Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 00:20

TOUT AUTRE CHOSE

La vie s'invite à la radio ! Des naissances prématurées à la cohabitation légale, des énergies renouvelables au commerce équitable, de l'estime de soi à l'épanouissement au travail : Martine Cornil aborde tous les aspects du quotidien et propose chaque jour les clefs d'une meilleure compréhension du monde qui nous entoure. Un magazine de société qui fait aussi appel à vos témoignages.

L'APPROCHE DU DIVORCE CONFLICTUEL

Présentation : Martine Cornil

Depuis quelques années, la Belgique connaît le taux de divorce le plus élevé en Europe avec 30.000 divorces par an, dont 20 à 25% sont de type conflictuel c'est-à-dire qu'ils entraînent des situations difficiles à supporter et des dégâts psychologiques pour les parents et pour les enfants. A partir du livre 'Approcher le divorce conflictuel' (Ed. Feuilles Familiales), Tout Autre Chose tente d'analyser ces situations de divorce conflictuel et de favoriser une prévention et une meilleure prise en charge de ce type d'explosion d'une cellule familiale.

Livre de Jean-Émile Vandereyden, Neuropsychiatre, 236 pages, 2008

ISBN 2-930280-21-2 - 18€

 

Jean-Emile Vandereyden est Neurologue clinicien et Neuropsychiatrique. Il a fait une superbe émission radio sur le sujet, ce lundi 10 novembre 2008 de 10 à 11H30 sur la Première radio RTBF: "Approcher le divorce conflictuel" pour annoncer son livre remarquable. Le lancement officiel de ce livre se fera prochainement. Vous en serez averti : voir commentaire sur cet article

 

L'émission "Approcher le divorce conflictuel" est diffusée sur Internet.

 

Voici  le site :    www.lapremiere.be        et cliquer sur l’onglet PODCAST      puis cliquer sur la liste des émissions   « Toute autre de chose »

http://old.rtbf.be/rtbf_2000/bin/view_something.cgi?id=0183210_sac

Lien direct :

http://podcasting.rtbf.be/player/index.htm?soundref=http://podaudio.rtbf.be/rod/LP-TAC_Tout_autre_chose_-_10-11-2008_-_Divorc_6197541.mp3&chaine=La%20Premiere&info=Tout%20autre%20chose%20-%2010/11/2008%20-%20Divorce%20conflictuelMartine%20CORNIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article

commentaires

Michel WILLEKENS 19/10/2015 19:30

On peut facilement commander ce livre auprès des éditions Feuilles Familiales, asbl, Rue du Fond,127 - 5020 Malonne (Belgique) ; ou par courriel : info@couplesfamilles.be ... au prix de 20 € + frais de port.

Ce livre scientifique nous renseigne sur les points essentiels et sur les meilleurs moyens d'éviter les conséquences désastreuses tant sur le plan social, que sur la santé psychologique et physique, lors des conflits de séparations et de divorces.

Mimi 17/09/2012 13:19


Il est possible de rencontrer un médiateur avant pendant ou après une
séparation...


La médiation est universellement connue parmi les groupes humains depuis les
sociétés les plus primitives jusqu'aux sociétés contemporaines...


La médiation a souvent été identifiée par son action en vue de maintenir le bon fonctionnement d'une communauté
et l'évitement dégénérant en violence...


La médiation dans son sens large n'a pas de limite. Elle englobe tous les
secteurs de l'activité humaine, de la sphère privée à la plus publique...


Mais... la médiation est délaissée depuis 1884... pour permettre aux avocats divorcistes d'exploiter ces filons
juteux de conflits de séparations et de divorces... et cela depuis la création d'une loi sur le divorce en France, le 27 juillet 1884, par Naquet, partisan de l'amour libre et ennemi du
mariage !


(Un observateur depuis 1994, sur plus de 10,000 cas de conflits de ruptures de couples)

Michel Willekens 03/04/2012 16:04


Concerne la non présentation d’enfant à leur père ou à leur mère…


Dans le dernier dossier de non présentation d’enfant, où la mère s’opposait farouchement à ce que les enfants
voient leur père, mon avocat, Bruno VINEL (De Bruxelles, + 32 2 743 40 31) a réussi en 6 mois, et après 3 procédures / décisions de justice, à faire payer 3.000 € d’astreintes (50 € par jour) à
la mère récalcitrante !


Il faut bien sûr faire constater, par un huissier, la non présentation de l’enfant !


 


Depuis lors, le père a obtenu l’« Hébergement égalitaire » en application de la Loi du 18 juillet
2006, en Belgique !


 


Contrairement à ce que j’ai trop souvent entendu depuis 18 ans, par les parents victimes de non présentation
d’enfant… il n’y a donc AUCUNE raison que cela ne soit pas possible d’obtenir des astreintes comme en Belgique, et ailleurs… et il n’y a donc AUCUNE raison que cela ne soit pas possible de
demander aux Juges (qui s’occupent des dossiers des enfants) des astreintes en cas de non présentation d’enfant !


 


Et si cela ne peut pas se réaliser… c’est bien par la faute de ces « Avocat» qui ne veulent pas défendre
les droits de pères, ou les droits des mères !


Ou bien c’est parce qu’ils n’y connaissent rien dans le dit « droit familial »…


Dans ces cas, et déontologiquement, ces avocats n’ont pas à prendre votre dossier en charge, mais ils ont
l’obligation morale de vous conseiller un avocat compétent et honnête !


 


En résumé, il faut donc aller à la recherche d’avocats réellement spécialisés en « Droit de la
Famille » et honnêtes !!!


 


En Belgique, la nouvelle loi sur le divorce (12/4/2007) a supprimé la faute ! Les femmes agissent donc de
manière épouvantable ! C’est vraiment invraisemblable… C’est ce que nous constatons par les trop nombreuses procédures avec de fausses allégations !


 


Mais cela change petit à petit et nous pouvons constater qu’en Belgique, les femmes ont de plus en plus
difficile à obtenir des pensions alimentaires pour leurs enfants… en raison de cette loi sur l’« Hébergement égalitaire » !

Will 07/06/2011 16:30



Belgique - Divorce & séparation - Procédure par consentement mutuel… Bon à
savoir !


http://www.newesperance.be/index731.htm



Mayaz 05/03/2010 23:40



La Réforme sur le divorce (loi du 27 avril 2007) a raté sa cible !


 


En Belgique, la loi du 27 avril 2007, sur la réforme sur le divorce a manqué * sa cible. Cette loi sensée augmenter les divorces
par consentements mutuels a eu comme effet inverse, celui d’augmenter les divorces pour causes déterminées.


Avant cette loi, les divorces pour causes déterminées représentaient 40 pc des procédures de divorce et le consentement mutuel 60
pc. Aujourd’hui, les chiffres seraient inversés.


 


Cette loi fut promulguée à la demande de la Ministre de la Justice Laurette Onkelinx (Parti
Socialiste) et avocat de formation. Comment se fait-il qu’en tant que simple citoyen, j’aie pu – moi-même prévoir cette dérive ? Comment ai-je pu penser qu’il y aurait bien plus de divorces
pour causes déterminées, avec la réforme de madame Onkelinx ?


Ne me dites pas que cette Ministre n’a pu le prévoir – elle aussi ? Alors pour quelle autre raison, réelle, a-t-elle voulu
réformer le divorce ?


 


A mon avis, c’est pour encore mieux développer cette « industrie du divorce » !


 


Voyons… pour quelle autre raison ?


 


Ou alors, elle est bien la Ministre la plus stupide qui aie pu exister, en Belgique, depuis 1930… Depuis que la démocratie
existe !


 


*Selon la députée (CDH) Clotilde Nyssens, au secrétaire d’Etat à la Politique des familles,


http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/501404/la-loi-sur-le-divorce-manque-sa-cible.html



(Communiqué enregistré disponible sur demande)



Will 18/01/2010 12:21



Dossiers Divorces conflictuels – 48 vidéos témoignages


http://www.dailymotion.com/ca-fr/playlist/xrire_oliviergourson2_mcp/1


 


1- Une mère empêche sa fille de voir son père accusé faussement d’attouchement sexuel. Ces fausses accusations furent
utilisées comme Arme Nucléaire dès les années 1990 contre les pères pour que les femmes puissent obtenir tous les avantages du divorce… avec la complicité de la
« Justice ».


Vidéo témoignage d’un père et de sa fille victime d’aliénation parentale.


http://www.dailymotion.com/video/xb0ss0_jt-france-2-divorce-conflictuelle_news


 


2- La « justice » détruit des millions de familles en privant les pères – et parfois aussi les mères – de
leurs enfants. C’est une constante destruction des familles tant sur le plan des droits fondamentaux des pères et des enfants, de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des Droits de
l’Enfant, que sur le plan affectif, psychologique, sociologique et économique.


Vidéos témoignages


http://www.dailymotion.com/ca-fr/playlist/xrire_oliviergourson2_mcp/video/x9bbtq_la-fete-des-peres_news?from_flash=1


 


3 à 48 vidéos voir détails à la page


http://www.dailymotion.com/ca-fr/playlist/xrire_oliviergourson2_mcp/1



Will 16/11/2009 19:43



Bonjour,


 


Voici un espoir de changement, en
Belgique, pour améliorer le sort de millions de familles.


 


N’hésitez pas à déposer votre commentaire
sur le Site Le Vif.be


http://levif.rnews.be/actualite/belgique/72-56-42452/divorces---la-mediation-encore-peu-utilisee.html


 


Notre travail à tous est bien sûr un
investissement de longue haleine et de patience.


 


Ne baissons pas les bras pour lutter
contre ces impostures judiciaires et marquons notre opinion sur une situation devenue intolérable dans un état de droits.


 


Mes meilleures
salutations.


 


Votre serviteur


Divorces : la médiation encore peu utilisée


16/11/2009 08:30


Le système de médiation dans les procédures de divorce rencontre peu de succès. Le secrétaire d'Etat à la politique des
familles souhaite promouvoir ce recours.


Moins de 10 pc des couples flamands qui se séparent demandent une médiation. Seulement 25 pc des juges censés la
conseiller le font réellement. Ces résultats viennent d'entretiens effectués auprès de 1.029 personnes en instance de divorce lors d'une étude réalisée en 2008 par les universités de Gand, la KUL
et Ipsos, à la demande du secrétaire d'Etat à la politique des familles, Melchior Whatelet (cdH).


Quels sont les obstacles à la médiation ?


 


Plus d’infos sur :


http://levif.rnews.be/actualite/belgique/72-56-42452/divorces---la-mediation-encore-peu-utilisee.html


 


http://www.lesfamilles.be/ecolloques/list.php?7



Will 16/09/2009 20:08

Un témoigne sur le SAP parmi d’autres millions…
 
mardi 15 septembre 2009
Aliénation parentale (SAP): les mesures prises
Ce matin, mon conjoint et moi sommes encore commotionnés de toute cette situation rocambolesque. Nous avons beaucoup joué avec les plus jeunes tandis que son aîné est demeuré dans sa chambre. Cela a apaisé les plus jeunes enfants en les rassurant sur l'amour inconditionnel de leur père à leur égard ainsi que sa présence.Une fois les enfants couchés, nous avons longuement discuté pour partager nos ressentis mais aussi pour trouver des solutions.Petite chronologie des événements:
 
Lire le témoignage sur :
http://famille-reconstituee.blogspot.com/2009/09/alienation-parentale-sap-les-mesures.html
 
Merci de donner vos témoignages
 

Will 15/09/2009 13:32

Famille reconstituée: la belle-mère
http://famille-reconstituee.blogspot.com/2009/09/alienation-parentale.html
 
Extraits :
Moi, comme belle-maman, j'assiste à ce spectacle, impuissante.Je crois que je devrais quand même contacter la DPJ pour leur parler de cette situation qui est rendue invivable ici... Le conseil de mon conjoint n'a toujours pas fixé de date pour passer au tribunal au sujet de la garde des enfants. Cela fait environ 40 jours que nous l'avons rencontré à nouveau pas de nouvelles. Cette situation perdure depuis l'hiver passé... depuis janvier environ. On devait attendre des nouvelles de son avocat à elle et puis maintenant qu'on a eu des nouvelles, il faut agir... mais rien ne vient.Foutue justice hyper lente qui permet la destruction lente et programmée d'enfants.Foutue merde que de voir des jeunes se détruire et être détruit par leur propre parent...Quelle tristesse... quel gâchis.Cette semaine, une amie m'a recommandé d'acheter un livre: Belle-mère courage de Sue Patton Thoele. J'ai commencé à le lire. Je comprends mieux pourquoi à présent, mes émotions jouent au yoyo à la maison. J'ai trouvé des trucs aussi pour m'aider dans ce livre, des trucs concrets qui expliquent aussi bien comment je me sens. C'est incroyable de lire tout ça et d'en prendre conscience avec les mots justes. Cela me fait beaucoup de bien personnellement de ne pas me sentir isolée et dépourvue: je me sens plus forte à présent.Cette expérience m'a même renforcée dans la profession que j'exerce. La façon d'encadrer ses beaux-enfants, je l'applique à d'autres sphères de ma vie à présent depuis quelques jours. Mon dieu que c'est un charme.... un vrai petit bijou que ce livre-là. Loin d'être des marâtres, les belles-mères sont souvent douces et aimables mais son dépeintes comme des monstres par les mères biologiques et par le public. J'en sais quelque chose disons... car il n'y a pas que mon conjoint qui fasse l'objet de dénigrement, moi aussi j'y passe.L'aliénation parentale... je suis toujours occupée à me demander comment quelqu'un peut prétendre aimer en faisant une chose aussi atroce?
Publié par La Belle-Mère ;) à l'adresse 19:07

Will 11/09/2009 00:26

Le médiateur familial : quand et pourquoi ?
Nous recommandons la lecture du livre de Dominique Lefeuvre : http://www.yvesmichel.org/admin/espace-societe/le-mediateur-familial-quand-et-pourquoi
 
Dominique Lefeuvre a écrit un excellent document que nous recommandons aux futurs professionnels de la médiation familiale.Les figures parentales ont évolué, certaines disparaissent comme la monoparentalité exclusive, les enfants peuvent bénéficier de dispositifs évolutifs, ne pas subir d’injonctions contradictoires ni se voir confrontés à des conflits de loyauté qui peuvent avoir des effets profondément perturbateurs.La profession de médiateur familial se développe en favorisant le maintien de la co-responsabilité parentale et la qualité des relations entre les parents proches de l’enfant.Manque de dialogue, recours juridique insatisfaisant, le médiateur familial accompagne les parents dans leur réflexion et les encourage à partager les rôles et les responsabilités.Ce document présente l’expérience personnelle de Dominique Lefeuvre qui partage des informations pertinentes sur cette profession en pleine éclosion.

Will 10/09/2009 23:19

Participez à Déjudiciarisation
http://dejudiciarisation.free.fr/
 
Vous pouvez disposer de ce portail de nouvelles à votre guise.
Le thème est la déjudiciarisation des divorces et séparations.
Donnez votre sentiment, votre position, vos propositions, vos idées, vos suggestions.
Aucune censure ni correction n'est effectuée sur les textes présentés à publication dans ce portail.
 

Ministère de la Crise de la Justice 14/08/2009 15:06

« Justice de merde » pour certains, « Justice corrompue » pour d’autres, « Justice franc-maçonnique » pour les initiés, « Justice prostituée » pour les habitués !
Juges-putes, Juges-larbins, Juges-fossoyeurs, Juges-pronazis,... Au-delà de ces attributs peu flatteurs, force est de constater que les multiples trahisons des juges sont autant d’atteintes subversives aux règles fondamentales qui régissent la vie en société. Leurs "décisions" intolérables, destructrices de vie, de liens familiaux et d’emplois, grèvent lourdement l’avenir de ceux qu’elles détruisent et celui de la société toute entière.
 Leurs "décisions" sont une véritable plaie pour l’économie et l'avenir de notre pays !
http://ministere-crise-justice.over-blog.com/

PEM 03/08/2009 17:56

La Médiation familiale ratée en France
Nous demandions que la médiation familiale soit rendue socialement accessible à toutes et tous, vivement conseillée par toutes et tous, saisissable avec ou sans ordre du juge, rendue obligatoire socialement mais non strictement subordonnée à la décision d'un juge. Nous demandions aussi que les associations comme la nôtre soient aidées sans être achetées par des juges ou des avocat(e)s au passage !Situation en France… comme en Belgique et ailleursLa méconnaissance totale ou l'ignorance des fonctionnements judiciaires archaïques subordonnés à des marchés sociojuridiques développés depuis 1975 en France, associés aux non moins vétustes dispositions de l'ordonnance de 45 en matière de protection de l'enfance (ordonnance mal révisée et toujours en débat), suivis de la séparation des pouvoirs entre Justice et Affaires sociales, a permis à des lobbies corporatistes et des associations cliniquement malsaines, aidés des politiques qui aiment foutre leur pays dans la merde, un enchevêtrement épouvantable des arguments associatifs en faveur de nouveaux textes de loi espérés et sollicités en matière familiale. La loi, poussée par la dynamique S. Royal après les travaux de F. Dekeuwer-Defossez, mais aussi les médiocres travaux de I. Thery et une fausse politique associative féministe de soutien à la parentalité, était pressentie par notre modeste association (une des seules en France à se détacher des applaudissements avant la date et avant d'avoir le texte final) comme n'apportant aucune bonne solution utile et valable. Loi de dorure et de parure électoraliste pondue juste avant les élections présidentielles, et loi utilisable dans toute république bananière qui donnerait toujours raison au plus fort contre le plus faible. Les associations qui demandaient à corps et à cri la RPA ou RAP, je ne sais plus, nous ont foncé sur le râble en nous affirmant que nous n'avions rien compris, et qu'on s'opposait même à l'égalité entre père et mère. Elles ne voulaient pas entendre ce que nous avions à dire et nous n'avons pas voulu "gueuler plus fort" car c'est très fâchant d'être obligé de gueuler pour se faire entendre d'une meute qui ne réfléchit plus tellement elle a mal. Je n'ai jamais cessé de répéter que le juge prendrait toujours sa décision tout seul, en se ralliant à l'avis prédominant de la mère, au nom d'un mythe (celui de la mère parfaite), et mettrait le père sous enquête sociale ou en point rencontre avant d'en arriver à la petite idée de partager les responsabilités d'hébergement de l'enfant entre les deux parents. De quoi bien fiche la pagaille un peu plus et ensuite dire que le conflit parental est tellement important qu'aucune décision de partage des responsabilités parentales ne serait envisageable dans l'intérêt de l'enfant. Honneur donc à ceux qui foutent la pagaille dans la vie d'un enfant qui perd alors la moitié de son histoire et de ses affects ! Nous demandions que la médiation familiale soit rendue socialement accessible à toutes et tous, vivement conseillée par toutes et tous, saisissable avec ou sans ordre du juge, rendue obligatoire socialement mais non strictement subordonnée à la décision d'un juge. Nous demandions aussi que les associations comme la nôtre soient aidées sans être achetées par des juges ou des avocat(e)s au passage ! Le législateur en a fait n'importe quoi. Notre médiation, qui depuis 1989 réalisait par accords entre les parents, un certain nombre d'ententes en faveur de l'hébergement alterné entre deux résidences parentales, s'est divisée et morcelée sur le bureau du juge. Elle a éclaté depuis 1996 dans les branches féministes de l'avocature et dans les branches despotiques et totalitaristes des travailleurs sociaux à la solde de l'appareil judiciaire (Anciens élèves et fistons du régime de Vichy !). Renvoyer l'affaire en enquête, sans donner de réponse, c'est exactement ce que font tous les juges depuis trente années, toujours après avoir pris la décision première de couper l'enfant d'un des deux parents, presque toujours le père. Pourquoi couper l'enfant du père d'abord ? Pourquoi empêcher le père d'éduquer l'enfant d'abord ? Pourquoi donner aux femmes le pouvoir de dominer tous les affects de l'enfant et d'en faire, pour qui veut, un souffre douleur silencieux ? Nous avons déjà nombre de fois démontré qu'une mère saine, aimante, ne coupe pas l'enfant de son père, sauf tare profonde chez ce dernier. Nous avons démontré que des mères fortement captatrices sont souvent des femmes dangereusement perverses (N'ayons pas peur des mots). La réponse sera simple. Sadisme, perversité, omnipotence, ne font qu'un et quand on peut faire souffrir tout le monde à fois, le père, la mère, l'enfant, on est heureux. On est juge, on est avocat, mais on est heureux ! Tant que les associations parentales de tous bords réclameront que les affaires familiales soient traitées par la justice, et tant que les pères premiers perdants continueront de mythifier ou laisser mythifier le juge...et l'avocat... sans comprendre quel est leur rôle profondément pervers souvent dans les affaires familiales, on aura de quoi se plaindre de plus en plus sur cette terre. Comble du pervers, il demande à celui qui se plaint de se taire, de taire sa souffrance, de penser à autre chose... Oui la technique des avocats est très perverse : "L'avocat a droit de tenir des propos contraires à son client s'il estime que c'est utile pour sa "défense" (Formation des avocats au Barreau de Paris). Le juge peut se prononcer au nom de son intime conviction. Aucune loi n'empêche à un avocat de mentir à la place de son client. Aucun texte ne limite le pouvoir de l'intime conviction, et rien ne peut empêcher de s'exercer la presque folie d'un juge ou d'un expert énervé ou très pressé ce matin là. D'où enquête sociale. Ce procédé s'est pourtant depuis longtemps révélé nocif et malgré l'éveil littéraire des enquêteurs et enquêteuses à l'arrivée de l'informatisation de bureau, c'est encore pire... Les rapports de douze ou quinze pages, les sous-entendus glissés dans le corps de texte, les questions laissées en suspend pour inspirer tout doute procédural utile, la vie des gens racontée n'importe comment et en dépit du bon sens avec des copiés-collés c'est plus rapide et ça rapporte ! Diffusion par le Collectif La Vie de Pères – Europe.Membre du Collectif REPARE http://repare.free.fr/Info : AB Centre PEM (France)Publié par CLVDP sur le 3/08/2009 :http://www.lesfamilles.be/ecolloques/read.php?7,53,phorum_session_v5=28%3A89b8fb5896885c6051b8dc238c84c3e6La médiation familiale est peu utilisée. Pour quelles raisons ?  Comment la dynamiser ?Cliquez sur :Un ecolloque ? Pourquoi faire ?

Will 28/07/2009 14:24

@ Leclercq | 30 juin 2009 : Vous avez une vision exacte des réalités !
Sachant qu’en Belgique, il y a +- 35.000 divorces, par an et +- 90.000 séparations d’unions de fait, par an (cohabitations légales et illicites) cela fait plus de 125.000 demandes de logements par an.
 
Cela ne résoudra jamais les problèmes du logement, quoi que l’on fasse.
C’est toutes les sociétés occidentales qui partent à la dérive en raison de l’exploitation des conflits conjugaux par une justice indécente et mercantile. Les séparations / divorces conflictuels sont les nouveaux filons de ces avocats divorcistes qui s’en mettent plein les poches.

Will 28/07/2009 14:13


Médiation familiale - Wikipédia
Source : fr.wikipedia.org
La médiation familiale est un outil au service des familles en vue de restaurer ou préserver les liens familiaux et/ou à prévenir les conséquences d'une éventuelle dissociation du groupe familial.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Médiation_familiale
 
Publié le 28/07/2009 sur
http://www.lesfamilles.be/ecolloques/list.php?7,phorum_session_v5=28%3A12bc43e37ca2afc9aa8d0dd56410f23c
 

 

 

Will 30/06/2009 13:55

LES DRAMES DES COUPLES" Les drames des couples provoquent des problèmes financiers. ". La pénurie de logements vient beaucoup des divorces et des séparations Ceux qui n'avaient qu'un logement en veulent deux. Il y a 120.000 divorces par an, dont 65 % avec enfants. Le divorce étant judiciarisé en France, il est requis, pour avoir droit de recevoir son enfant, d'avoir une pièce par enfant : le problème est alors d'avoir un logement assez vaste !. Les mères gardiennes ont de lourds problèmes et la trilogie divorce, dépression, chômage ou divorce, chômage, dépression frappe très fréquemment les pères non gardiens. En ce qui concerne les mères, elles doivent concilier leur vie professionnelle et la garde des enfants (souvent, elles conservent le logement). Durant 30 ans, avec la jubilation de la liberté conquise de la vie privée, on n'a plus voulu parler des conséquences du divorce sur les enfants. Il faudrait développer la médiation avant et après le divorce, de façon à ce que les deux parties puissent se projeter dans l'avenir pour se rendre compte de tout ce qu'il y aura à solutionner (traites de la maison, garde des enfants, voiture…). Dans des pays où la médiation est développée, il arrive que des couples renoncent à divorcer en prenant conscience des conséquences. Les gens de niveau d'éducation peu élevé n'arrivent pas à planifier leur futur au moment même où ils sont pleins de griefs et de blessures. D'où l'utilité du médiateur pour les accompagner.La médiation permet également d'organiser la séparation de manière plus rationnelle et plus apaisée. Malheureusement, les avocats n'ont pas intérêt à voir se développer la médiation, par crainte de perdre des affaires… Ecrit par : Leclercq | 30 juin 2009 http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/06/29/proces-en-appel-de-khalid-naji-debut-et-rapport-sur-les-faus.html 

Will 29/05/2009 02:48

Belgique

Le fonctionnement de la justice sans cesse plus cher

Le département de la justice a dépensé l'an dernier 105 millions d'euros, soit plus que le budget prévu. En huit ans, le coût de fonctionnement de la justice a doublé, rapporte jeudi la presse flamande.
Les dépenses de la justice - de la téléphonie aux analyses ADN - ont atteint un niveau inégalé. L'an dernier, elles se sont élevées à 105 millions alors que le budget prévu était de 89,6 millions. "Pour cette année aussi, on craint le pire, alors que le budget prévu est de 89,4 millions, soit un peu moins que l'an dernier. Il est grand temps que des mesures soient prises pour endiguer les augmentations des coûts de la justice", souligne Eric Beaucourt, le vice-président de la commission de modernisation de l'ordre judiciaire. C'est le montant de la facture de téléphonie qui est le plus impressionnant. En 2008, les frais de téléphonie s'élevaient à 21,2 millions d'euros, en ce compris 8 millions d'arriérés de paiement pour des factures d'années précédentes. Les traducteurs et interprètes ont été payés 18 millions d'euros, soit une augmentation de 2,5 millions par rapport à 2007. (CLA)
http://news.fr.be.msn.com/actualitebelge/article.aspx?cp-documentid=147617684
 

Will 07/05/2009 16:43

Un homme averti en vaut 2
LYLY est africaine, mariée à PAUL. Elle ne travaille pas et le couple a un enfant. La relation du couple devenant difficile, PAUL s'est informé sur la manière légale (Belge) de résoudre les conflits parentaux... Il a si bien compris que dès que LYLY a trouvé un emploi intérimaire, il a saisi la justice, qui a ordonné l'expulsion de LYLY du domicile commun.
 
Le juge s'est avéré indulgent ( !?!) car il n'a pas condamné la mère au paiement d'une pension alimentaire et le droit de visite n'a pas été défini, en attendant de voir les futures conditions d'hébergement de LYLY.
 
Aujourd'hui, à genoux, LYLY implore la pitié de son mari pour qu'il lui pardonne...
 
Ceci me paraît indigne de la condition humaine mais c'est ainsi que nos lois se pratiquent.
 
PAUL aura-t-il pitié de LYLY ou fera-t-il exécuter la décision judiciaire?
 
Seules les féministes pourraient se mobiliser pour aider cette maman secondarisée.

CLVDP 23/04/2009 22:14

La souffrance d'une mère après un divorce…
 
En cause : le Syndrome d'Aliénation parentale
COMMENT imaginer qu'une mère ou un père puisse vivre en étant totalement coupé d'un enfant à cause de son conjoint qui n'a pas supporté le divorce, comme souvent, ou qui s'approprie l'enfant au point de le séquestrer pendant des années (comme en Autriche) ou de les tuer (Charleville, le week-end dernier) ? Depuis 1986, des spécialistes analysent ces situations et en ont tiré la notion de « syndrome d'aliénation parentale » pour l'enfant. Lequel subirait, sans le savoir, un « lavage de cerveau » visant à détruire « l'autre » parent.Les affaires récentes de ce père condamné pour avoir soustrait ses deux fils, ou de la petite Élise déchirée entre ses deux parents semblent lointaines. Or, à Reims, plusieurs personnes vivent cette souffrance permanente de ne plus avoir accès à leur(s) enfant(s).C'est le cas d'Alexandra*. Cette femme, cadre, a deux filles qu'elle n'a pas revues depuis leur enfance. Aujourd'hui, ce sont des jeunes femmes de 22 et 24 ans. Elles vivent à Reims. Mais les liens sont totalement rompus.
(…)
La suite sur
Pour la LIBERATION DES ENFANTS du SAP, le 25 AVRIL
http://laviedeperes.over-blog.com/article-19014018-6.html#anchorComment
Commentaire n°6 posté par CLVDP le 23/04/2009 à 22h006

PEM 22/04/2009 17:38

Projet de loi sur la résidence alternée en France
http://pem.mediation.free.fr/BFF/thread.php?lng=fr&pg=302&fid=1&cat=9

Will 15/04/2009 13:12

Quid de la Médiation familiale en Belgique… comme en France et ailleurs.
Si la France comptait 360.000 séparations en 2006 soumises au juge des Affaires familiales, en Belgique c’est le flou total par manque de statistiques ! L’on parle de divorce… mais l’on occulte le fait que les séparations sont 2,5 fois (voire plus) plus nombreuses que les divorces et que la moyenne de vies de couples est de 3 ans !!!...
L'enfant, enjeu et grande victime des déchirements entre parents
 
Le psychiatre Paul Bensussan, spécialiste de l'aliénation parentale, décrit "des manipulations plus ou moins subtiles" d'un des parents pour faire en sorte de "rompre le lien qui unit l'enfant à l'autre parent (...) qu'il y ait rapt ou pas".
Il prend l'exemple d'une mère qui lui explique que son enfant est très perturbé dès qu'il doit aller voir son père: "Pour le rassurer, elle lui dit que c'est la justice qui l'impose, ou que sinon elle ira en prison... Au lieu de lui dire: "Ton papa t'aime même si nous nous sommes séparés".
On laisse s'installer une vision manichéenne des parents: "L'enfant grandit dans la conviction que l'autre parent a été uniquement négatif", et "un trouble identitaire peut s'installer puisqu'on l'ampute de 50% de son identité", poursuit le psychiatre.
 
La Défenseure des enfants, Dominique Versini, estime aussi qu'"on n'aide pas suffisamment les parents à s'entendre" pour l'éducation des enfants. L'idéal serait, selon elle, de rendre "obligatoire" une médiation familiale dans tous les divorces pour aider les parents à se mettre d'accord ce qui "limiterait les traumatismes de l'enfant".
 
En Suède, la médiation est obligatoire et gratuite, alors qu'en France, sur 360.000 séparations en 2006 soumises au juge des Affaires familiales, une médiation a été ordonnée dans seulement 1% des cas, selon Mme Versini.
 
Source : http://www.lematin.ch/flash-info/monde/enfant-enjeu-grande-victime-dechirements-parents
PUBLIE sur eColloque : http://www.lesfamilles.be/ecolloques/read.php?7,53

Will 05/04/2009 18:22

Sondage :
En cas de crise, vous tentez d'abord de :
Vous préserver :                       17%
Aider votre couple :                  33%
Protéger les enfants :               50%
Sauver les apparences :            0%
http://bebe.notrefamille.com/amour-sexo/vie-a-deux/et-apres/preserver-sa-famille-en-cas-de-crise-o9533.html#liste_commentaires

Michel 05/04/2009 15:20

Pour répondre au Commentaire n° 130 à « L’enfer de la justice familialiste » :
Moi, j’ai aussi été dans cette situation en 1994. Étant SDF durant des années, j’ai dénoncé ça au Front Commun SDF Bruxelles - Flandre – Wallonie. Cette association n’a jamais voulu prendre cette problématique en compte alors que, dans notre groupe des Compagnons du Partage – lors de la CROISADE DES SDF 1994 / 1996 devant les 19 communes Bruxelloises et à la réquisition du Château de la Solitude à Auderghem – 6 SDF / 8 étaient dans cette problématique après rupture. En tant que concepteur / cofondateur de cette association, je n’ai jamais été écouté, mais trop souvent méprisé. Pour le FCSDF, je « racontais des histoires ». Les membres du FCSDF jugeant – tous – que la justice n’expulse pas des pères s’ils n’ont rien fait de mal. Le Secrétaire du FCSDF ne me laissait pas parler de cette problématique en réunion, en me coupant la parole, en me disant devant tout le monde que je cassais les pieds à tout le monde avec « mon histoire ». Sans aucun respect de ma personne, sans aucune reconnaissance pour mon combat, injurié, diabolisé, démoralisé, vexé, j’ai quitté ce mouvement. J’ai bien regretté ma perte de temps pour avoir voulu créer cette structure dès le 15 août 1994, qui ne nous a jamais aidé. J’aurais mieux fait de prendre un vol Brussels Air Line !!!... Je me suis toujours demandé à quoi pouvait servir ce Front commun SDF s’il ne s’inquiète pas de prévenir les exclusions des pères de familles, violés, spoliés, et SDF à la suite d’une discrimination à l’égard des hommes lorsqu’ils sont pères de familles en situations de séparations /divorces conflictualisées par les avocats familialistes / divorcistes ?

LB 05/04/2009 14:03

Lise Bilodeau Notre bouquin de l'Amour à la Haine explique l'industrie du divorce au Québec; Nous avons plus de 14.000 avocats familialistes! Parce que ce domaine paie. J'ai des membres qui ont vendu leur maison pour payer les honoraires de ces derniers. C'est immoral, indécent, mais légal. Pour le masculinisme, ici, les femmes ont chialié que les gars ne parlaient pas n'osaient pas, ne s'exprimaient pas. Est né le pendant !

DP 30/03/2009 14:59

Dans un divorce, il n’y a que 3 gagnants
La logique est qu’en situation de séparations / divorces conflictuels, il n’y a que trois gagnants, parasitant les situations humaines : les deux avocats, complices objectifs faisant mine de s’opposer (la comédie est leur métier) , et l’appareil judiciaire, récoltant le produit des condamnations pour alimenter le ministère de la justice au détriment de celui des affaires sociales, là encore par collaboration objective entre ces deux ministères.

Will 23/03/2009 21:51

Avocats : de l’huile sur le feu ?
Chacun a en tête des séparations où les avocats ont incité une des parties à demander davantage, à révéler les travers secrets de l’autre pour l’empêcher d’obtenir la garde des enfants, ou à faire constater par huissier son infidélité. Le futur ex-conjoint devient un adversaire, voire un ennemi, et tout est bon pour le mettre à terre avec l’aide d’un avocat, allié actif dans cette guerre de tranchées. Pourtant, un divorce n’est pas une affaire comme les autres. « Il n’y a ni gagnant ni perdant, explique Me Elodie Mulon. On est gagnant si l’on a réussi à trouver un équilibre pour la famille. Les avocats qui l’ont compris aident mieux leurs clients que s’ils demeurent enfermés sur leurs positions. » Il est préférable de choisir un avocat qui traite essentiellement, voire exclusivement, d’affaires familiales. « C’est une spécialité exigeante, rappelle Hélène Poivey-Leclercq, avocate spécialisée dans le droit de la famille à Paris. Cela demande d’avoir suffisamment de recul pour ne pas mélanger les genres et ne pas être tenté de régler ses propres comptes. »
La suite sur :
http://www.elle.fr/elle/societe/les-enquetes/quand-le-divorce-rend-fou/avocats-de-l-huile-sur-le-feu/(gid)/777814

AG 23/03/2009 02:39

Libération du père qui avait enlevé ses fils pendant 11 ans
Est-ce que le président Sarkosy, en qui j’ai énormément d’espoir, va-t-il prendre les mesures pour mettre un terme aux destructions des familles en situations de ruptures conjugales ? Quelques mesures simples et peu coûteuses pour déjudiciariser les conflits familiaux en situations de ruptures permettraient d’épargner tant de souffrances aux pères privés de vivre avec leurs enfants, ainsi qu’aux enfants privés de pères, sans repères… Quiconque rencontre un problème de santé ne consulte ni un architecte ni une couturière s’il le faisait, son comportement évoquerait un désordre mental. Pourtant, dans la très grande majorité des cas, qui rencontre un problème de famille se retrouve précipité dans le monde judiciaire. C’est donc toute la société qui marche sur la tête. Car aussi vrai qu’un parent n’est pas un délinquant ou qu’un enfant n’est pas un usufruit, la vie de famille ne devrait qu’en bien peu de cas se retrouver d’emblée dans les serres des hommes d’affaires et dans les affres des conflits judiciaires. Quelques lobbies opportunistes exploitent les difficultés humaines comme jadis on exploitait les mines. Personne ou presque, ne tire la sonnette d’alarme sociale. On y voit la preuve de notre peur du monde corporatiste le plus puissant et le plus infiltré dans les sphères de pouvoir, et un signe complémentaire de cette folie collective de « justice pour tous». De cette folie qui s’est emparée de nos contemporains, sous la pression, il faut le dire, de quelques lobbies opportunistes qui exploitent les difficultés humaines comme jadis on exploitait les mines… De fait, filon d’hier contre filon d’aujourd’hui, nous sommes passés depuis trente cinq ans de l’âge des carrières de pierre et des valeureuses gueules noires à celle de l’exploitation des familles en difficulté par les robes noires carriéristes… Nous sommes entrés dans l’ère des bénéfices secondaires soutirés par la plus sale des guerres modernes, la guerre des parents sous prétexte de l’intérêt de leurs enfants et de la folie des « droits » qui ont terrassé les libertés, les devoirs, ou même les règles de la vie civilisée… La déjudiciarisation des conflits familiaux permettrait aussi d’économiser entre 2 milliards et 6 milliards d’€ chaque année au budget de l’État. À bon entendeur, Cher Président Sarkosy. Avec mes respects.
Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/liberation-du-pere-qui-avait-enleve-ses-fils-pendant-onze-ans-18-03-2009-446148.php

Will 22/03/2009 23:40

L’enfer de la justice familialiste, en Suisse…
BROYÉ séparé de sa femme et de ses enfants, il est devenu un agitateur dont l'administration, la justice et les services sociaux se passeraient bien…
 
Broyé, séparé de sa femme et de ses enfants, il est devenu un agitateur dont l'administration, la justice et les services sociaux se passeraient bien. Il y a deux ans, Marc-Olivier Peter était un père de famille lambda. Bonne situation, des projets. Aujourd'hui, à 35 ans, il collectionne les dettes, multiplie les recours et oppositions. Quand il ne prend pas les conseillers d'Etat à partie, il s'adresse à la Haute Cour ou aux conseillers nationaux. Il demande la récusation de magistrats, menace de porter plainte à tout va. Impossible de saisir toutes les finesses de l'imposant dossier qu'il promène avec lui dans une valise à roulettes. Seule certitude: l'homme est déterminé.
« Une séparation inexpliquée », son discours ? « Défendre les droits parents-gardiens, le droit des enfants et garantir le minimum vital. » son problème ? Une séparation « inexpliquée », dit-il, des décisions arbitraires, des prélèvements de salaire illégaux, pour résumer sommairement. Tout commence en décembre 2003. Sur ordre du juge, il doit quitter son domicile conjugal de Praz (FR), escorté de gendarmes. Son épouse évoque des violences psychologiques. Au bénéfice ? À l'époque ? D'un salaire dépassant 7.000 francs (suisses) il doit verser une pension à la mère de 3.600 francs, (plus les allocations familiales) et il ne voit ses enfants que quatre jours par mois. Seulement voilà: trois mois plus tard, il passe au chômage (1). Le salaire baisse, pas la pension. Rebelote six mois plus tard, quand il reprend une activité lucrative moins rémunérée que le chômage. « Malgré cinq demandes de révision, on me prélève toujours 3.600 francs de pension alors que j'en gagne 2500. » Poursuites, saisies d'office (2). Il dort chez des amis, ou au motel, emprunte de l'argent à son père. La machine s'emballe. Domicilié désormais à Vallamand-Dessous (VD), il frappe à l'aide sociale vaudoise faisant valoir que les ponctions fribourgeoises le privent du minimum vital. La solution des services sociaux laisse perplexe: on lui propose d'abandonner son activité d'agent commercial indépendant pour se mettre au chômage, où il gagnerait davantage. « C'est fou ! s'exclame Marc-Olivier Peter. On exige d'un travailleur qui ne veut pas profiter du système de jouer au chômeur pour faire valoir ses droits au minimum vital. (2) » Sans défenseur ? Faute d’argent et de procédure ? Marc-Olivier Peter se bat avec sa plume, son téléphone et des entretiens. Il s'est forgé une réputation d'agitateur. La commune du Bas-Vully (FR) a même demandé des mesures tutélaires, écrivant que l'homme « donne l'impression de vivre dans un autre monde que le nôtre. Attitude inquiétante s'il en est. ».
« Oui, je vis dans un monde différent, reconnaît Peter. J'ai tout perdu, j'ai environ 50 000 francs de créances, je vois mes enfants au compte-gouttes alors que je les aime, et le droit n'est pas respecté. Ce monde s'appelle l'enfer. »
Une histoire, un témoignage, comme des millions d’autres, en Europe. Tiré de l’Article du 27/05/2005 du journal suisse 24 heures de Lausanne.
_____________________
(1) Comment peut-on conserver son emploi, lorsque l’on vous confisque 51,43 ù de votre salaire sachant que vous devez consacrer 40 à 60 % pour vous loger, et vous chauffer ? Que reste-il pour vivre et pour conserver son emploi, lorsqu’il reste à peine 2€, voir moins pour vivre ? C’est « Mission Impossible » ! (ndlr)
(2) Tout est saisissable pour payer les pensions alimentaires ! Même le minimum vital ! (ndlr)

Will 05/04/2009 14:14



Rectification d’une erreur d’impression : (1) Comment peut-on conserver
son emploi, lorsque l’on vous confisque 1/3 ou 50, 60 % (voire plus)
de votre salaire sachant que vous devez consacrer 40 à 60 % pour vous loger, et vous chauffer ? Que
reste-il pour vivre et pour conserver son emploi, lorsqu’il reste à peine 2€, voir moins pour vivre ? C’est « Mission Impossible » ! (ndlr)



JM 22/03/2009 19:21

Inégalités entre les femmes et les hommes, en Belgique, en matière de justice familiale
Une preuve de plus par mon témoignage sur un cas vécu :
 
À l’audience du Tribunal, pour ma demande du droit d’hébergement égalitaire, l'avocate de mon ex a demandé au juge d’accorder à ma fille (1 fille et 3 garçons) la possibilité de ne plus me voir… du tout!!!...
 
A la sortie de cette audience, j'ai suivi ma fille pour lui parler (car je n’ai pas voulu cette situation de conflits et surtout parce que je ne lui ai rien fait de mal. En outre, c’est sa mère qui a demandé le divorce) mais son avocate (une femme) m'a engueulé !!!... Je lui ai demandé ce qu'elle ferait si on lui enlevait la possibilité de voir ses enfants… et donc ce qu'elle ferait si elle se trouvait dans ma situation (?!?). Elle me répondit aussitôt (du tac au tac) qu'elle ne serait jamais dans ma situation… parce qu’on ne lui enlèverait jamais ses enfants !!!...
Voici une preuve de plus de la discrimination entre les femmes et les hommes (donc de genre) en situations de ruptures conjugales conflictuelles.
À Liège, cette avocate, manifestement contre la loi instituant « l’hébergement égalitaire », est devenue juge !!!... Alors, croyez-vous, un seul instant qu’elle « dira la loi » en ce sens qu’elle appliquera la loi sur l’hébergement égalitaire ? Bien sûr que non ! Et qui plus est, actuellement, de plus en plus de femmes sont aux postes de « Juge-hors-la-loi » !!!...  Ce ne sera donc pas demain, la veille de l’application de cette loi sur l’hébergement égalitaire !
 
Alors… qu’est-ce qu’on attend… pour déposer plainte (au pénal) contre ces ex-compagnes (1) qui nous accusent, faussement, de violences conjugales, de gestes incestueux sur nos jeunes enfants ? Et qu’est-ce qu’on attend… pour déposer plainte (au pénal) contre ces « juges-hors-la-loi » qui, par leurs idéologies indécentes et criminelles, refusent d’appliquer l’hébergement égalitaire ? À bon entendeur !
_______________________
(1) Pourtant des exemples existent ! Voir l’article le plus lu (22.812 lectures en 18 mois sur ce Blog) UNE MERE CONDAMNEE POUR FAUSSES ACCUSATIONS DE VIOLENCES http://laviedeperes.over-blog.com/pages/UNE_MERE_CONDAMNEE_POUR_FAUSSES_ACCUSATIONS_DE_VIOLENCES-34866.html  
­­­­­­­­­­­
Publié aussi sur
Pour une Égalité entre les femmes et les hommes en Belgique ?
http://laviedeperes.over-blog.com/article-27417688-6.html#anchorComment
Commentaire n° 22 posté par JM le 22/03/2009 à 19h13

BO 20/03/2009 13:10

Enfin…  une Nation qui se penche sur l’un des points cruciaux de destructions des familles…
 
L'activité professionnelle des mères divorcées, monoparentales, aux USA
 
Au menu ce jeudi 19 mars :
De notre correspondant en Allemagne                                                 
http://www.dw-world.de/dw/article/0,,4111069,00.html
 
"Obama joue avec le feu"
 
Jusqu'ici, explique la Süddeutsche Zeitung, le parent divorcé en charge d'un enfant, généralement la mère, pouvait ne pas travailler jusqu'à ce que ce dernier ait atteint l'âge de huit ans, et exercer un temps partiel jusqu'à ses quinze ans. Ce jugement de la Cour fédérale, qui préconise un retour plus rapide sur le marché de l'emploi, est un coup dur pour les femmes concernées et a de quoi réjouir les hommes, estime le journal. Mais il n'est pas surprenant : le tribunal familial n'a fait que transposer la volonté du gouvernement de réformer le système des pensions alimentaires. On savait depuis longtemps que la ministre de la Justice Brigitte Zypries voulait abandonner les privilèges accordés aux familles monoparentales.
 
Après un divorce, ce sont le plus souvent les mères qui gardent les enfants
En ce qui concerne l'éducation des enfants, chacun aime à faire valoir sa propre expérience et à énoncer des thèses sur ce qui est bon ou non pour eux, constate la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Avant même d'avoir prononcé son verdict, la présidente de la Cour fédérale a déclaré que l'isolement dû à une éducation monoparentale risquait de faire des enfants des "petits tyrans".
Enfin, une Nation se penche sur l’un des points cruciaux de destructions des familles en situations de conflits séparations / divorces.
Ici, en Belgique, le taux de divorce est le plus élevé au monde.
 
La durée moyenne d’un mariage est actuellement de 3 ans.  
 
Tous les trois ans des femmes peuvent donc aisément se (ré) accoupler pour avoir un enfant, et ainsi augmenter leurs revenus mensuels de 250 € (voire plus). C’est le tarif à payer (1/3 du salaire de l’homme et plus) pour les enfants de couples se séparent ! C’est une réelle spéculation pour des rentes confortables. L’on rencontre de plus en plus de mères monoparentales ayant de 2 à 5 enfants de 2 à 5 pères différents.
Disposant de 2.750 € par mois (5 x 250 € de pensions alimentaires / CPAS / chômage majoré / allocations familiales majorées) ces mères sont des rentières à vie !
 
La Belgique… pays de cocagne pour les mères divorcistes, et le bagne assuré pour les laissés pour comptes : les exploités du cœur et du sexe.

HL 17/03/2009 16:48

Fausses accusations de violences ou autres abus - Des sites intéressants:
http://www.champi.org/pere/faux_acc.htm - http://forum.aufeminin.com/forum/actu1/__f64112_actu1–mal-les-fausses-accusations-de-viol-ou-attouchement-de-la-part-femmes-ou-adolescentes-quand.html - http://forum.doctissimo.fr/psychologie/violences-conjugales/accusations-conjugales-violences-sujet_2450_1.htm à bon entendeur - hommelibre - Bonjour, N’hésitez pas à copier-coller vos commentaires d’ici et à les mettre également sur mes blog, il faut que l’information s’étende le plus possible. - http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/01/29/fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-la-saloperie-en.html - - http://www.lepost.fr/article/2009/01/30/1406249_fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-un-mensonge-construit.html#mareaction - -  http://leshommeslibres.lalibreblogs.be/ - - - http://hommelibre.lejdd.fr/ - - Il faut en parler le plus possible.

AR 13/03/2009 23:12

L'AIDE AUX HOMMES EN DÉTRESSE AU QUÉBEC: LA PRISON!
 





Caroline TouzinLaPresse, 12 mars 2009
Un «Father for justice» menace de mort des employés de la DPJ
 À peine sorti de prison pour avoir proféré de menaces de mort contre la DPJ, Mario Morin a récidivé. Ce père de 41 ans est «prêt à tout» pour voir sa fille de neuf ans dont il n'a jamais eu la garde.(...)C'est sa onzième condamnation pour menaces de mort. Il a passé l'équivalent de sept des huit dernières années en prison en raison de son obsession de rencontrer sa fille.En ligne: http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/200903/12/01-835977-un-father-for-justice-menace-de-mort-des-employes-de-la-dpj.php





 
Mario Morin a passé l'équivalent de six ans en prison. En 2006, cet homme a indirectement bloqué la circulation pendant plusieurs heures sur le pont Jacques-Cartier parce qu'il voulait revoir sa fille. Un père en crise, un homme en détresse qui aurait eu besoin d'être aidé, secouru par des professionnels de la santé compétents. Au lieu de cela, on l'a jeté en prison. Il en est ressorti plus révolté que jamais. C'est une véritable bombe à retardement que l'on retournera fort probablement à nouveau derrière les barreaux suite à des menaces de mort. 
 
Mario Morin est l'exemple parfait du genre d'aide que notre société accorde à des pères qui pètent les plombs parce qu'on leur enlève l'accès à leurs enfants: la prison. Il y a des centaines de pères au Québec qui, chaque année, sont éloignés de leurs enfants par toutes sortes de tracasseries juridiques et psychologiques. Ils sont seuls, abandonnés par une justice et un système de santé qui  sont indifférents face à leurs souffrances. Et après, on est tout surpris qu'un père commette l'irréparable...
 
Une femme qui aurait eu le même comportement que Morin aurait-elle été mise derrière les barreaux et empêchée de voir ses enfants? 
 
Jean-Pierre Gagnon 
avec l'équipe de L'APRÈS-RUPTURE 

Will 11/03/2009 21:41

Politique Familiale - Situation au 1er mars 2009 (Suite 3)
 
En fait, ils sont lâches !...
 
En fait, ils connaissent TOUS le moyen d’enrayer ce fléau ! Pour cela, il suffit de promulguer quelques lois et ça ne coûte rien à l’État.
 
Il s’agit donc d’une non volonté politique d’enrayer ce fléau social.  Mais cette indifférence n’a-t-elle par pour raison de laisser le champ libre à l’Industrie du Conflit Conjugal pour qu’elle puisse continuer à engranger leurs bénéfices ?  Sans aucun état d’âme ?  Sans aucun scrupule ?  À vous de juger !
 
Tout porte à le croire !...
 
Pas de conflit = pas de procès = pas de dépenses inutiles pour les familles = pertes financières pour les avocats = pertes financières pour tout le secteur para judiciaire.

Will 11/03/2009 21:38

Politique Familiale - Situation au 1er mars 2009 (Suite 2)
 
Bien triste désolidarisation familiale !...
 
Cette « justice » qui s’occupe des plus graves problèmes familiaux, sans connaître ni les tenants, ni les aboutissants, a néanmoins, et toujours… expulsé les pères de leurs foyers, leur volant aussi leurs vies de pères, les ruinant aussi par de lourdes pensions alimentaires impossibles à payer, et les empêchant aussi de vivre normalement avec leurs enfants sous de simples fausses accusations des ex compagnes !
 
Rappelons, ici, qu’il y a 2,5 fois plus (et peut être davantage) de séparations conflictuelles d’unions libres, que de divorces d’unions officielles.
 
Pour rappel supplémentaire: nous les hommes… nous sommes toujours, et tous, diabolisés…  Nous sommes toujours, et tous, accusés de violence conjugales.  Nous sommes toujours, et tous, accusés de gestes incestueux envers nos enfants.  Nous sommes toujours, et tous, accusés d’être des déséquilibrés, ou des psychorigides, ou bien des anormaux,…  
Et pour quelles raisons sommes-nous ainsi diabolisés ?  
C’est très simple… c’est de cette manière là qu’ont les juges d’avoir une raison, un motif,… de confier (sauf rares exceptions) les enfants aux mères, ces accusatrices de mensonges à l’égard des pères des enfants.
Nous sommes toujours, et tous, en rupture totale avec nos enfants.  Certains d’entre nous ne voient plus leurs enfants depuis plusieurs années… C’est le cas de plusieurs d’entre nous depuis 8, 15, 19 ans, voire plus.
 
Les responsables politiques, qui ont pourtant le pouvoir (et surtout le devoir) de changer ce qui ne va pas dans notre société, préfèrent se retrancher sur les manques de moyens financiers pour mettre en place des mesures efficaces de manière à enrayer ce fléau.  

Will 11/03/2009 21:35

Politique Familiale - Situation au 1er mars 2009
 
Pas de conflit = pas de procès = pas de dépenses inutiles pour les familles
 
Nous constatons que, depuis 1994, rien n’est fait pour éviter les destructions des familles.
 
Qui se pose la question… de savoir combien de victimes sont elles tombées sur les champs de batailles de cette sorte de guerre civile entre des conjoints, à la suite des séparations / divorces conflictuels ?
 
À défaut d’Instance officielle qui puisse être capable de nous donner une réponse, nous pouvons estimer qu’en Belgique, entre le 1er janvier 1994 et le 28 février 2009, il y a eu +- 918.750 familles détruites par une « justice » familialiste, mercantile, arbitraire,…
 
C’est donc, en 15 ans, +- 1.378.125 d’enfants qui furent privés de vivre avec leurs pères (+- 94 %) et avec leurs mères (+- 6%), par le manque de médiation familiale avant de passer par en justice pour statuer sur les questions importantes de l’après rupture conjugale.
 
Et ce, alors que l’on connaît, tous, les graves et désastreuses conséquences par les manques de repères causés par les manques de pères…
 
Rappelons aussi que les enfants de 1994 sont les adultes d’aujourd’hui… et parfois aussi les parents d’aujourd’hui… lesquels sont aussi sans pères… et aussi sans grands pères.  
Il n’est plus question de pouvoir compter sur papa ou bien sur bon papa !  

Will 11/03/2009 21:32

QUID de l’INTÉRÊT SUPÉRIEUR de l’ENFANT
 
Et quand donnera-t-on sa définition ?
 
L'intérêt de l'enfant : alibi, piège ou nécessité ?
 
Le texte est accessible sur
http://www.separation.be/index.php/component/content/article/36-la-separation-parentale/70-benoit-van-dieren
 
Ceci est le texte d'une conférence que j'ai donnée dans le cadre d'un colloque organisé par le Barreau de Bruxelles le 14 septembre 1994 à Bruxelles sur le thème de la Médiation familiale.
 
Les actes du colloque ont été publiés dans la Revue de Droit familial ( Ed Larcier)
 
J'estime que 8 ans plus tard ces propos restent d'une brûlante actualité puisqu'un futur projet de loi sur le divorce s'apprête, dans l'intérêt de l'enfant, bien entendu, à renforcer l'implication de l'enfant dans les procédures judiciaires. Cruelle absurdité selon moi ! Quel est le pouvoir psy occulte qui est à l'origine de cette idéologie à courte vue?
 
B. Van Dieren
Novembre 2002
www.co-mediation.net

Annie 09/03/2009 19:35

 





Papa, futur papa, être père aujourd'hui, accueillir un enfant dans la vie.
J'ai fait un tour sur la toile, et j'ai sélectionné quelques blogs. Les blogs des pères. Des paternités sensibles bafouées de façon très inquiétantes, en grands risques de décadence




http://leperedivorce.blogspot.com/ 




http://pere.over-blog.com/ 




http://papasolo.blogspot.com/ 




http://blog.francetv.fr/papaencolere/  




http://initiales-vh.over-blog.com/  




http://www.patrick-garnier.net/  




http://coupable.space-blogs.com/ 




http://laviedeperes.over-blog.com/ 




http://membres.lycos.fr/paternite/pere.html 




(Pour suggérer d'autres liens, écrire au webmaster du BFF PEM - Merci)





De la part d’Annie et édité sur : http://pem.mediation.free.fr/BFF/news.php?lng=fr&pg=292
 

Témoin 05/03/2009 16:54

La crise économique frappe plus durement les familles en ruptures conjugales !
 
Avec 1 enfant, Mireille n'arrive pas à joindre les deux bouts. Elle témoigne : « Je travaille à temps plein et je gagne 1.140 euros. Mon ancien mari a perdu son travail et il ne peut plus payer sa pension alimentaire donc je suis obligée d'aller au secours populaires pour manger », raconte Mireille qui travaille pourtant pour l'administration. « Une fois que j'ai payé toutes mes factures et mon loyer, je n'ai plus rien. Mon fils a 15 ans, et les loisirs, le sport et les vêtements cela coûte cher et j’ai peur de ne pas pouvoir honorer mes factures», explique cette femme qui ne veut pas s'apitoyer sur son sort.
Elle poursuit : « J'ai pourtant réorganisé mon budget, j'ai passé mon assurance voiture au tiers et j'ai arrêté la location d'un garage. Je continue à faire les courses mais avec un budget très serré. »  Mireille, qui a déjà été sans logement et dans l'enfer de l'endettement, ne veut pas retourner à cette situation.  Son fils, lui, n'est pas au courant de sa situation. « Ce n'est pas a lui de porter ma galère. J'espère avoir assez d'argent pour financer ses études. » Résolument optimiste, Mireille est sûre que de meilleurs jours l'attendent. « Cela va revenir et puis il y a bien pire que moi comme situation. »  

DP 24/02/2009 17:05

Qui triche bronze et qui souffre grille
Guadeloupe, Martinique, Réunion, Nouvelle Calédonie…sont de véritables paradis filiaux.
La revendication identitaire des gens vivant dans nos dépendances touristiques cache la grande misère familiale décomposée qu’elle protège à son insu, grâce aux milliers de kilomètres qui séparent les enfants déportés dans ces petits paradis et leurs pères.
En effet, que dire du viol de l’identité de tous ces enfants enlevés à leur lieu de vie antérieur par leur mère, qui va trouver au soleil de l’exil des avocates bronzées et des juges indemnisés pour leur sacrifice au soleil de la justice bananière ?
J’ai épaulé de nombreux pères effondrés par la disparition légalisée de leur(s) enfant(s). Mère et enfant(s), souvent avec un amant en prime dit " beau-père " (fugace) , allaient se chauffer au soleil naturel des îles paradisiaques et aux soleils artificiels des procédures pipées " donnant acte de la présence dans la circonscription des enfants avec leur mère , qui dispose de l’autorité parentale ".
Les deux avocats, la bronzée permanente de l’île et la bronzée métropolitaine, intermittente mélanique du spectacle judiciaire, n’avaient nulle difficulté à griller le père sur ordonnance.
Il se faisait systématiquement braiser, ayant le droit de payer son voyage une ou deux fois par an s’il voulait vraiment prouver qu’il aimait ses enfants, ce que personne portant robe noire ne pouvait croire, aussi vrai que les nordistes violent leurs enfants après beuverie, comme le sait le bon juge Beauvais.
Il y a de la souffrance sociale et même identitaire dans les îles. C’est évident.
Mais comme toujours, on méprisera la souffrance de tous ces enfants déportés légalement, arrachés à leur père (exclusivement à leur père, pas à leur mère. Car si un père faisait la même chose, il serait dès son arrivée escorté jusqu’à la maison d’arrêt et en France, la mère aurait le droit de verser ses larmes de TF1 à M6 en passant par France Inter et RTL).
Et pour tous les pères qui se sont suicidés ou enlisés dans l’exclusion ou les problèmes psychiatriques après ce viol de leur identité, leur destinée vaut-elle une messe ou un discours ?
Non, bien évidemment.

Michel 24/02/2009 16:58

Les papas violés et divorcés des caraïbes…
Bonjour, sachez que les papas violés et divorcés des caraïbes ont a faire face à une nouvelle plaie sur leurs îles de cocotiers: les femmes dominicaines qui envahissent les lits des antillais en substituant leurs ex mouillées à la sauce Toubira ou pire... celles-là d'ailleurs font le chemin en sens inverse vers la métropole.
Donc ces femmes du tiers monde des îles, Santo Domingo, s'ex patrient sur nos îles en chasse des alloc et avantages sociaux français.  Facilement elles trouvent amant - en métro ils vont les chercher dans les pays de l'Est par palettes - se font mettre le polichinelle dans le tiroir et zou les subsides de l'état pro vie danse...
D'ailleurs peu de temps après elles comprennent les avantages du divorce surprocéduralisé... et zou les pensions... Voila comment les antillais et martiniquais deviennent des cent papas pillés. Vive la répu, digue du... @mitiés, Michel

Will 15/02/2009 11:48

Dans nos sociétés civilisées, il y a plus d’hommes qui subissent des violences conjugales, que les femmes ! Preuves à l’appui !
L'Institut de la statistique du Québec publiait en avril 2007  les résultats d'une enquête effectuée en 2004 par Statistique Canada qui démontrait qu'un homme sur 75 et une femme sur 108 était victime de violence conjugale, soit 25.400 hommes et 16.900 femmes.  Nulle part il n'est question des 100 000 femmes violentées annuellement au Québec, chiffre farfelu, ridicule, que s'apprête à utiliser sur la place publique un regroupement d'organismes grassement subventionnés avec l'argent des contribuables dans le but évident d'obtenir plus d'argent de nos impôts.
Voir l’article complet sur http://laviedeperes.over-blog.com/pages/Lapresrupture-39808.html
Les Belges seraient-ils plus violents que les Canadiens ???...

Papapillé 14/02/2009 17:30


À propos de LAGAZIS
 
Je viens de recevoir la preuve écrite de (…) la félonie (à moins d’user d’un autre qualificatif abject) de l’avocat qui défend « les intérêts illégitimes » de mon ex (après 15 ans de cauchemars) lequel écrit texto à mon avocat, qui est chargé de défendre mes « intérêts légitimes » lors du partage de la communauté, la vente d’un immeuble :
 
 
« (…) Je vous remercie dès lors de bien vouloir répondre au Notaire B…, comme convenu, dans les délais les plus courts. Dans le cas contraire, je serais contraint de prendre des initiatives judiciaires et nous avions parfaitement admis l’un et l’autre, lors de notre entretien téléphonique, qu’à ce stade, cela ne serait certainement pas l’intérêt de nos clients ».
 
En fait, cet avocat menace le mien d’agir contre l’intérêt de mon ex et du mien !!!...
La preuve irréfutable de sa malhonnêteté. Car en cas de conflit sur le calcul du partage (vente de l’immeuble, calcul des indemnités locatives, la moitié du contenu,…) c’est uniquement lui, l’avocat, qui profitera plus en cas de conflits supplémentaires (cela ne serait certainement pas l’intérêt de nos clients) au niveau de la liquidation.
 
Cet avocat pervers ne se rend même plus compte de (…) sa scélératesse !?! Comment est-ce possible ? Il va falloir que nous dénoncions ça aussi !!!...

Médiation 12/02/2009 21:20

Mediation Familiale
L’Institution judiciaire : non seulement cela amplifie le conflit parental, mais cela permet aussi à certains lobbys de gagner beaucoup plus d'argent que si les parents étaient aidés à s'entendre. Ça peut vous coûter de 20.000 à 45.000 €, voir plus !...
Une médiation : ça ne coûte pas beaucoup d'argent. Dans certains cas, c'est même presque gratuit. Une vraie médiation réussie (sans avocat) fait dépenser aux parents et à l'Etat, 10 à 1000 fois moins d'argent qu'une procédure contentieuse qui n'en finit pas et qui peut durer des dizaines d’années !...

will 12/02/2009 14:43

Une boulangère peut même devenir une très bonne Médiatrice familiale !!!
L'avenir des familles c’est la déjudiciarisation familiale avec l’aide d’une réelle médiation familiale, efficace et décente !
 
Voici un exemple de formation pour tout public :
Médiation Aveyron - http://www.mediationaveyron.com
05 65 59 48 81 - 06 77 16 40 96 - Nicole Bernard

PEM 12/02/2009 13:36





Les avocats médiateurs ont-ils droit de Cité ?




La Fédération des Mouvements de la Condition Paternelle est en France la première organisation nationale à avoir proposé dès 1980 la médiation familiale hors judiciaire, car c'était la seule solution pour les pères à l'époque, d'être reconnus en tant que tels dans les accords interparentaux que ne pouvait refuser de valider l'appareil judiciaire. Loin de nous aider à mettre au point une logique institutionnelle prenant en compte la capacité des parents de se mettre en accord devant un tiers pour leurs enfants avant d'aller rencontrer un juge, de nombreux avocats affairistes n'ont cessé pendant des années de dénigrer cette méthode. Depuis que la loi du 4 mars 2002 reconnaît à la médiation familiale sa qualité d'action et une légitimée incontestable par ses résultats positifs en faveur des enfants, certains avocats n'ont de cesse de se revendiquer maintenant médiateurs devant leurs clients. Ce texte de la Fédération FMCP, nous indique quelle est la difficulté, d'accepter que des avocats usurpent le titre de médiateur. F.M.C.P. 144 avenue Daumesnil, 75012 Paris – Tél. 01 43 41 45 18 – Fax 01 40 04 94 95
Lecture de la lettre de la FÉDÉRATION DES MOUVEMENTS DE LA CONDITION PATERNELLE pour une responsabilité égale en cas de séparation et de divorce.
http://pagesperso-orange.fr/pem.mediationfamiliale/avmedfmcp.htm
 

ce 12/02/2009 00:41


Excès de la judiciarisation - par Fred le 07/08/2008 @ 01:42
Pour demander à être publié sur le site Exactions : collectif@exactions.net - Le seul site en France à dénoncer les excès de la judiciarisation qui condamnent des enfants à être privés de leur famille.
 
Pêché sur le site français Déjudiciarisation http://dejudiciarisation.free.fr/news.php?lng=fr

Will 11/02/2009 17:38


Participez aussi aux discussions et débats sur le Blog Forum de PEM et sur le site Déjudiciarisation .
Donnez aussi vos avis et vos réflexions complémentaires sur le Forum SOS Enfants du divorce. Il est important d'intervenir en échanges de contenus et valoriser nos réseaux d'informations et de sensibilisation, d'une part à la dure condition des pères et des parents séparés ou divorcés, d'autre part à celle de nos enfants, mais aussi aux solutions préventives de médiation familiale dont nous parlons aussi dans le Blog du CPR.




 

Will 10/02/2009 23:12

Un père est à bout !!!...
 
Voilà 11 ans qu’il se bat pour ses droits de pères !
 
Depuis 11 ans, son ex lui a volé sa vie de père, avec la complicité de la « Justice » !
 
Des milliers d’autres pères sont autant privés que lui de vivre avec leurs enfants… les uns depuis 25 ans, d’autres… même plus !…
Et aucune mesure légale ne veut mettre un terme à cette ignominie !
 
Une honte nationale !
 
Si tous les pères de Belgique se donnaient la main… pour décider d’insérer un article dans la presse… Ce sont alors 1.500.000 à 2.000.000 d’articles (voire plus) de ce genre que nous lirions chaque année !!!...


Vous êtes jeune et vous connaissez un jeune qui rejette son papa ou sa maman.
Vous êtes un papa, une maman et pourtant... Vous ne voyez plus ou peu votre ou vos enfants,… Vous êtes victime de non présentation d’enfant, d’éloignement géographique, d’accusations mensongères, condamnés à payer des pensions alimentaires disproportionnées par rapport à vos moyens d'existences, la justice sexiste vous refuse un hébergement égalitaire,…
Vous n’arrivez plus à dialoguer, à être respecté en tant que parent, à sortir du conflit.
Vous êtes un couple et ne supportez plus le silence ou le conflit quotidien, et vous voulez sauver votre couple, mais sans avoir comment et quoi faire... ... ne baissez pas les bras!
Vous êtes un grand-papa, une grand-maman et pourtant... Vous ne voyez plus ou peu votre ou vos petits enfants.
contactez nous et/ou rejoignez-nous!
+32 495 712343
+32 476 051077
jaimepapaetmaman@gmail.com
http://jaime-papa-et-maman.skynetblogs.be/
"Le temps, l'occasion, l'usage, la prescription, la force font tous les droits" (Voltaire)
 
La « justice » familiale : entre l’enfer et le cauchemar. Vous qui entrez dans ce monde, perdez tout espoir…
 
On cristallise l’horreur au masculin!

Overblog a dépassé la barre des 8 millions de visiteurs uniques en novembre 2008
 
Overblog devient la première plateforme de blogs en France.
 
Vos idées parcourent le monde !
 
Créez votre Oveblog gratuit sur : http://www.over-blog.com/
 

will 08/02/2009 17:03

 

La Destruction du Père
Texte de Jacques Dupuis
Entraide Pères-Enfants Séparés de l'Outaouais
Comment en sommes-nous arrivés à réduire la notion du père à un statut d'importance inférieur à celui de la mère?

À lire sur Mon père, ce premier héros, ce premier amour
http://laviedeperes.over-blog.com/article-20265698-6.html#anchorComment
Commentaire n° 3 posté le 8/02/2009
Source :
Entraide Pères-Enfants Séparés (ENPES)
http://www.nouveau.qc.ca/libertel/3/118363.htm papa.bgp-fr.com/pdf/histoire_role_pere.pdf
01/06/2000

Will 07/02/2009 00:24

Le Fisc encourage les femmes avec enfants à vivre seules
(Ou en concubinage illégal)
 
Si les gouvernements sont sérieux dans leur volonté de mettre sur pied une véritable politique familiale, ils devront absolument revoir leur fiscalité.
« Notre régime fiscal subventionne le divorce et la séparation et pénalise la reconstruction des familles » croit le fiscaliste Yves Chartrand, du Centre québécois de formation en fiscalité.
Les couples seront probablement choqués de constater que d’un point de vue fiscal, les femmes avec enfants mineurs pourraient avoir intérêt à quitter leur mari et à ne pas se faire de nouveau compagnon de vie, appelé conjoint fiscal.  Le tableau qui prend l’hypothèse d’un couple dont le mari gagne 75.000 $ et la femme 25.000 $, est on ne peut plus clair : en quittant son mari, madame verra son revenu passer de 18.302 $ à 38.924 $ par an, soit un gain appréciable de 20.622 $. Par contre, si elle se fait un nouveau conjoint fiscal, le fisc la pénaliser de 11.207 $ net par an.
Rien, en somme, pour augmenter le taux de natalité !
 
« Ensemble, les couples de la classe moyenne n’ont droit qu’à peu d’avantages fiscaux. Mais dès qu’ils se séparent, au moins un des deux peut recevoir plusieurs crédits d’impôt et prestations socio-fiscales » explique M. Chartrand.
©2002 Les Affaires. Tous droits réservés.
Numéro de document : news 20020316 ZL 0029
Le document PDF de l’étude complète québécoise (calculs des avantages) est disponible sur demande sur ce blog
 

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives