Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La valeur du triangle père mère enfant

 

Simone et Moussa NABATI psychanalystes et docteurs en psychologie.
. Aux éditions Jouvence (1994)

Page 61

- Le père est le garant du respect des interdits, de la soumission à la loi morale et aux règles sociales.  Il initie à un devenir adulte qui passe par une séparation d’avec la mère.

Page 65

- fonction maternelle = protection, fusion, corps, désirs, fantasme d’immortalité.

Page 66

- La fonction paternelle ?  Elle est inconsciente et non volontaire, elle est unique, et non multiple, elle est spécifique au père et non à la mère.  Enfin elle est absolue, immuable, éternelle, non déterminée par les modes.  Elle est une fonction de séparation, d’expulsion du sein maternel, de distinction, de différenciation.

- Le père expulse de la mère, appelle au dehors, coupe le cordon, pousse à quitter les géniteurs.  Il se fâche, punit, corrige, frustre, interdit, éprouve, fait souffrir, dit NON.

Page 67

- Éduquer provient du latin "educare" qui signifie faire sortir, tirer au dehors.

- La mère incarne l’amour, le père la LOI.  Il est le soleil qui fait sortir le bébé des eaux de la mer, qui fait pousser vers le haut la plante de la terre.

- Le père est le garant d’une relation triangulaire père mère enfant indispensable à la santé psychique de l’enfant.  Le père est là pour interdire à la mère et à l’enfant de se compléter, de se satisfaire mutuellement.  Sa seule fonction est de séparer psychologiquement l’enfant de la mère et celle-ci de l’enfant.  L’unique fonction paternelle inconsciente et éternelle, c’est la mise en place du triangle père mère enfant.

- Pourquoi faut il, à tout prix, transformer le duo paisible en triangle ?  Pourquoi le père et lui seul en est il l’agent ?

Page 68

- Le père intervient pour légitimer l’expulsion et reconnaître l’enfant [ ... ]  Sans cette nomination, sans cette reconnaissance tierce, le bébé continuerait à être la propriété, l’exclusivité de sa mère, son appendice, chair de sa chair, son complément. L’hégémonie du désir maternel totale, la mère toute, l’enfant pas né et le père rien. Le duo bloqué se trouverait dans l’impossibilité d’évoluer vers le triangle.

Page73

- C’est le père qui initie à l’attente et à la patience.  Il symbolise le sablier, le temps qui passe inexorablement, mais surtout ce qui reste à vivre ici et maintenant.  Grâce à l’intégration de la différence des sexes, à la présence d’un père, l’enfant devient capable d’intérioriser les interdits, les règles de la vie en commun.  Il devient son propre gendarme.  L’interdit le plus fondateur, sans lequel aucune société humaine n’est concevable, est la prohibition de l’inceste.  C’est le père, en raison de son absence physique naturelle des processus de grossesse et d’accouchement, qui devient le porte-parole ou le porte-drapeau de cette loi fondamentale.  Sans ce "NON" du père, sans son autorité interdictrice, l’enfant resterait à jamais coincé dans la séduction incestueuse et, donc, dans l’indifférenciation et le mélange.

- C’est le père, en effet qui pousse au sacrifice, à la censure, au renoncement du désir endogamique et à son évolution vers l’exogamie, comme fondement de toute culture humaine consciente :  "Non, tu ne peux pas jouir avec ta maman.  Tu trouveras une autre femme, ailleurs, dehors, plus tard, quand tu seras grand comme ton papa."  " Non, tu ne peux pas épouser ton papa.  Tu séduiras un autre homme ailleurs, plus tard quand tu seras grande comme ta maman."
 

Page 85

- La fonction paternelle séparante ne s’exerce pas au niveau du seul enfant, mais des trois membres solidaires, indissolubles du triangle, c’est à dire au niveau du père lui même et à l’endroit de la mère également.

Page 97

Si le père n’occupe plus sa vraie place, l’enfant n’est pas à sa place.

Page 103

La famille et le couple sont affectés de nos jours par une crise psychologique qui les lézarde dans leurs fondements.  Ce séisme s’explique, entre autres, par le déséquilibre de la relation Homme/Femme au désavantage du premier, c’est à dire par l’apparition d’un nouveau matriarcat revendicatif, aux pouvoirs exorbitants.

Ce bouleversement extrémiste n’a bénéficié à aucun des trois membres du triangle, ni au père, ni à l’enfant, ni surtout, à la femme elle même, encore plus esclave qu’avant.

Page 103

La réussite de l’entreprise paternelle dépend alors de sa capacité à contrebalancer, à amortir la toute puissance du désir, la domination maternelle séduisante.  Il s’agit d’opérer de sorte que la mère ne soit pas toute, qu’elle ne cumule pas en son sein les 2 fonctions opposées, paternelle et maternelle, empêchant ainsi la transformation du duo fusionnel en triangle.

Page 104

- La vraie mère est celle qui reconnaît un tiers, un père à son enfant.

- La plupart des pathologies de la personnalité enfantine, de la plus grave à la plus bénigne, sont dues à l’impossibilité de la mise en place ou au mauvais fonctionnement du triangle et traduit, à des degrés divers, la carence de la fonction paternelle symbolique/symbolisante.

- Plus la privation est précoce et massive, plus l’évolution de l’enfant sera handicapée.

Pages 108/109

- L’homme devient pour elle [la femme] le simple instrument à réaliser ses désirs et ses caprices en toute impunité, sans avoir de compte à rendre.

- Elle peut demander la garde des enfants qu’elle obtient dans la très grande majorité des cas, entre 75 et 90 %, ceci avec la complicité de la justice qui, au lieu de favoriser la rupture mère -enfant, décrète arbitrairement que le petit a plus besoin de sa mère que de son père, prolongeant ainsi le duo fusionnel au lieu de promulguer le triangle.  Dans ces conditions l’enfant carencé de père deviendra captif de l’imaginaire maternel, comme une mouche dans une toile d’araignée, son inséparable joujou, faute d’un tiers séparant.

Page 134

- La confusion des rôles mène l’enfant vers le non respect des adultes et vers le non respect des lois et des institutions.

Page 159

- L’absence réelle du père est susceptible d’entraver, d’inhiber le développement psychologique de l’enfant car sa fonction ne peut s’exercer uniquement dans l’abstraction et nécessite la présence physique d’un homme pour s’incarner.

- On peut dire d’emblée que plus l’absence du père sera longue et précoce dans la vie de l’enfant, plus celui-ci sera fragilisé dans son cheminement.  Tout enfant privé de père, sera englué dans la fusion avec la mère, réussira moins bien son parcours de séparation et d’autonomisation.

Pages 178/179

- Pour un enfant, vivre avec son père le préservera du fantasme de parthénogenèse : "Ma mère est si forte qu’elle est capable de m’avoir engendré toute seule".

Page 181

- La carence de fonction paternelle, peut retentir sur l’évolution psychique de l’enfant en bloquant son accès à l’univers symbolique (échec scolaire), et en favorisant la libération des pulsions agressives (délinquance, violence) ou autodestruction (sectes, drogues)

Pages 182/183

- l’échec scolaire révèle l’accrochement à la relation maternelle et l’absence de fonction paternelle.

- En 1990 > 30% des écoliers sont en échec scolaire.

> 20 à 25 % de ceux-ci entrant en 6ème ne savent pas lire correctement.

> 75 % des enfants ayant redoublé leurs CP¨se retrouvent en classes de perfectionnement ou d’apprentissage.

> 85 000 jeunes quittent l’école sans certificat ni diplôme. Sur 100 élèves entrant au collège 25 seulement auront le bac.

- L’unique raison de ce constat désastreux ?

> La faillite du père ! Sa fonction essentielle est de permettre le dé fusionnement entre la mère et l’enfant

Page 185

- Le développement psychomoteur de l’enfant passe par une coupure d’avec la mère, un espace entre l’enfant et cette dernière qui est vital.

Pages 188/189

- Échec scolaire, absence de propreté (énurésie, encoprésie), troubles du sommeil, angoisse de la séparation sont principalement dus à la relation mère enfant qui a barré l’accès au père.

Page 194/195

par - Délinquance, toxicomanie, sectes, non respect des lois = obéissance à un imaginaire maternel coupé de la réalité paternel.  Pas de père pas de loi. Le père par son rôle civilisateur facilite la maîtrise des pulsions destructrices

Page196

- La fonction paternelle apprend à l’enfant : "Je suis responsable de mes actes et j’en assume les conséquences"

Pages 196/197

- Le père assure une protection contre 2 dangers de l’enfance : l’agressivité, et l’autodestruction.

Page 201

- Un appel au père pour préserver l’enfant.  Être père est un devoir.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives