit de faire abandon de la contradiction.
La contradiction est très résistante. On veut prouver qu'un enfant n'a pas besoin de ses deux parents ? On trouvera toujours quelqu'un qui aura à se plaindre de la façon dont il a été traité et éduqué par son père ou par sa mère.
Et c'est là justement que notre cher ami Socrate serait d'un grand soutien. Il faut aider les parents, les soutenir, les épauler, et cesser de condamner à outrance celles et ceux qui ne savent pas faire mieux que leurs propres parents qui étaient eux aussi pris dans les tourmentes des guerres, des désaccords, des politiques contradictoires, etc.
Ce monde n'est pas paisible, mais on l'abîme de plus en plus en se refusant à un simple constat du chiffre de la délinquance et de la démission parentale organisée principalement par les forces judiciaires qui traite des familles fragiles dans le civil avec l'esprit du pénal et du condamnant, quand elles auraient besoin de soins et d'épaulements.
Il faut sortir de la spirale du tout judiciaire concernant la famille et l'enfance. Quand on a un problème de couple ou de famille, on ne peut pas attendre trois ou six mois pour régler le problème et trouver la solution. Il faut aller vite. Ce que pourra peut-être faire la médiation familiale conventionnelle. Ceci à condition que l'Etat prenne appui sur ce qui existe déjà et aide concrètement les structures existantes. Le Haut Comité va-t'il accepter d'y penser ?

Un grand père en colère 15/11/2008 17:00

PS : Créances alimentaires : le ministre des Finances ne bouge pas ! http://www.politics.be/persmededelingen/20082/
(14/11/2008) Le Service de créances alimentaire (SECAL) chargé de récupérer et d’accorder des avances sur les pensions alimentaires connaît d’importants problèmes budgétaires. En 2007, le service a dépensé plus de trois fois son fonds budgétaire pour venir en aide aux familles monoparentales. Une situation jugée intenable mais à laquelle le Ministre des Finances n’a toujours pas apporté de réponse.
Chaque année, le SECAL vient en aide à des milliers de familles monoparentales belges qui, sans son aide financière indispensable, ne pourraient tout simplement pas joindre les deux bouts. Tandis que les dossiers traités par le service ne cessent d’augmenter, les finances, elles stagnent.L’accord de gouvernement prévoit pourtant que l’aide du SECAL soit étendue à davantage de familles monoparentales, notamment via un redressement du plafond de revenus autorisés, ainsi qu’une majoration des montants avancés.La députée PS Colette Burgeon [1] a interrogé le Ministre des Finances [2] pour savoir dans qu’elle mesure il comptait d’une part redresser la situation financière du SECAL, et d’autre part, mettre en œuvre l’accord de gouvernement en ce qui concerne le service.En guise de réponse, le Ministre [2] s’est retranché derrière des difficultés budgétaires et s’est contenté de renvoyer la question à des débats ultérieurs, sans proposer la moindre piste en vue d’un règlement rapide de la situation.Colette Burgeon [1] regrette cet immobilisme et insiste auprès du Ministre [2] pour que des solutions soient trouvées au plus vite. Sans quoi, de nombreuses familles monoparentales [3] risquent de sombrer un peu plus dans la pauvreté.En mars dernier, Colette Burgeon et Yvan Mayeur avaient d’ailleurs déposé une proposition de résolution comprenant plusieurs mesures pour améliorer les services et les missions du SECAL. Les députés socialistes proposent entre autre :- de relever le plafond de revenus autorisés à 1.500 euro nets par mois afin que plus de personnes puissent faire appel au SECAL ;- de lancer une campagne d’information et de sensibilisation aux missions du SECAL ;- d’inscrire systématiquement une référence au SECAL dans les décisions judiciaires relatives aux pensions alimentaires ;- d’objectiver le mode de calcul des pensions alimentaires dues aux enfants.
 
----------------------
Quid des pères à la rue parce qu’ils ne peuvent pas payer les pensions alimentaires ?
[1] Une femme réclame pour les femmes !
[2] Un homme, conscient des escroqueries aux pensions alimentaires, gagne du temps pour adapter la situation aux réalités des abus / escroqueries aux pensions alimentaires !
[3] Les familles monoparentales sont à 99 % des femmes qui ont quitté volontairement leurs conjoints pour gagner plus d’argent qu’en étant en couple !
Les pensions alimentaires sont utilisées – SURTOUT - pour l’usage personnel de ces mères opportunistes ! Les enfants (à de rares exceptions près, car il y a encore des mères dignes et malheureuses) ne bénéficient PAS DU TOUT de la pension alimentaire versée par leurs pères, taxés de géniteur et d’officier payeur !
 
QUI va défendre ces milliers de pères violés et spoliés ?
On bougera, en Belgique dès qu’il y aura plus de femmes à la rue, bernées par les avocats qui leur ont fait miroiter un Eldorado éphémère ! En fait, ce sont eux qui vivent dans cet Eldorado, grâce aux prix qu’ils demandent (100 € de l’heure) pour les séparations / divorces. Les pensions alimentaires servent AUSSI à enrichir les avocats de ces mères opportunistes, appauvrissant plus fortement les enfants de ces familles monoparentales ! Il faut que cela se sache ! Ceci fut constaté sur 2.340 cas de figures ! À bon entendeur !
 

will 03/11/2008 16:33


Plus de rigueur dans la fixation des montants des pensions alimentaires
Melchior Wathelet veut en finir avec l'arbitraire dans la fixation des montants des pensions alimentaires. Il veut instaurer une grille à laquelle se référeront les juges. Belgique - Politique sam 25 oct
Le secrétaire d'Etat à la Famille Melchior Wathelet (cdH) souhaite revoir d'ici la fin de l'année la législation sur les pensions alimentaires en imposant aux magistrats de se référer à une grille de calcul unique afin d'en finir avec l'arbitraire dans la fixation de leurs montants, selon les journaux du groupe Sud-Presse. (...) En accord avec le cabinet Wathelet, la Ligue des familles mettra en ligne d'ici la fin de l'année un calculateur de pension alimentaire permettant de réaliser une simulation, notamment pour les besoins du juge.
Insérer un commentaire - Cet article vous fait réagir ? Vous souhaitez partager votre opinion avec les internautes ? Postez ici vos commentaires à propos de cet article. Les commentaires sont modérés par la rédaction de RTL
Source : http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/187050/0/?&article_comment_page=4#BLOC_show_comments

 

 

 

GG 03/11/2008 15:25

En France, c’est à la fin des années 30 qu’une véritable politique de la familleFamilleGroupe de personnes liées par des liens de filiation et d’alliance. [ http://www.vie-publique.fr/th/glossaire/famille.html ] a été mise en œuvre et ce avec trois objectifs principaux : favoriser le renouvellement des générations, assurer l’équité entre les familles et les personnes sans enfants mais aussi perpétuer un modèle familial fondé sur le mariage.
Quant au beau projet que celui d’« assurer l’équité entre les familles (…) mais aussi perpétuer un modèle familial fondé sur le mariage » c’est un beau fiasco en 2008 ! Un échec cuisant pour les pères de familles ! Quelles en sont les raisons ? La Parole aux experts d’expériences inhumaines en destructions familiales par le légazisme, cette idéologie familialiste arbitraire et génocidaire.
Les beaux projets ratés sur http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/famille/index/

FJ 03/11/2008 14:45

Articulation des temps de vie : sommaire et présentation interactive
12 avril 2008
 
Dans toute l’Europe, la question de la conciliation pour les femmes d’un emploi et de la vie de famille est au cœur du débat politique en raison d’une chute souvent dramatique des taux de natalité. Dans ce paysage, la France fait figure d’exception puisque l’augmentation de la part des femmes dans la population active n’a pas eu d’impact négatif sur l’indice de fécondité, celui ci ayant même progressé depuis 2004. Avec une moyenne de 2 enfants par femme, la France se place désormais au premier rang des pays européens.
Encore un projet des Vaginocrates française ? La suite sur :
http://www.travail-solidarite.gouv.fr/espaces/femmes-egalite/grands-dossiers/articulation-temps-vie/articulation-temps-vie-sommaire-presentation-interactive.html

Anonyme 03/11/2008 14:25

Le Haut conseil de la famille vient d’être créé en France !
Ce gentil ministère de vaginocrates, va-t-il réussir à instaurer l’obligation aux hommes de porter le tablier ? De couper les patates ? De faire la vaisselle, etc. ? De diminuer leurs heures de travail pour en offrir davantage aux femmes ? Puisque les femmes sont violentées par des hommes… les prochaines étapes seront-elles de leur faire porter un bracelet de surveillance ?  Et de féliciter par un cadeau bonbon (une médaille), nos valeureux hommes castrés, pour avoir fait avancer l’égalité entre les femmes et les hommes ???...
Découvrez vite le dernier plan des vaginocrates françaises : http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/Plan_VL-2.pdf - Qu’en pensez-vous chers papas violés et spoliés par une justice familialiste ? La Ligue des familles (Belge) tient à rappeler la philosophie : la promotion de l’égalité des sexes et du respect. Formuler et promouvoir des revendications est devenu un impératif moral politique et humain. Revendiquer est un droit inaliénable dans le cadre d’une société individualiste, basée sur la reconnaissance du principe de l’égalité des sexes. À lire sur http://liguedesfamilles.citoyenparent.be/Public/PressRelease.php?ID=9337
À bon lecteur et à bon entendeur ! Pour ne pas mourir idiot et privés de ses enfants !

SS 03/11/2008 13:14

Le Haut conseil de la famille vient d’être créé en France ! Quid en Belgique ?
Vendredi 31 octobre 2008
Le Conseil des ministres a adopté ce mercredi 28 octobre, le décret créant le Haut conseil de la famille (HCF) présenté par la secrétaire d’Etat chargée de la famille, Nadine MORANO.Placé sous la présidence du Premier ministre, le HCF a pour ambition de renforcer l’efficacité de notre action en faveur des familles dans la perspective plus vaste de l’optimisation des politiques publiques en proposant un cadre renouvelé de concertation et de pilotage.A cet effet, le HCF remplace deux organismes devenus inadaptés aux défis des changements vécus par les familles, la conférence annuelle de la famille et le Haut conseil de la population et de la famille. Il prend exemple sur le Conseil d’orientation des retraites (COR) et sur le HCAAM (haut conseil de l’avenir de l’Assurance Maladie) qui ont montré toute leur utilité dans le débat et l’action publique autour de ces questions délicates.Le HCF a pour mission d’animer le débat sur l’ensemble des questions liées aux politiques familiales. Il mènera pour cela les réflexions nécessaires dans le cadre du financement de la branche famille de la sécurité sociale et de son équilibre financier. Il évaluera les évolutions sociales, économiques et démographiques et aura la capacité de formuler des recommandations et avis en vue d’en anticiper et accompagner les effets.Le HCF comporte cinquante deux membres : des représentants du mouvement familial et des partenaires sociaux, ainsi que des représentants de l’Etat, des organismes de sécurité sociale et des associations représentant les collectivités territoriales. Sept personnalités qualifiées, nommées en raison de leur compétence et de leur expérience, seront également membres du HCF sur désignation du ministre en charge de la famille. Le président délégué du HCF sera choisi parmi ces personnalités qualifiées.
Source : Ministètre du Travail, des Relations Sociales, de le Famille et de la Solidarité
http://www.passerelles-eje.info/news/breve_394_le+haut+conseil+famille+vient+detre+cree.html

will 27/10/2008 02:44

Les résultats de recherches compilés dans le rapport montrent que les enfants dont le père est présent et engagé présentent des avantages quant à leurs compétences cognitives et sociales, leur estime de soi et leur santé mentale. Ces enfants ont également des comportements plus positifs et présentent moins de risques de mauvais traitements.
À l'inverse, les recherches associent l'absence ou le désintérêt du père à des symptômes dépressifs, des troubles de comportement et une faible estime de soi chez l'enfant.
Article complet sur : http://www.ledevoir.com/2008/09/24/207139.html

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives