Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 19:31

Moi, Mirabeau WATERLOO*, je dénonce cette justice qui viole la dignité humaine et encourage le mensonge, en réfutant le droit à la défense de ceux qu’elle juge.

1993/1996 - Cadre commercial pour une multinationale de salon de cuir haut de gamme, j’étais très apprécié de mes patrons et de mes collègues. Je réalisais un bon chiffre d’affaire et je gagnais correctement ma vie. J’étais l’époux d’une femme alcoolique et infidèle qui voyait venir le divorce à ses tors. Mais elle tenait à ma villa, dont elle avait décidé de m’éjecter.

Mon fils aîné, Alain avait 26 ans, et vivait depuis ses 17 ans ½ chez sa grand-mère maternelle Mme POGNON, pour pouvoir poursuivre plus facilement ses études à Bruxelles. Ma fille Vinciane avait 25 ans et vivait maritalement à Bruxelles depuis ses 18 ans. Ma fille Valérie avait 17 ans. Elle avait un studio de 4 m x 5 m pour elle seule dans notre villa, avec un canapé-lit de deux personnes, une télé, une chaîne HIFI et invitait souvent une copine pour loger.

Je venais de découvrir que sa mère tolérait à mon insu, que Valérie brossait les cours, ce qui expliquait un décrochage scolaire. J’avais décidé de mettre mes trois mineurs au pensionnat, comme pour Alain, afin de les protéger de leur mère. David et Alexandra n’avaient que 9 et 10 ans. Ils étaient trop jeunes pour supporter cette ambiance.

L’impensable est apparu dans les conclusions pour la demande en divorce de Mme PINARD : l’horreur des déclarations d’une adolescente qui poignarde son père pour ne pas aller au pensionnat. Ma fille Valérie a écrit :

-         « Depuis que j’ai environ 14 ans, mon père me « colle » sans cesse… Il me chipote sans cesse c’est à dire qu’il me caresse les jambes, me chatouille, me pince les fesses. Ce sont vraiment des attouchements sexuels. Je dois toujours le repousser… il voulait m’embrasser sur la bouche. Je précise qu’il agit de la sorte avec ma petite sœur de 10 ans. Quand je suis à la maison, je suis d’ailleurs toujours dans ma chambre pour ne pas le voir et afin qu’il ne me « colle » pas sans cesse… »

Jamais je n’aurais imaginé toucher une de mes filles. Vinciane le savait et m’a remis toutes les lettres de sa sœur Valérie, qui lui racontait une aventure amoureuse avec un jeune homme, puis lui disait que « papa est gentil et ne sait que faire pour maman, qui boit 4 litres de vin par jour et elle, n’est pas gentille avec lui… ». Elle racontait donc un détournement de mineur qui présume qu’elle n’ignorait en rien les modalités du harcèlement sexuel, dont elle m’avait accusé. Elle avait décidé de me sacrifier pour continuer à vivre sous la tutelle d’une mère dépravée, qui fermait les yeux sur ce que je n’admettais pas.

Mais Mme RINCHON, assistante sociale du Juge de la Jeunesse LOBET, a refusé de lire les lettres de Valérie, sous prétexte qu’elle « ne pouvait pas trahir son intimité ». Cette jeune fille de 17 ans allait donc pouvoir m’accuser d’abominations, me priver de mes enfants cadets, mais surtout, les priver de l’équilibre que je pouvais leur apporter, face à une mère constamment ivre.

Comprenne qui pourra !!!! 

La question se pose sur la logique de cette déclaration, quand on lit le témoignage d’une enfant réellement abusée, ainsi qu’en témoigne une femme éducatrice :

-         « Lorsqu’elle avait 12 ans, hébergée en Famille d’Accueil, lorsqu’elle était seule dans sa chambre, une fille se faisait « chipoter » par le fils (d’âge majeur) de la Maîtresse de la Maison. Elle évitait donc d’être seule dans sa chambre pour que le fils n’en profite de monter pour la rejoindre et la « chipoter ».

Si Valérie passait toute la journée, seule, dans sa chambre, c’est bien parce qu’elle s’y sentait en sécurité, à écouter sa musique et regarder sa télévision, en parfaite connaissance que je n’y viendrais pas pour poser la main sur elle. Jamais elle ne s’est plainte de moi à sa sœur.  ?

Mon fils, qui ne vivait plus à la maison depuis neuf ans, a écrit une longue lettre, où il décrit des faits qui se sont déroulés en son absence. Il répète sans moindre honte ce que sa mère lui dicte, et non ce qu’il a pu voir. Ainsi, la justice a conclu sans débat contradictoire que mon fils…  

-         « a rédigé une lettre à l’attention de Monsieur le Substitut de Procureur du ROI et dans laquelle il dénonce avec force les agissements du défendeur (Mirabeau Waterloo) tant passé qu’actuels, à son égard et à l’encontre de tous ses frères et sœurs… »

Le commissaire-adjoint FRIQUET est également intervenu dans mon couple en crise, en se substituant tour à tour, en expert comptable et en psychologue, alors que je ne l’avais jamais rencontré, ni eu affaire à la police.

Il s’est contenté, dans son procès verbal d’information du 6 janvier 1994 « à la demande de Monsieur le Procureur du ROI » d’un entretien de plus de 2 heures avec la femme dont j’étais en instance de divorce et avec mon fils aîné, pour rédiger un tissu de déclarations mensongères.

Le commissaire-adjoint FRIQUET m’a transformé en « magasinier » qui percevait un salaire mensuel de 40.000 BEF à mi-temps et 22.000 BEF de chômage. En réalité, un accident m’avait causé une invalidité à plus de 66% et ne me permettait plus de travailler qu’à mi-temps. Mon salaire était de 15.000 BEF, additionné d’une commission sur chiffre d’affaire et d’une pension d’invalidité.

Il ajouta : « … que WATERLOO Mirabeau a un comportement anormal et dangereux à l’égard des enfants et de son entourage en général. (…).Nous connaissons WATERLOO Mirabeau depuis des années. Nous apercevons chez cet individu une régression constante de son comportement. Nous le connaissons comme un être rustre et sujet à des crises de colères… présentant une tendance générale de trouble de la personnalité schizoïde.»

Je serais également « haineux et vindicatif », selon le commissaire-adjoint FRIQUET, ce qui correspond au caractère de mon ancienne épouse, que je n’ai supporté qu’en croyant faire le bien de mes enfants. J’ai au contraire, le profile d’un cadre commercial et négociateur en vente aux particuliers, qui se doit d’avoir une attitude souple, correcte et constante envers des centaines de clients, s’il veut réaliser un bon chiffre d’affaire.

Ce PV d’enquête, rédigé uniquement sur base de déclarations mensongères proférées dans le but de me voler ma villa et de me nuire, a été transmis au Procureur de Roi. Il est apparu dans la procédure de divorce, prononcé en mon absence à la suite d’une « erreur administrative », dont la convocation fut envoyée à une mauvaise adresse. Mon ancienne épouse a pu me mettre à la rue et me voler tous mes biens. Elle a également obtenu, par une « erreur administrative » supplémentaire, une pension alimentaire de 5.000 euros par an de plus que je devais payer par la loi et m’a fait saisir mon allocation d’invalidité.

Alexandra, ma fille cadette sait parfaitement que je ne l’ai jamais touchée et que sa sœur a menti à ce sujet. Valérie maintient son mensonge monstrueux mais qui épouserait une femme qui a menti sur son père, pour pouvoir continuer à brosser les cours ? De quoi va-t-elle accuser son mari, quand elle voudra s’en débarrasser ?

Je dénonce une « justice » qui encourage le mensonge !

Je rends hommage à JP que j’ai bien connu et qui est mort d’avoir mis des enfants au monde. Sans oublier les autres pères qui ont traversé mon chemin et qui ont subi le même sort.

Doit-on médiatiser l’impensable horreur sociale ? Des millions d’êtres humains ont été victimes du LEGAZISME, mais beaucoup en sont morts et ne pourront plus jamais rien dire.

Il faut dénoncer ces abominations !

* Les noms des gens de lois sont bien réels, mais les noms de mon ex-famille et de moi-même ont été modifiés, pour que justice se fasse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Will - dans Société
commenter cet article

commentaires

Will 10/10/2014 15:13

Les fausses accusations sont des délits !
Lorsque nous sommes victimes de fausses accusations (sans preuve) lors des conflits de séparations ou de divorces, il faut immédiatement déposer plainte au Procureur (du Roi ou de la République)...

Mais pourquoi nos avocats ne nous conseillent-ils pas de faire cette démarche ?
C'est simple ! C'est pour qu'ils puissent récolter des bénéfices (5.000 € / an durant 10, 15 ans et plus) en consultations diverses et interventions multiples auprès de la justice ! CQFD !

En 1993, je n'ai pas eu ce réflexe de déposer plainte... car j'étais tétanisé par ce qu'il m'arrivait d'invraisemblable et d'inhumain... J'ai été victime d' Aboulie !

xyz 21/12/2011 14:09


Une mère condamnée pour fausses accusations d’inceste...


Le 15/04/1999, le tribunal correctionnel de Pontoise vient de prononcer un jugement
plutôt inhabituel. Il a condamné une mère qui avait porté plainte contre son mari pour attouchements sexuels sur leur fille de 2 ans à... 5 000 francs d'amende et 1 franc symbolique. Motif:
dénonciation calomnieuse.


http://www.lexpress.fr/informations/l-arme-du-soupcon-d-inceste_633287.html


 


C’est un document à lire absolument pour comprendre le processus de fausses accusations qui est utilisé par des
ordures (ordure est utilisé ici comme étant le plus sale déchet de la société) dont leurs buts sont de gagner un maximum d’avantages dans les ruptures conjugales. C’est très
bien connu.


Cet article date de 1999 ! Mais depuis tout ce temps (nous sommes en 2011) trop peu de mères ont été condamnées
pour de tels motifs ignobles… et ce, avec les aides de ces « Ordures d’Avocats Menteurs » qui osent tromper les Juges !


Pour arriver à condamner ces scélérates, il faut pouvoir disposer d’un avocat efficace et de beaucoup d’argent pour
entreprendre une telle procédure ! Car si l’on n’a pas… au moins 5.000 €… il vaut mieux ne pas tenter de se défendre et de réclamer justice contre une telle ignominie féminine ! C’est
peine perdue !

alzina 14/04/2011 18:39



je suis témoin d'une petite fille s'appellant marine et s'ouffre  dans elle-meme en cachette, depuis le divorce des parents ,pourquoi? elle demeure a arkiand  les cardots dans la
nievre elle s'appelle marine jamman  faite quelques pour elle pour quelle sois heureuse



Will 16/04/2011 01:24



Merci de ce signalement. Veuillez contacter le Groupe SOS Enfants du divorce - 1, rue
Embouque-d'Or - 34000 MONTPELLIER - Tél. + 33 (0) 467 608 970 - pem.mediation@wanadoo.fr



FM 07/11/2010 19:58



(Suite)


Le Parquet vient de rendre un réquisitoire qu’il nous a fait parvenir réclamant non seulement un non-lieu mais,
surprise, la condamnation de la mère à une amende civile de 1.500 €.


 


Je n’ai pas le don d’ubiquité mais, je lis beaucoup sur le sujet et je pense qu’il s’agit là d’une des toutes premières
décisions qui tentent à fustiger de fausses accusations d’inceste, c’est très encourageant à suivre…


 


A quoi sert l’audition des enfants ?


 


Je vous ai plusieurs fois martelé que, j’étais totalement hostile et opposé aux auditions d’enfants par la Justice
accompagnés ou pas d’avocat.


 


Successivement une Cour d’appel et un JAF viennent de me conforter dans mon opinion par des décisions absolument
hallucinantes.


 


Dans les deux dossiers en question, de jeunes enfants avaient eu le courage de braver les foudres de l’un des parents en
indiquant au juge qui s’était empressé de le faire savoir, qu’il souhaitait vivre avec l’autre.


 


Par deux fois, la Justice a jugé que ce n’était pas parce que des enfants le demandaient qu’il fallait accorder le
transfert.


 


J’avoue que je plaidais pour des pères et que, ceci explique peut-être cela.


 


Pourtant dans les deux décisions en question, les déclarations des enfants étaient soutenues par des examens
médico-psychologiques privés et sérieux.


 


Comprenne qui pourra, que l’on ne me dise pas que le matriarcat ne vient pas de faire une entrée fracassante dans nos
prétoires.


 


http://divorceavocat.typepad.fr/franck_mejean/2010/03/fausses-accusations-dabus-sexuel-enfin-des-sanctions.html


 



FM 07/11/2010 19:51



 


 


FAUSSES ACCUSATIONS D’ABUS SEXUEL : ENFIN DES SANCTIONS


http://divorceavocat.typepad.fr/franck_mejean/2010/03/fausses-accusations-dabus-sexuel-enfin-des-sanctions.html


09 mars 2010


Ce gendre d’accusations qui polluent les procédures de séparation et de divorce depuis des années n’avaient jusqu’à ce
jour que, très rarement, pour ne pas dire jamais conduit la justice à sanctionner celui ou celle qui les utilisait en sachant pertinemment qu’elles étaient fausses.


 


Ce n’est pas faute pour le Cabinet de tenter à chaque fois des procédures.


 


J’ai en mémoire une affaire plaidée en Normandie où, de la garde à vue d’un père qui frôla la prison avec une
restriction drastique de ses possibilités de voir son fils, nous sommes passés à un transfert de domiciliation à son profit.


 


Nous avons par la suite poursuivi la mère devant le Tribunal correctionnel pour dénonciation calomnieuse et, elle a été
relaxée, les Magistrats considérant contre toutes les évidences du dossier qu’au moment où elle avait déposé la 1ère de ses douze plaintes, elle avait agi au nom du principe de
précaution.


 


Et cette affaire du sud de la France où nous obtenons pour le père un transfert de domiciliation, le JAF justifiant sa
décision sur l’évidence d’un syndrome d’aliénation parentale, alors que la mère accusait pèle mêle la justice, la police, les services sociaux de faire partie d’un vaste réseau de pédophiles sans
pour autant déclencher les foudres du Procureur…


 


Pourtant, il ne faut jamais renoncer.


 


Un père que je défens n’a plus vu sa fille depuis juin 1996.


 


Je vous épargnerai les dizaines de procédures qui ont émaillées ce dossier dans lequel les Juges aux affaires familiales
ont fait ce qu’ils pouvaient, le Parquet et le Juge des enfants à peu prés n’importe quoi.


 


Toute cette mascarade a trouvé un épilogue triste mais constructif dans le bureau d’un Juge d’instruction.


 


La mère avait bien évidemment déposé plainte pour abus sexuel contre le père et, le principe de précaution avait joué à
fond.


 


Il y a déjà deux ans le Juge d’instruction qui avait ouvert une information criminelle avait décidé de rendre une
ordonnance de non-lieu.


 


La mère avait fait appel et, la chambre de l’instruction devait décider que, le Juge devait poursuivre ses
investigations considérant que l’instruction était légère… !


 


Pierre n’a donc revu sa fille qu’au moment de la confrontation dans le bureau du magistrat.


 


Il avait quitté une enfant de 4 ans et se retrouvait face à une inconnue de
18 ans.


 


Le Juge a tout tenté pour que Marie revienne sur ses déclarations manifestement et incontestablement fausses et dictées
par sa mère.


 


Inflexible et, totalement dévastée par un syndrome d’aliénation parentale évident, enfermée dans une bulle masquée sous
un déguisement noir et fardée à outrance, la jeune femme n’a pas bronché et, le père et la fille se sont quittés sans un mot.


 


Le Parquet vient de rendre un réquisitoire qu’il nou



HL 06/10/2009 12:40



Fausses
accusations...Deuxième point: «La fabulatrice a été conduite en prison à disposition du juge compétent…». Là, je crie au miracle! En
prison! Espérons que la sanction sera de nature à faire réfléchir les candidates aux fausses accusations, épidémie qui pourrit la vie de tant d’hommes.


Troisième point : qui ne
figure pas dans le lien mais dans l’édition papier du 20 minutes: «Ces six hommes accusés de viol à tort ont sans doute vécu un enfer psychologique» a précisé Eric Grandjean, officier de presse
de la police genevoise.


Enfin : le cauchemar
d’hommes faussement accusés est reconnu et affirmé publiquement. Une fausse accusation en matière de moeurs est un délit très
grave. Il doit être considéré comme un viol (moral) ou une tentative d’assassinat (psychologique). Les hommes,
principales victimes de cette criminalité, en arrivent souvent à tout perdre: travail, famille, quand ils ne se suicident pas tant l’acharnement judiciaire les laisse généralement sans véritables moyens pour se défendre, tant l’affaire est souvent entendue dès le début.


Si malheureusement la justice ne fait pas d’excuses pour ses erreurs passées, j’ose espérer qu’elle aura la volonté de rectifier
le tir à l’avenir.


 



HL 06/10/2009 12:24



Le vent de la justice tourne-t-il? A-t-elle honte de
son déshonneur ?


06 octobre 2009 - Nouvelle fausse accusation de viol: le vent de la justice tourne-t-il?


20 minute rapporte hier, dans une dépêche ATS, le cas d’une dénonciation inventée d’un viol collectif. L’affaire s’est passée à Genève.


«Pour masquer les infidélités faites à son ami actuel, décrit comme très jaloux, cette Valaisanne d'origine avait
inventé une histoire de viol collectif et porté plainte contre son ex-ami et cinq autres hommes.


Lire la suite et commentaires sur : http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/10/06/nouvelle-fausse-accusation-de-viol-le-vent-de-la-justice-tou.html






Mimi 12/06/2009 20:41

Témoignage d'une canadienne prise en charge par un centre d'accueil pour femmes« Je suis une mère célibataire avec deux enfants. Lorsque j'ai pris la décision de rompre les liens du mariage (par ennui), j'ai consulté trois avocats différents dans le but de me renseigner. Ils m'ont tous trois posé la même question concernant d'éventuels abus entre les mains de mon mari. Ma réponse fut que jamais, et d'aucune manière ce soit, mon conjoint n'avait abusé de moi. À ma grande stupéfaction, leurs réactions furent unanimes. À moins d'accuser mon conjoint d'abus, jamais je n'obtiendrais la garde exclusive de mes enfants. Ils m'ont également raconté comment ces allégations déposées contre mon conjoint allaient suffire pour m'approprier la TOTALITÉ de ses biens et encore davantage. Lorsque je m'inquiétais à savoir comment prouver ces allégations, je me suis fait simplement répondre que les preuves n'étaient pas requises à la cour, et qu'il suffisait de me rendre à une centre de crise pour femmes, que j'allais y obtenir tout le support nécessaire à l'appui dans mon histoire de mauvais traitements.Issue d'une famille où les valeurs religieuses étaient de rigueur, j'étais très mal à l'aise avec ces conseils. Ensuite, les avocats m'ont avisé que pour bénéficier pleinement de l'aide juridique, je n'avais pas d'autre option que de déposer des allégations contre mon mari. Dépourvue des ressources monétaires pour assumer les honoraires professionnels des avocats, j'ai suivi leurs conseils. De reculons, j'ai emmené les enfants au centre de crise. Je ne pouvais pas croire ce que je voyais. De l'extérieur, tout semble correspondre à l'image projetée auprès des bailleurs de fonds. Cependant, rien n'est plus éloigné de la vérité.Cet endroit pourrait être assimilé à un lieu de culte, à défaut d'un meilleur terme. Dénigrer les hommes y était une priorité et la direction de l'établissement semblait très enthousiaste à l'idée de recruter une autre femme pour joindre les rangs de celles qui les détestent. Elles disposaient même d'un scénario infaillible pour gagner à la cour. En suivant le mode d'emploi suggéré, je m'assurais de remporter non seulement la garde exclusive des enfants mais aussi l'automobile, la maison, la terre et des ressources financières pour vivre confortablement jusqu'à la fin de mes jours.Dès que ma décision de suivre leur plan fut connue, les événements se sont précipités. J'ai vu l'homme avec qui j'avais été marié être détruit tant sur le plan émotionnel, financier que physique. J'ai obtenu la garde exclusive des enfants et, avec l'ordonnance de non communication, obtenu également la maison et l'automobile de manière à préserver le rythme de vie habituel des enfants.Non seulement ai-je obtenu une ordonnance de non communication à son endroit mais il fut également reconnu coupable de voie de fait. L'homme qui avait participé activement à la création de nos enfants, à leur entretien et qui les aimaient tendrement, était par la loi maintenu à bonne distance d'eux et tenu de me verser (davantage que j'en avais besoin) une pension pour leur entretien. Tel que je l'ai mentionné, je l'ai détruit, ne lui laissant que des miettes pour survivre. »
 
11 juin 2009
http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/06/11/homme-noir-sdf-coupable-ideal.html
 
Publié sur
Michel versus perversité au féminin
http://laviedeperes.over-blog.com/article-12857842-6.html#anchorComment
Commentaire n° 17 posté le 12/06/2009 à 18h44

Will 24/04/2009 14:45

Épilogue judiciaire (2e partie): vers la lumière

24 avril 2009

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/04/24/hommelibre-epilogue-judiciaire-2e-partie-vers-la-lumiere.html
Suite à mon billet de ce matin, je complète l’infiormation par des considérations plus personnelles, et par une information… surprenante.
Décider de lâcher est étrange. Je ne ressens pas (pas encore?) de libération. Ce n’est pas un aboutissement. Dans ma vie j’essaie de travailler et faire travailler sur la notion d’aboutissement: dans la maladie, dans les stress de vie, dans bien des domaines, aboutir permet de passer à autre chose sans résidu. C’est plus qu’une catharsis: c’est un vrai passage.
Je ferai sans cet aboutissement. Ou peut-être viendra-t-il par un chemin inattendu? Depuis ma décision je suis partagé entre un flottement, une tristesse - peut-être puis-je enfin laisser passer cette émotion plutôt qu’une colère juste mais sans effet - et la satisfaction de mon choix. Il est parfois aléatoire de faire la part des choses entre une légitime requête en réparation, et le désir de vengeance sous-jacent. A force, les choses se mélangent.
Arrêter, c’est reprendre la totalité de ma vie à mon compte, ce qui est dans mes objectifs personnels. C’est aussi faire la balance entre les bénéfices et les pertes d’une démarche difficile. Mais comme le soulignait ce matin Azraël dans son commentaire citant Francis Bacon: “Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîches ses blessures”.
Arrêter c’est aussi redéfinir mes priorités: ma vie n’est pas vouée à être freinée par un tel boulet. Accepter une injustice: qui ne doit pas le faire dans sa vie? Je ne sais si j’y gagne en grandeur d’âme, mais peut-être en sagesse et certainement en énergie.
Et puis il fait un si beau soleil, un ciel lumineux comme je les aime, cela m’appelle ailleurs, vers les espaces de bonheur de ma vie. Retrouver la beauté des paysages qui m’inspirent, la dose de paix dont j’ai aussi besoin, regarder le monde sans ce filtre. Rencontrer des regards en transparence, sans cet arrière-plan chargé pour lequel je ne suis pas fait. Me retrouver entièrement.
Je suis très touché des témoignages que je reçois suite à cette décision, ils réveillent mes bonnes émotions, ils me comblent car j’en perçois la sincérité et l’amitié. Je suis vraiment ému de cela, j’aime cette humanité.
Une dernière réflexion au sujet de l’accusatrice. Sa conscience lui appartient, elle devra vivre avec cela. Mais juste au moment où le délai de recours est dépassé (elle en est avertie puisqu’elle a reçu la décision de classement), elle m’écrit ceci (elle avait fait une formation en massage dans mon école, en plus de travailler avec moi, mais elle n’avait pas tout fini): Cela montre qu’elle n’a pas perdu le nord et qu’il s’agissait peut-être de quelque chose de l’ordre de la vengeance. Cela lui appartient. Pourrais-je accepter qu’elle revienne finir sa formation? C’est au conseil de l’Ecole de Soins Naturels d’en décider. Je me plierai à sa décision.
Voilà pour ce billet. Il y aura d’autres combats, d’autres bonheurs, d’autres épreuves. Avec le temps je ferai de celle-ci un plus dans ma vie. Je polémiquerai encore sur ces pages, ou je partagerai mes rêves et mes convictions, je me ferai tacler ou pas, la vie qui va, quoi!
Merci à celles et ceux qui m’ont soutenu. Vous et mes proches avez été importants pour moi.
Allez, je mets une musique que j'adore (Only a memory, de Yanni)

Will 24/04/2009 14:43

Une histoire de fausses accusations… de plus !
24 avril 2009
Épilogue judiciaire (1ère partie)
http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/04/24/hommelibre-epilogue-judiciaire-1ere-partie.html
Je tourne la page. Le nouveau procureur nommé pour examiner ma plainte contre l’accusatrice suite à la récusdation du Procureur Claudio Mascotto par le Tribunal Fédéral, a à nouveau classé. J’aurais pu retourner au TF, aller même à Strassbourg. J’ai décidé d’arrêter là et de faire l’impasse sur une réhabilitation totale - qui aurait passé par la mise en accusation et la possible condamnation de l’accusatrice. Malgré la légitimité de ma démarche, j’admets que cette délinquante soit protégée et qu’elle n’aura pas à rendre compte de ses actes ni à assumer ses responsabilités. Après la fin du délai de recours, j’ai écrit au Procureur adjoint Dario Zanni pour lui faire part de mes commentaires. J’en livre ici quelques extraits.
“Monsieur le Procureur,
J’ai pris acte de votre décision de classement de ma plainte pénale citée en objet. Après avoir beaucoup hésité et réfléchi, évalué la possibilité d’aller éventuellement jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, j’ai décidé de ne pas faire recours contre ce classement et de tourner cette page de ma vie.
Je tiens toutefois à commenter votre décision.
Je suis en désaccord avec votre analyse et vos conclusions. Vous reprenez quelques propos de l’accusatrice, et surtout l’expertise psychiatrique et le diagnostic “borderline”. Au vu de l’absence totale d’antécédents psychiatriques, d’état dépressifs, ou autres manifestations, au vu des témoignages de ses amis proches et de sa mère, ce diagnostic est pour le moins étonnant.
...
Plusieurs mensonges importants ont été démontrés dès le début de l’instruction, et jusqu’au procès. Difficile de croire qu’ils n’ont pas été faits intentionnellement.
...
Vous ne tenez pas compte non plus d’un litige financier qui était au départ de son animosité contre moi, litige qu’elle a perdu avant de construire la plainte pénale.
Je constate aussi un désaccord sur la responsabilité du Dr Marc Leckie, qui a commis une faute professionnelle pour laquelle il a reçu un blâme par le Conseil de Surveillance des Professions de la Santé.
...
Je souligne ici également le rôle trouble du Centre LAVI, qui entérine de fait et sans enquête un statut de victime. On n’est plus dans les faits, on est dans l’émotion. C’est une anomalie.
Je constate avec regret le peu de cas qu’il a été fait de moi dans une affaire qui a ébranlé profondément ma vie et dont les conséquences ont été très graves sur ma réputation, ma santé et mon activité professionnelle. Ainsi, des années de ma vie ont été détruites au cours d’une instruction particulièrement longue, et il n’y a pas de responsable.
Je déplore ici l’acharnement dont j’ai fait l’objet de la part de Madame la juge d’instruction Isabelle Cuendet et du Procureur Claudio Mascotto.
Puisque l’accusatrice s’en sort protégée, je vous demande instamment qu’à l’avenir les hommes accusés fassent l’objet d’autant de sollicitude que les femmes qui accusent. Que les juges d’instruction soient réellement impartiaux. Que la justice n’accorde pas autant d’autorité à la psychiatrie dans une affaire de ce genre, au vu des interprétations relatives et des affirmations a posteriori.
Les fausses accusations sont de plus en plus fréquentes, et je demande instamment que, sans nier les faits graves dont des personnes sont victimes, une circonspection et une très grande rigueur soient de mise dans l’étude de tels dossiers, car être victime d’une fausse accusation est tout aussi grave. C’est un viol moral. Il y a des séminaires pour la police aux fin de dépister les fausses accusations: ne serait-il pas opportun que les magistrats en bénéficient eux aussi?
Dans cette affaire, j’ai vu une justice à deux vitesses. Je tourne aujourd’hui la page pour me construire une autre vie, mais je resterai extrêmement attentif aux dysfonctionnements de la justice et me permettrai d’en témoigner quand je le penserai utile.
Je vous prie d’agréer,…”

Joseph 08/04/2009 06:56

A  VOS  GARCONS
 
 
A S  _ Celle qui est affectueuse et ne saura se donner sans un amour sincère, ce quelque soit la condition matérielle
 
A M _ Celle qui est affectueuse, mais ne transige pas sur la condition matérielle qui s'y rattache
 
M M     Celle qui s'assure de la condition matérielle de l'homme, qu'elle va accepter s'il est gentil et manipulable
 
 
Dans le cas  AS   vous êtes comblé, mais il vous faut ne pas abuser
Dans le cas  AM   les difficultés mettront à l'épreuve la sincérité des sentiments, et la capacité intelligible des deux pour les résoudre et lever les écarts de perception
Dans le cas  MM  vous êtes avec une castratrice, vous prendrez sept ans pour le savoir vous prendrez 5 ans pour vous en défaire.
 
 
NB :  
1°_  Le cas MM est incurable, quittez car son inconscient est orienté pour vous réduire à néant
2°_  Ce n'est pas par ce que vous aimez, qu'elle vous aime. Il faut s'en assurer
3°_  Vous croyez que les filles sont comme votre mère
 
 
Au prochain numéro :   Comment savoir au début et non après 7 ans, quand vous avez pieds et mains liés.
 

Will 23/03/2009 21:56

Avocats : de l’huile sur le feu ?
Chacun a en tête des séparations où les avocats ont incité une des parties à demander davantage, à révéler les travers secrets de l’autre pour l’empêcher d’obtenir la garde des enfants, ou à faire constater par huissier son infidélité. Le futur ex-conjoint devient un adversaire, voire un ennemi, et tout est bon pour le mettre à terre avec l’aide d’un avocat, allié actif dans cette guerre de tranchées. Pourtant, un divorce n’est pas une affaire comme les autres. « Il n’y a ni gagnant ni perdant, explique Me Elodie Mulon. On est gagnant si l’on a réussi à trouver un équilibre pour la famille. Les avocats qui l’ont compris aident mieux leurs clients que s’ils demeurent enfermés sur leurs positions. » Il est préférable de choisir un avocat qui traite essentiellement, voire exclusivement, d’affaires familiales. « C’est une spécialité exigeante, rappelle Hélène Poivey-Leclercq, avocate spécialisée dans le droit de la famille à Paris. Cela demande d’avoir suffisamment de recul pour ne pas mélanger les genres et ne pas être tenté de régler ses propres comptes. »
La suite sur :
http://www.elle.fr/elle/societe/les-enquetes/quand-le-divorce-rend-fou/avocats-de-l-huile-sur-le-feu/(gid)/777814
 
Publié sur
Approcher le divorce conflictuel. Par Jean-Emile Vanderheyden
http://laviedeperes.over-blog.com/100-comments-24665781.html
Commentaire n° 132 posté par Will le 23/03/2009 à 21h51

HL 17/03/2009 16:54

Fausses accusations de violences ou autres abus - Des sites intéressants:
http://www.champi.org/pere/faux_acc.htm - http://forum.aufeminin.com/forum/actu1/__f64112_actu1–mal-les-fausses-accusations-de-viol-ou-attouchement-de-la-part-femmes-ou-adolescentes-quand.html - http://forum.doctissimo.fr/psychologie/violences-conjugales/accusations-conjugales-violences-sujet_2450_1.htm à bon entendeur - hommelibre - Bonjour, N’hésitez pas à copier-coller vos commentaires d’ici et à les mettre également sur mes blog, il faut que l’information s’étende le plus possible. - http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/01/29/fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-la-saloperie-en.html - - http://www.lepost.fr/article/2009/01/30/1406249_fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-un-mensonge-construit.html#mareaction - -  http://leshommeslibres.lalibreblogs.be/ - - - http://hommelibre.lejdd.fr/ - - Il faut en parler le plus possible.

Will 02/03/2009 19:44

« Lorsque l'homme s'habitue à voir les autres détruits par de fausses accusations, c’est qu’il accepte lui-même de subir, un jour ou l’autre, lui aussi, les mêmes destructions. »

Will 02/03/2009 19:07

Une Fondation pour dénoncer les emprisonnements sans preuves.
La fondation Karim Achoui
http://khalidnaji.wordpress.com/2009/02/23/la-fondation-karim-achoui-a-decide-de-soutenir-m-khalid-naji/#comments
Une Fondation pour dénoncer les emprisonnements sans preuves.
De nombreuses personnes se mobilisent et se solidarisent.

Pascal 01/03/2009 15:14

Courage! Khalid, t'es pas tout seul !... On n'oublie pas le procès d’Outreau qui releva du procès digne de l’inquisition de jadis. La magistrature a ramassé les oripeaux de la noblesse d’antan, et n’est pas plus responsable aujourd’hui que jadis.

Will 25/02/2009 22:53

Le mensonge n’est pas bon pour la santé. Il tue !
Une fondation fraîchement créée pour dénoncer les emprisonnements sans preuves.
Merci aussi à John et Ami(e)s. Ce que vous faites tous et toutes est admirable, pour tirer la Société vers le haut.  Petit à petit, nous progressons pour enrayer ce fléau idéologique du légazisme.  Gardons l’espoir de voir naître, très bientôt, d’autres fondations similaires dont le but sera de dénoncer aussi les emprisonnements sans preuves… mais de dénoncer aussi les fausses accusations et le pouvoir judiciaire mercantile qui violent, spolient,… légalement les honnêtes citoyens… et polluent l’humanité!  Car des millions de citoyens, en Europe, sont emprisonnés dans les souffrances, les précarités, les pauvretés, les exclusions,…. uniquement en raison des fausses accusations de leurs ex-conjoint pour gagner tous les avantages des séparations ou des divorces, où tous les coups sont permis.  Tous les jours, des pères de familles sont victimes de cette pollution idéologique. Tous les jours des pères de familles se suicident dans un monde où le mensonge est Roi…  Où le mensonge fait force de Loi… Le mensonge n’est pas bon pour la santé. Il tue !

John Goetelen 23/02/2009 23:25

A Michel et amis, merci d'avoir aussi relayé l'affaire Khalid, je pense que nous sommes utiles. Je continue à m'impliquer, samedi je vais à Paris reviser tout son dossier avec des membres de son comité et son avocat.C'est bien de créer ainsi, spontanément, un réseau de soutien. Mais je crois que michel et moi avons de bonnes raisons, et nous savons par où nous sommes passés.Bien à vous.John / hommelibrehttp://hommelibre.blog.tdg.ch

Will 18/02/2009 18:24

Aux dernières nouvelles Khalid Naji est toujours à l’hôpital. Son comité de soutien va maintenant lui demander de cesser sa grève de la faim. Il faut qu’il se reprenne pour se défendre. Là il est dans une logique de mort.
Je peux comprendre le choc que cette condamnation représente pour lui, et comment on peut avoir envie de quitter ce monde. Il faut pourtant qu’il vive et qu’il reprenne une lutte organisée avec l’aide du comité. Il n’y a pas de date de son procès en appel - peut-être entre 1 et 2 ans. Mais il 1 an ne sera pas trop pour se remettre physiquement et moralement.
Du monde se mobilise autour de lui: un nouvel avocat, un juriste, un journaliste, et une fondation fraîchement créée pour dénoncer les emprisonnements sans preuves. Je serai aussi dans quelques jours avec son comité de soutien pour reprendre tous les éléments et  en tirer la structure de défense de son procès en appel. Mon expérience d’une fausse accusation peut être utile dans ce cas.
Des nombreuses autres personnes se mobilisent et se solidarisent.
Il serait aussi important qu’il soit libéré avant l’appel, comme il y a droit, afin qu’il récupère et se retrouve avec les siens. Une audience dans ce sens aura lieu le 25 février.
A suivre.
Site du comité de soutien : http://www.soutien-khalid.org
La pétition en ligne : http://www.soutien-khalid.org/petition_final
Le blog : http://khalidnaji.wordpress.com
Contact : Comité de soutien Khalid NAJI - 310 Avenue du Général De Gaulle - 92140 Clamart
Mail : posmater@soutien-khalid.org "

Will 18/02/2009 18:00

Comite de soutien à KHALID
http://khalidnaji.wordpress.com/2008/12/31/presentation/
le février 11, 2009 à 16:35 Comite de soutien à KHALID
Entre le 1er et le 14 janvier, treize détenus se sont donné la mort dans les prisons françaises. Onze cas ont été confirmés par l’administration pénitentiaire, deux autres ont été révélés par l’Observatoire international des prisons.(parmis ces 13detenus la moitié était condamné pour viol).
AFP/Archives/Jean-Philippe Ksiazek
Cent quinze détenus se sont suicidés en 2008, un chiffre en augmentation par rapport à 2007 et 2006 mais qui reste dans la moyenne des années précédentes, selon un bilan obtenu mercredi après-midi auprès de l’Administration pénitentiaire (AP).
Sur ce total, 109 détenus sont morts dans leur établissement pénitentiaire et six autres sont décédés à l’hôpital où ils avaient été transportés après une tentative de suicide, a précisé l’AP, interrogée par l’AFP.
Ces derniers jours, des détenus se sont donnés la mort à Draguignan (Var) et à Sequedin (Nord).
Il y avait eu 120 suicides de détenus en 2003, 115 en 2004, 122 en 2005, 93 en 2006 et 96 en 2007.
Le nombre des suicides est également à rapporter à celui en constante augmentation des personnes incarcérées dans les quelque 200 prisons françaises, qui souffrent d’un problème chronique de surpopulation.
Il y avait au 1er décembre 63.619 détenus pour 50.963 places. Un pic historique a été atteint le 1er juillet avec 64.250 personnes incarcérées. Si l’on s’en tient aux chiffres obtenus mercredi, le taux de suicide en prison en 2008 est de 17 pour 10.000 détenus
http://khalidnaji.wordpress.com/2008/12/31/presentation/
 
Ça peut vous arriver aussi !
 
Combien d’entre-nous furent aussi accusés à torts… pour nous spolier de notre patrimoine, de nos enfants, de notre travail ?... Certains d’entre nous ont été incarcérés abusivement… et ont perdu aussi leurs emplois !
 
Allons-nous continuer à laisser le chemin libre à ces dérives, disfonctionnements, ou encore à ces impostures judiciaires ?…  
 
Alors, pourquoi ne pas réagir en soutenant Khalid, dans sa grève de la faim depuis le 2 janvier 2009… et de mettre en place un réseau international de lutte contre les injustices flagrantes ?
 
Après la création de l’Europe du Capital, de la monnaie unique, et que nous sommes en train de mettre sur pied une Europe Sociale… Comment est-il possible d’oublier de créer une Europe Judiciaire !!?!...
 
Merci et bien à vous,
Le Collectif LVDP
Founder, International Network " La Vie de Pères" http://laviedeperes.over-blog.com/
Co-founder of "Collectif des Pères Séparés – SOS Papa Bruxelles - Wallonie", Belgium
Partnership for
A Child's Right , Alphabet du respect de l'Enfant , Anonymous. , AQUILONE BLU ONLUS - Dalla parte dei Bambini , Associations dans le Monde , Association [ Les Papas = Les Mamans ] , Back to Equal parenting, Breaking The Silence on Child Abuse. Lets STOP it NOW!! , Centre Parents-Enfants-Médiation , Centre PEM , Collectif REPARE , Equal parenting. exactions.net , Figli Negati , GRANDPARENTS APART , Help Proclaim PAAD '09 in Your State & City , help!: UN AIUTO PER FEDERICO , J'aime Papa et Maman , L’ANCQ du Québec , Les Enfants du Divorce - Belgique ,  Les Enfants du Divorce - France , Le site Separation.be , Mothers For Justice , Parental Alienation Awareness Organization , Parents - Droit Fondamental , Pour que les pères séparés de leurs enfants puisent les appeler... , Réseau Parental Europe , SOS Papa Bruxelles - Wallonie , SOS Papa Grèce , Soutien à la Parentalité , Syllogos gia tin Andriki kai Patriki Axioprepeia (SY.G.A.P.A.) , SYGAPA ,
 

CLVDP 17/02/2009 20:58

La Justice est représentée par trop de gens sans scrupule !  
Des travailleurs du judiciaire n’ont aucun scrupule à multiplier / exploiter les vérités partielles et les gros mensonges pour arriver à leurs fins: c'est en cela que la machine judiciaire est perverse (les pervers peuvent dire des vérités si elles les servent! Jadis, on appelait cela être non pas intelligent, mais pire: être malin). Le but réel de cette justice est d’engranger le plus de bénéfices possibles grâce aux « problèmes » des gens. C’est une Machine à Broyer les citoyens en difficultés.
 

Pascal 17/02/2009 18:44

La Capture Judiciaire
En matière de capture judiciaire des difficultés familiales, ce n'est ni le mensonge ni la vérité qui sont exploitées, ou plus exactement les deux, à seule fin de normaliser les ordonnances et de faire tourner le "suffering business" (car au contraire du SAP qui n'est qu'une construction psychojudiciaire correspondant effectivement à des distorsions éducatives, le suffering business existe: nous l'avons rencontré derrière les plaques d'avocats et de psys.

Will 17/02/2009 18:27

Bonjour à toutes et à tous,
Voilà je viens de mettre en ligne mon nouveau billet concernant la fausse accusation contre Khalid. C’est ici:
http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/01/29/fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-la-saloperie-en.html
Comme je le dis dans mon billet la similitude des plaintes, dans les mots, les mensonges, est hallucinante. Solidarité Femme doit avoir des modèles qui circulent et coachent les fausses accusatrices, juste pour avoir de l’argent.
Dégueulasse!
J’ai mis aussi sur LePost maintenant, et je continue avec le JDD et La Libre Belgique.
 
le janvier 30, 2009 à 14:29 hommelibre
Bonjour,
N’hésitez pas à copier-coller vos commentaires d’ici et à les mettre également sur mes blog, il faut que l’information s’étende le plus possible.
- http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/01/29/fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-la-saloperie-en.html
- http://www.lepost.fr/article/2009/01/30/1406249_fausse-accusation-de-viol-contre-khalid-naji-un-mensonge-construit.html#mareaction
- http://leshommeslibres.lalibreblogs.be/
- http://hommelibre.lejdd.fr/
Il faut en parler le plus possible…
… avant que cela VOUS arrive à VOUS AUSSI !!!
 

Will 17/02/2009 18:17

MERCI DE REAGIR !!!
Ça peut aussi vous arriver !
Il faut que les lois soient appliquées au niveau de la présomption d’innocence !
Le mensonge peut-il avoir force de LOI ?
167 Réponses vers «Présentation» au mardi 17 février 2009
 
http://khalidnaji.wordpress.com/2008/12/31/presentation/
 
Quelques réactions…
le janvier 24, 2009 à 20:58 hommelibre
Bonjour,
Je viens de publier un billet sur mon blog principal:
http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/01/24/fausse-accusation-de-viol-conjugal-khalid-en-prison-en-greve.html
et aussi sur mes blogs sur LePost, JDD, Libre Belgique.
J’ai aussi été victime d’une fausse accusation, 7 ans d’instruction, 3 jours de procès d’Assises, et par bonheur - ou par miracle? - j’ai été acquitté. Et il n’y a pas eu d’appel tant le dossier était absurde. Mais j’ai connu comment un mensonge de ce genre se construit, j’ai vu l’acharnement de la justice dans ce genre d’affaire, c’est hallucinant.
J’en ai fait un site: http://www.hommecible.com.
Je suis de coeur et d’esprit avec Khalid, encore plus en lisant tous vos témoignages et surtout les personnes qui le connaissent. Elles confirment ce que j’avais compris, mais par principe j’aurais voulu un peu plus de détails sur l’affaire. Mais vos témoignages sont aussi parlant que des pièces du dossier.
Khalid subit sans doute une double discrimination: celle d’être homme, car dans ce genre d’affaire l’homme est forcément coupable aux yeux de la justice, et en tant qu’originaire du Maroc.
Merci aussi aux femmes qui écrivent ici et qui ne sont pas dupes.
Je continuerai à parler de cette affaire sur mon blog et je vais mettre en ligne un nouveau billet sur le rôle trouble de l’association Solidarité Femmes.
 
 
le janvier 29, 2009 à 19:16

Minga 16/11/2008 22:57

"Parce que le vrai courage est de faire ce qui est juste"

Ed 15/11/2008 21:12

SOP AUX MENSONGES ! Stop à cette criminalité qui détruit des vies !
Regardez la vraie police de Québec : « Le nombre de plaintes déposées au Commissaire à la déontologie policière a augmenté de 13 pour cent au cours des cinq dernières années, a rapporté le Journal de Québec. » Toute l’info sur : http://www.canoe.com/infos/societe/archives/2008/11/20081111-234349.html
Alors… vous les journalistes, ne ventez plus la police du Québec !
Écrivez la réalité sur la police, n'induisez plus en erreur la population du Québec. La vérité dérange seulement les criminels et leurs complices.
Réveillez-vous et écrivez la réalité de nos jours, car on vit dans un État policier et totalitaire ou n'importe qui peut être arrêté sur les mensonges des gens perturbés et malades mentaux (borderline)!!!...
Ici au Québec des certaines policiers protègent les criminels pour procurer du travail aux avocats, à la police, aux juges; mais les vraies criminels sont en libertés, les prisons sont pleines d’innocents victimes de ce système d'injustice qui défend leurs enjeux monétaires et de détruire l'être humain… seulement pour l'argent !

GO 02/11/2008 20:59

Attentat sur Nicolas Spitalas le 21 mai 2007 – Le point de ce jour…
 
Le Président de SYGAPA (f4j Grèce) Mr Spitalas a été attaque par l'avocat - économiste Vouroutzis Chrissafis dans le Tribunal a Thessalonique le 21/05/2007 afin d'être éliminé pour ne plus parler d'injustice contre les pères et les Hommes en Grèce. Son association compte plus de 25.000 personnes parmi les 1.000.000 couples grecs divorces. Le poids de sa parole pèse très lourd et il accuse tous les jours les avocats et les juges - procureurs.
L'attentat à mort a été évité avec une grave blessure à la main.
 
Trois juges femmes (Vasmatzi Maria, Tsoulfoglou Gesthimani, Karagianni Magdalini), sous proposition d'une Procureur de la République (Mme Karanika Evangelia) ont acquitté l'avocat Vouroutzis afin de ne pas présenter l'affaire devant le tribunal, le 23/10/2008.
Les mêmes juges et les procureurs Karanika Evangelia et Sidiropoulou Despoina, ont a plusieurs reprises « aidé » l'avocat en question qui est d'ailleurs accusé pour graves autres délits contre des mineurs et scandales économiques qui ont rapport avec le gouvernement actuel.
 
 
PETITION: http://www.ipetitions.com/petition/greekfamilylaw/
De : Goneas Pateras (goneas2005@yahoo.gr)
 
Signatures :
http://www.ipetitions.com/petition/greekfamilylaw/signatures.html

JM KANINDA 01/11/2008 20:31

1er novemebre 2008 Jour des mortsEN MEMOIRE DE TOUTES LES MERES, TOUS LES PERES ET TOUS LES ENFANTS MORTS DES SUITES DE DIVORCES CONFLICTUALISES, ACUTISES, CHRONICISES et PERENNISES par les hommes d'affaires et femmes d'affaires en robes noires. "Le mensonge à soi-même comme aux autres conduit toujours à la confusion." JM"En toutes circonstances, il convient de savoir déjouer les apparences" Christine de Suède-------------------------------------------------------------------------En Belgique où il n'y a pas d'école de la magistrature comme en FRANCE (école qui ne préserve en rien d'une dérive comme celle du fiasco d'OUTREAU dès lors que les magistrats n'étant que de faillibles humains comme les chirurgiens, médecins, commandants de paquebot ou de cargo, chauffeur de bus ou pilotes de ligne ...), il se pose la question des "pratiques communément admises ou acquises" qui sont propres à la "sous-culture" de certains milieux professionnels.Par exemple le "droit" de cuissage ou "promotion canapé" dans le show bizz(1), mauvaise foi "professionnelle" des avocats(2)... usage des hormones dans l'élevage bovin ou dans la boucherie(3)...etc...Dès lors qu'en Belgique, 99 juges sur 100 sont d'anciens avocats "nommés à vie" par une commission politisée ou communautarisée, c'est selon, et ce après cooptation par tel ou tel parti démocratique, il est illusoire de penser éradiquer les mensonges des prétoires comme des procédures en divorce... D'autant plus que tout avocat se doit dans son intérêt bien compris et par souci d' "efficacité" à l'égard de son "client" développer une subtilité mensongère de "super-bonimenteur" pour convaincre le magistrat assis - dans la "joute oratoire" du jeu de mise à mort symbolique qu'est le procès - tout comme le magistrat debout qu'est Procureur du bien-fondé du point de vue "développé" ou adopté par son "client".Dans pareil contexte ou pareilles conditions, le juge ou la juge (ancien avocat/ancienne avocate apaisé(e) par la sécurité de l'emploi de sa nomination à vie) ne peut que s'amuser du "spectacle" se déroulant devant lui ou elle en se souvenant des "coups tordus" qu'il/elle faisait lorsqu'il/elle était dans l'arène ou le "stress" de la compétition d'indépendant(e)s de l'autre côté de la barre...C'est donc en définitive à celui/celle qui saura soit mieux mentir ou sinon mieux "démonter" les mensonges, forgeries et dissimulations de la partie adverse ...sans toutefois ôter aux juges les "plaisirs" des plaidoiries. En d'autres termes, les Juges n'apprécient que trèe très moyennement les écrits vu la masse de l'arrièré judiciaire car les écrits les placent dans l'inconfortable "devoir ou obligation" de répondre par écrit et motiver adéquatement au titre de l'article 149 de la Constitution; cet article de notre Constitution constituant pour la grande majorité des juges leur cauchemard ou bête noire (VERBA VOLENS SCRIPTUM REMANENT) qui peut les conduire éventuellement - quoique très rarement - en cassation... puisque la très grande majorité des juges font effectivement bien leur travail.La question du mensonge en justice est donc une question éthique ou philosophique de société qui restera une question ...insoluble une fois pour toutes... car nous ne vivons pas sur la planète des saints ni des anges (DSK, CLINTON, Charles d'Angleterre ne diront pas le contraire...) mais bien sur la planète Terre sinon la planète "TAIRE la vérité" pour dire celle qui est "politiquement correcte" c'est-à-dire agréable ou "recevable" aux oreilles de la société est une question personnelle d'éthique ou de stratégie.Et ce quand bien même, la sagesse populaire rappelle que "les fruits d'un arbre pourri ne peuvent être bons"... FRAUS OMNIA CORRUMPIT ...la fraude corrompt tout !Notre justice ne serait-elle pas à l'image de notre société ?  Passidupencolaire

Anonyme 31/10/2008 22:30

Immunité totale des juges !? Quid de leurs erreurs et abus.
 
Voici quelques extraits des discussions…
Sur le Site http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/10/25/immunite-totale-des-juges-un-residu-anti-democratique-d-un-a.html
 
(…) J'ai le sentiment que vous prenez tous le problème à l'envers et sous un aspect politico-juridique dénué de la plus simple logique. Un discours de bureaucrates en quelque sorte...Est-il normal qu'une personne puisse être enfermée sur de simples accusations de viol ou de violences ?Voilà le fond du problème. Discuter du pouvoir des juges est un débat sans fin qui ne règlera jamais le problème de fond que ramène souvent ce blog: les accusations mensongères.C'est d'abord de la manière dont sont gérées ces accusations qu'il vous faudrait repenser. Que les juges puissent être poursuivis pour leurs fautes ou leur parti pris, bien évidemment. Mais en attendant qu'un juge soit lui même jugé, qui trinque ? l'accusé... à tort.Occupez-vous d'abord du problème à la base.
Ecrit par : xx | 25 octobre 2008
@ xx: la question n'est pas si simple. Un juge d'instruction peut décider l'inculpation ou l'incarcération d'une personne accusée sur l'argument qu'il existerait des "présomptions suffisantes" et pour éviter le risque de "réitération" et de "collusion". Cet argument est éminemment subjectif, sauf en flagrant délit. Ou sauf après une enquête préliminaire minutieuse. L'enquête préliminaire peut être entachée de déclaration subjectives elles aussi par des personnes qui n'y comprennent rien ou qui, devant la police, expriment des ressentiments personnels qui n'ont rien à voir avec l'accusation mais qui peuvent faire un portrait négatif de la personne mise en cause.Ce sont les juges d'instruction qui évaluent personnellement ces éléments, donc eux en première lignes qui biaisent ou non une affaire. On pourrait décider que la loi réserve l'incarcération et l'inculpation seulement en présence de preuves réelles et suffisantes. Il restera aux juges la possibilité d'une évaluation de ces preuves, surtout dans les accusations de viols ou de violences. Les juges sont donc bien en première ligne, et ce sont eux qui doivent être sérieusement remis en place. Mais si vous avez d'autres idées ou suggestions, merci d'en faire part.
 
Si je m'en tiens à votre réponse alors j'estime presque normal l'immunité dont bénéficient les juges. Un juge reste un être humain dont le jugement peut être biésé, d'abord par les faits mais également de par sa propre histoire personnelle dont certaines affaires peuvent en terme d'émotion l'atteindre plus que d'autres.Mettons de côté les cas évidemment inacceptables et bien sûr condamnables de ces juges qui outrepassent leurs droits et agissent délibérément en faute. Je vous rejoins bien sûr entièrement sur ce point.Que reste t-il ? Des juges qui peuvent se tromper. Sont-ils alors condamnables pour ces erreurs de jugement ? Bonne question. Un peu comme le chirurgien qui peut commettre une faute lors d'une opération. Est-il comdamnable ?Je reste persuadé que le problème est à traiter en amont, pas au niveau des juges. Soit il ne doit plus leur revenir à eux et à eux seuls de décider de la recevabilité d'une affaire, soit les preuves doivent être plus que des présomptions. Le juge occupe une place décisive qui doit maintenant changer.Dernier point. J'obligerai presque tous les juges à faire une thérapie avant d'entrer en fonction afin d'être certain que leurs jugements ne soient pas affectés par des éléments personnels issus de leur passé. Car juge ou pas, ils n'en restent pas moins humains.

Ecrit par : xx | 26 octobre 2008

(…)
 
@ xx: La question de ne plus laisser un seul juge d'instruction décider d'une incarcération est également une bonne piste. Même si elle est imparfaite, car il n'est pas certain que deux juges acceptent de se contredire, mais c'est déjà mieux qu'un seul qui a un pouvoir incroyable sur la vie des citoyens.
(…)
 
@ Peter: Je dis bien que la responsabilité du juge doit être engagée non sur une simple défaite, car cela ne tiendrait plus sur rien. Elle doit l'être sur des fautes avérées, pièces disparues, témoignages non recueillis, mensonges avérés, transcription partiale des audiences démontrable par des pièces.De plus les fausses accusations touchent aussi des femmes. Mais d'accord avec le fait d'informer les juges sur les dysfonctionnements de la société actuelle, car ils semblent enfermés dans leur forteresse et ne pas voir ce qui se passe dans la vie réelle.
(…)
 
Le Droit a été inventé non point pour des fictions mais bien pour des réalités - Demogue

Ecrit par : Michel | 27 octobre 2008

... en effet, mais en réalité c'est souvent la fiction qui fait sa loi... trop souvent... et certains juges suivent la mode de l'opinion comme la mouche suit le miel...

Ecrit par : hommelibre | 27 octobre 2008

(…)
La dérive judiciaire se situe là – surtout - où les « avocats du diable » s’évertuent à tromper la justice ! Du temps de Socrate et de Platon, les avocats qui osaient tromper la justice étaient tout simplement… mis à mort ! Les avocats étrangers qui agissaient de la sorte, étaient bannis du pays ! Il n’y a pas si longtemps, aussi, le mensonge était très sévèrement condamné ! Mentez, mentez, mentez,… il en restera toujours quelque chose ! Il faut donc mettre un terme à la liberté de mentir pour un avocat ! Ces avocats sont en fait des scélérats ! Ils trompent la justice ! Ce sont des escrocs ! Ils sont la honte de la justice ! Mettez-vous à la place des juges ! Comment peuvent-ils juger selon… que l’un dit la vérité… et que l’autre dit des mensonges ! ? Ne faudrait-il pas aussi des enquêtes préalables, impartiales et honnêtes, avant de passer devant les juges ? Mais la police se met aussi trop souvent du côté de la partie qui accuse et qui se plaint le plus. Les « psy légaux » quant à eux, sont aussi trop souvent liés à leurs maîtres qui les nourris : les magistrats. Ces psy vont dans le sens de l’accusation vraie ou fausse ! Quant au Conseil supérieur de la justice, il est lié au lobby judiciaire.Il n’y a donc pas de réel service après vente du commerce de la justice ! C’est ce qu’il nous faudrait ! Cordialement. Michel

Ecrit par : Michel | 30 octobre 2008

 

Anonyme 30/10/2008 23:16

La dérive judiciaire se situe là – surtout - où les « avocats du diable » s’évertuent à tromper la justice ! Du temps de Socrate et de Platon, les avocats qui osaient tromper la justice étaient tout simplement… mis à mort ! Les avocats étrangers qui agissaient de la sorte, étaient bannis du pays !
Il n’y a pas si longtemps, aussi, le mensonge était très sévèrement condamné !  Mentez, mentez, mentez,… il en restera toujours quelque chose ! 
Il faut donc mettre un terme à la liberté de mentir pour un avocat ! Ces avocats sont en fait des scélérats ! Ils trompent la justice ! Ce sont des escrocs ! Ils sont la honte de la justice !
Mettez-vous à la place des juges ! Comment peuvent-ils juger selon… que l’un dit la vérité… et que l’autre dit des mensonges ! ?
Ne faudrait-il pas aussi des enquêtes préalables, impartiales et honnêtes, avant de passer devant les juges ?  Mais la police se met aussi trop souvent du côté de la partie qui accuse et qui se plaint le plus.  Les « psy légaux » quant à eux, sont aussi trop souvent liés à leurs maîtres qui les nourris : les magistrats. Ces psy vont dans le sens de l’accusation vraie ou fausse !
Quant au Conseil supérieur de la justice, il est lié au lobby judiciaire.Il n’y a donc pas de réel service après vente du commerce de la justice ! C’est ce qu’il nous faudrait ! Cordialement.

Pascal DAZIN 30/10/2008 22:34

 
UN ENFANT MASSACRE A DOUAI
AU DOMICILE MATERNEL
L’aliénation judiciaire en marche triomphante
Non loin d’Outreau, un enfant a été martyrisé à mort par le copain de sa mère.
Celle-ci a laissé faire, cachant aux médecins qu’elle consultait que les plaies que présentait son fils cadet étaient infligées chez elle par son tout nouveau copain.
 
Aux assises, l’appareil judiciaire juge deux médecins généralistes soupçonnés de non assistance à enfant en danger, la mère et son copain.
 
On convoque même le frère aîné du petit martyre, flanqué lui-même d’un avocat.
On explore le passé du copain meurtrier : drogué, déjà marié, père de plusieurs enfants, fils d’alcoolique.
 
Mais rien sur le père des deux enfants les plus concernés, celui qui est mort par la faute d’un couple passionnel, et celui qui déclare ne plus vouloir voir sa mère.
Rien sur le passé de ces enfants, sur leur véritable histoire familiale.
 
Le procureur se déchaîne contre un médecin qui a été contacté par la presse, mais ne dit rien sur cette même presse qui oublie qu’un enfant tué avait aussi un père.
 
Personne, ni la presse, ni le procureur, ni les avocats, ni les juges, ni les experts, n’évoquent l’existence, le sort humain et le sort judiciaire d’un père qui a pourtant fait deux enfants avec une même femme.
 
Personne ne parle de " droit de garde " concédé à cette femme coupable, infanticide au moins passive, par la même justice que celle qui s’indigne de la médiocrité diagnostique de deux médecins généralistes. On sait que l’un d’eux a cru la mère quand elle plaidait que son fils s’automutilait parce qu’il ne supportait pas la séparation parentale.
 
Mais à part le témoignage de ce médecin pressenti coupable, rien ne vient rappeler qu’un père a été remplacé par un tueur. Pourtant ce témoignage est fondamental : cet enfant parlait-il trop de son père à un amant jaloux, dont les pulsions étaient débridées par un échec antérieur, et à une mère qui haïssait le père de ses enfants ?
 
Douai et Outreau ont ceci en commun que l’appareil judiciaire s’y révèle visiblement malhonnête, révisionniste, négationniste.
 
Douai et Outreau diffèrent en ceci qu’à Douai, un enfant a bel et bien été tué avec la complicité d’une mère ayant bénéficié de la garde judiciaire de ses enfants, et qu’à Outreau, une femme connue par la " justice " pour sa malhonnêteté a dénoncé de faux abus sexuels contre enfants, ce qui a été exploité par l’appareil à procès.
 
A Douai, un enfant massacré impose un procès où son père est assassiné symboliquement par l’appareil judiciaire et les relais médiatiques. Une bonne partie des efforts judiciaires consistent à étouffer l’existence de cet homme pourtant fondamental dans la destinée de chacun des membres de cette famille.
 
Dès lors comment croire ne serait-ce qu’un peu en l’appareil judiciaire, et comment croire encore en la presse ?
 
Docteur Pascal Dazin, Président de " l’Alphabet du Respect des Enfants" 30 octobre 2008

KE 30/10/2008 22:08

Quelque chose ne va plus dans la responsabilité publique des affaires familiales. Les juges ne sont pas responsables des décisions qu'ils prennent même si elles ne respectent pas les lois et leur fonction de dire la loi. Malgré des atteintes très graves, les pourvois devant la Conseil supérieur de la justice sont rejetés et motivés négativement en trois phrases.Les avocats bénéficient d'une immunité de plaidoirie. Même si vous démontrez les mensonges, les manipulations, les atteintes à la déontologie, le Barreau ne sanctionne pas et n'intervient que pour les questions banales liées aux honoraires. Les experts psy aussi tiennent des propos et des recommandations en toute impunité. Pourtant, il disent parfois de grosses bêtises du genre "la relation enfants / père est très affectueuse". Conclusion, "risque de relation incestueuses... recommandation de rupture des contacts". L'affaire calomnieuse fut porté devant le tribunal qui a estimé que les experts donnaient "un avis" dans le cadre de leur mission et qu'ils ne pourraient être sanctionnés". Pourtant, le papa a été réellement coupé de lien avec ses enfants. Qui sanctionne ce défaut? Il appartient au citoyen de retourner un immense appareil judiciaire pour rappeler les responsabilités. Les avocats ne défendent pas ces affaires. Les arguments citoyens sont rejetés par une caste qui veut protéger son corps professionnel.
http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/10/25/immunite-totale-des-juges-un-residu-anti-democratique-d-un-a.html

Michel WILLEKENS 30/10/2008 21:41


Pour divorcer, tous les coups sont permis !
 
Willekens fait partie de ces pères qui, dans un divorce, ont été accusés du pire, d'avoir été violent et d'avoir eu des gestes déplacés.
 
Les yeux dans les yeux, Michel Willekens promet que c'est faux. La justice ne l'a jamais inquiété, poursuivi, inculpé, jugé, condamné. Michel n'a même jamais été interrogé : dans un divorce, tous les coups étaient permis.
(…)
À la page : http://sospapa.babelleir.be/plugins/iconeframe/1/frame.php?lng=fr
 
Posté le : 02/02/2008 à 12:04 (Lu 2197 fois)
http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/197266/il-n-attend-plus-rien.html

cécile 27/11/2016 11:11

il m'arrive exactement la même chose et je suis une femme . Je pense de plus en plus que ce sont des défaillances de système judiciaire. Aucun contrôle aucune obligation de prouver etc ..

Pascal Dazin 29/10/2008 00:13

DIVORCER OU MOURIR
 
IL FAUT CHOISIR
 
Pour le même prix, trois à quatre mille euros :
 
-vous pouvez autoritairement être séparé de la mère de vos jeunes enfants, et donc de vos jeunes enfants eux-mêmes, attachés à leur mère par le cordon ombilico-judiciaire ;
 
-ou vous pouvez mourir avant l’âge.
 
Vos obsèques prématurées coûtent à peu près le même prix que votre enterrement familial légalisé.
 
Dès lors, la seule question qui se pose n’est, précisément, pas ombilicale : car dans les deux cas, vous êtes fichu, immédiatement ou à moyen terme.
 
Alors pensez une dernière fois aux autres !
 
Préférez-vous enrichir un croque-mort enrobé, ou son ombre en robe noire, à savoir un avocat ou un juge qui chambre les vies familiales?
 
Choisissez-vous de payer les larmes d’un pompiste funéraire, ou l’indignation d’un pompeux plaideur, sachant qu’ils rivalisent l’un et l’autre dans la médiocre théâtralité, celle que provoque la fatalité du trépas et la banalité des séparations parentales?
 
A toutes fins utiles, je vous livre mon choix : je paierai à titre posthume le croque-mort. Car il ne peut ni ne veux rien contre ou pour le délai qui me sépare de ma fin de vie. Un croque-mort est un professionnel de la patience.
 
Par contre je refuse de payer l’appareil noir, l’appareil judiciaire, l’appareil à transformer les destinées des parents en affaires sonnantes et trébuchantes.
 
Les croque-morts sont quant à eux vierges de toute intervention dans la morbidité de nos contemporains, alors qu’il n’en va pas de même au sujet des cyniques robes noires, dont les grossiers appétits de conflits parentaux sont un cofacteur évident –bien qu’assez puissant pour empêcher de le faire savoir publiquement- de morbidité et mortalité psychologique, sociale et familiale.
 
Une question m’obsède, Monsieur l’expert agréé: quand donc organiserons-nous l’enterrement des affaires familiales, l’enterrement des bénéfices obscènes des plaideurs en perpétuel parachutes malgré leurs violations quotidiennes des règles civilisées, l’enterrement de l’imposture judiciaire, afin de rétablir simplement un état neutre, social, républicain?
 
Pascal Dazin, le 28 octobre 2008
Médecin du travail
Président de l’ARE (Alphabet du Respect des Enfants)
Cofondateur du Collectif REPARE (Résistance des Parents Responsables)
Animateur des " Chiens de Berger " (mouvement alternatif aux chiennes de garde)
Responsable du Mouvement des Cent Papas Pillés
Chef d’orchestre du Chœur des Pères Siffleurs de la Marseillaise
Leader du regroupement " ni Potes ni Soumis ".
Multi-condamné par les professionnels de robe (outreauge, dénonciation calamiteuse, abandon de famille, paternité vicieuse, etc)
Traité, pour mon honneur, de fanatique par les associations dites " de pères " gangrénées par des avocats fanatiques judiciaires, prétextant " défendre les droits des pères " pour faire des affaires.
Auteur de " séparations parentales : l’impasse judiciaire. Souffrances humaines contemporaines"
Et de "justice familiale : de l’impasse à l’imposture. Outreauge à société civilisée ".

cécile 27/11/2016 11:13

je suis fanatique aussi alors , il m’est arrivé l impensable et je suis une femme . j ai pourtant toujours aimé et protégé les hommes. la justice est un mot qui relevé du delire pour moi elle n'existe plus !

Père résistant et bafoué 27/10/2008 23:35

Tous les JAF (Juge aux affaires Familiales) commettent des fautes lourdes en ne se reconnaissant pas incompétents, en discriminant des parents non délinquants (ce qui est interdit par deux conventions), ou à présent en ordonnant l'égalité de citoyens (alors que si l'on va au tribunal, c'est pour être obligatoirement discriminés) à travers les résidences alternées. La viciation quotidienne des jugements civils entraîne une logique de viciation des procédures de conversion pénale et même une altération tragique des procédures pénales en général, quand elles se rapportent à des histoires de mœurs. Plus important encore que de condamner les juges malhonnêtes qui bâclent leur travail pour épouse l'hystérie collective ambiante et le besoin de faire les affaires de leurs pairs avocats et experts, il faut les condamner pour leur capture illégale, légaziste, de procédures civiles qui représentent bien plus de la moitié des affaires tribunalières. Les mauvais juges prétextent être juges pour juger l'injugeable, afin de complaire à leur lobby. Et ils ne sont jamais inquiétés. Imaginerait-on un médecin forçant la porte d'une maisonnée où il sait que quelqu'un s'est blessé, et qui s'ingénierait alors pour envenimer de force la plaie? Les juges, par centaines, violentent des gens qui n'avaient pas besoin d'eux, des gens qu'il leur était interdit de normaliser et de priver de leurs libertés et responsabilités fondamentales. Cordialement. Père résistant et bafoué par la justice d’une répoubelle Rance appelée fRance

Michel 27/10/2008 23:21

Merci Alain pour le dynamisme, la sincérité et l’honnêteté de ton combat… Les pères violés dans leurs droits fondamentaux, ne se rendent pas encore réellement compte qu’ils seront baisés de toute façon… et spoliés en fin de compte ! Car les juges décident qui sera gagnant /perdant dans les conflits conjugaux ! Et ce sont eux qui décident qui sera le gagnant ! C’est quasiment toujours la femme qui est la gagnante ! C’est le sort qu’ils réservent aux couples qui se disputent en divorçant ! En effet, les juges estiment que les divorces doivent se dérouler à l’amiable !? Alors, dans ce seul cas, la balance des avantages sera de mise et tous seront gagnant / gagnant. Comment ces juges peuvent-ils être aussi pervers et aussi malhonnêtes à ce point ?! Quant aux pères lésés, il ne leur reste plus que leurs dignités. Alors, dignement, ils peuvent s’organiser… et ensemble, dénoncer l’impensable, l’intolérable, l’abominable justice familialiste qui viole leurs droits fondamentaux et qui détruit ces hommes lorsqu’ils sont pères de famille. Détruisant aussi leurs enfants ! Il n’y a plus de guerres militaires en Europe… mais depuis plus de 15 ans nous constatons que nous vivons dans la terreur d’une guerre civile (code civil) entre des parents qui se battent avec acharnement, déloyalement – où tous les coups sont permis – pour obtenir plus de richesses en divorçant qu’en restant marié… et, par le rapt des enfants, bénéficier d’une rançon légale. Oui, dénonçons, ici, tous ces cas d’injustices de séparations conjugales, produit par l’industrie du commerce scandaleux de la détresse familiale. Michel - Père bafoué et résistant - Interdit de travail par la justice d’une répoubelge.

ALAIN GUILLOU 27/10/2008 22:30

Bonjour j'invite ici tous les lecteurs à déposer des commentaires comme celui ci-dessous que j'ai déposé sur les blogs de Philippe Bilger et Dominique Barella comptant parmi les magistrats les plus puissants de la répoubelle fRançaisehttp://philippebilger.blogs.com/blog/2008/04/mort-dans-laprs.html
 

http://lajustice.blogs.liberation.fr/barella/2008/01/la-responsabili.html
 
 
Barella, en application de la Convention Internationale des Droits des Enfants, vous outre-passez vos droits et abusez en bande organisée des familles françaises en difficulté, dont aucun membre ne devrait passer devant un juge, du moins en première action dans les cas des divorces.
 
Avant de vouloir commenter les prétendus bienfaits de la justice dans l'éducation des enfants, il faudrait sans nul doute que les juges aux affaires familiales coupables d'abus de pouvoir en réunion sur les familles et sur la république par violation répétée de deux convention et de l'article 55 de la constitution soit punis pour les dégâts qu'entraînent leurs exactions.
 
J'accuse ici cette profession dévoyée de ses fonctions républicaines d'être coupable d'un CRIME CONTRE LA CIVILISATION . Vous le savez, et n'avez nul besoin de preuves. Vous avez juste besoin de rester au sein du lobby le plus irresponsable et surprotégé de la Nation. Les conséquences humaines désastreuses de l'Arrêt de Cassation Lejeune 1993 (acte anti-constitutionnel) se retrouvent tous les jours dans la presse quotidienne : actes de "folie" , suicides parfois accompagnés de meurtres d'enfants, mortalité excessive (environ 1 à 2 voir 3 pères de familles disparaissent tous les jours), déchéance sociale, exclusion, alcoolisme,  nouvelles pseudo-pathologies psychiatriques comme la "psychose bipolaire" de gens sans antécédents psychiatriques, ou le "syndrome d'aliénation judiciaire", enfants sans pères et sans re-pères qui brûlent les voitures,  paupérisation de la population, milliers de pères SDF, "Sans Domicile Familial", perte du pouvoir d'achat, crainte des enseignants et de tout le monde…Bref,  les conséquences soigneusement occultées de la dérive judiciaire se répandent)
 
Par ailleurs les lobby  féministes intégristes utilisent à grand renfort de médias le fait qu'une femme meure tous les 3 jours sous les coups de son compagnon . Mais, la presse, pourtant bien pourvue en journaliste d'investigation,  oublie comme par hasard de donner les raisons en amont de ce carnage, dû pour une bonne part au harcèlement des pères  en justice par leurs femmes manipulées, instrumentalisées par un lobby divorciste qui réalise tous les ans un bénéfice supérieur à 8 milliard d'euros prélevé illégalement sur les familles
 
Barella, vos commentaires sont indécents. Vous devriez démissionner et inviter vos comparses à se déclarer incompétents dans les affaires des familles en  conseillant à l'état de respecter ses engagements: c. à d. mettre en place des médiations familiales sociales apaisantes qui n'engraissent pas les ultra-libéraux surprotégés –par vous-même et vos complices- que sont les avocats divorcistes, toujours plus avides de pouvoirs et d'argent et qui se plaint sans arrêt d'un manque de moyens…  Organisant des marées de robes noires qui parsèment les places publiques avec une facilité de médiatisation déconcertante, que toutes leurs victimes leur envie.
 
Pour nous parents bafoués et au regard de  ces  exactions que la loi condamne, les juges et avocats divorcistes ne sont qu'une association de malfaiteurs à buts lucratifs dont le seul métier est de transformer l'amour des familles en haine à chaque fois que cela est STRATEGIQUEMENT possible afin de les mettre dans la détresse pour mieux les dépecer.
 
Ces gens là ne méritent pas d'être comparés aux charognards ou aux prédateurs, car dans la nature ces animaux ont eux un nom, une utilité et un droit sacré à être protégés.
 
 
Allez donc faire votre boulot, juger et punir vos comparses qui se masturbent en public ou qui pissent dans leurs tribunaux, évitez d’offrir une retraite dorée aux plus rusés d’entre vous.
Avant de plaider pour plus de justice soi-disant propre, pourquoi ne pas parler d'un animal en robe noire qui mérite 30 ans de prison et qui se la coule douce après les pires exactions?
Mettez donc les voleurs de cartes de crédit amateur de bordel sado-maso en prison avant de prétendre donner quelque exemple.
Interdisez de fumer à celui  qui éteint se mégots de cigarettes sur les seins de sa femme infirme.
Condamnez et supprimez les appareils photos des mains  ceux qui pratiquent les reportages sur les jeunes filles de moins de 12 ans en difficulté sociale, dénudées et étalées sur les boiseries de vos tribunaux pervertis .
 
Je forme des voeux pour que vous ne puissez durablement prospérer sur ces terres de non-droit commis par les gens qui précisément en vivent.
 
Au lieu de faire mine de déplorer des Outreau, reconnaissez que l'idéologie anti-père et pro-judiciarisation hystérique des parents entraîne chaque jour des Outreau, chaque jour des meurtres ou des suicides, chaque jour des milliers de jugements iniques, et chaque jour plus d'argent pour ceux qui jugent et plaident plus.
 
L'avenir compte et les deux vrais problèmes de l'humanité sont :   un,  le risque climatique et deux,  le totalitarisme religieux et judiciaire. C’est la raison pour laquelle j'ai interpellé sans concession M. Philippe Bilger publiquement dans sa rubrique   « Mort dans l'après-midi » puisqu'il offre ici un espace qu'aucun média français n'a jamais eu le courage d'offrir à de tels propos .
 
ALAIN GUILLOU
Père bafoué et résistant
Interdit de travail par la justice d’une répoubelle Rance appelée fRance
Vice Président de l'ARE
Co-fondateur du Collectif REPARE
 Mon email est : alain_at_guillou_point_com
et si vous voulez en savoir plus
www.guillou.com

hommelibre 27/10/2008 21:57


Actuellement un juge qui commet une faute ne peut être poursuivi personnellement. J’affirme que c’est une prime à l’irresponsabilité et au sentiment de toute puissance. Au sujet de l'immunité des juges j'ai des propositions concrètes.
Il faut considérer d'abord que la justice est la gardienne des valeurs de la société, y compris des sanctions en cas de faute d'un citoyen. L'immunité des juges leur évite d'être soumis à la même règle de la sanction en cas de faute, ce qui est en soi un déni même de leur mission qui est justement de sanctionner les fautes. C'est un très mauvais exemple de démocratie, de nature à détourner les citoyens du respect de l'institution.
On sait aussi que le Conseil Supérieur de la Justice, organe de surveillance des magistrats, ne remplit pas son rôle et protège ses pairs. Il faut donc une autre voie de protection des citoyens.
Une réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature est aussi à envisager: il devrait être composé d'une majorité de non juges, car en l'état son objectivité n'est structurellement pas garantie.De plus les juges prêtent serment devant les députés. Dans les cas notoires où le serment est bafoué ils devraient pouvoir faire l'objet d'une enquête par les députés, et le cas échéant d'une destitution. On doit pouvoir destituer les juges qui dysfonctionnent.C'est le minimum que l'on peut attendre d'une démocratie moderne.

Un père secondarisé 27/10/2008 01:06

Lire la suite de l’article : QUID des fausses accusations pour gagner un divorce ?
« Moi, Mirabeau WATERLOO*, je dénonce cette justice qui viole la dignité humaine et encourage le mensonge, en réfutant le droit à la défense de ceux qu’elle juge » à la page http://laviedeperes.over-blog.com/article-12857842-6.html#anchorComment
Chapitre II : Lettre à mes 5 enfants, au commentaire n° : 5 posté par : Un père secondarisé le: 25/10/2008 19:20:02 (à suivre)

MK 18/10/2008 00:19

Déclaration universelle des droits de l'homme de 1793, article 35 - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.
Appel du Conseil National de la Résistance : grève générale reconductible à partir du 10 novembre 2008

Chants de révolte et d’espoir 17/10/2008 22:49

Depuis la nuit des temps, les peuples accompagnent leurs luttes de chants de révolte, et d’espoir. Mais ce très riche patrimoine culturel populaire est aujourd’hui en grand danger : les auteurs sont censurés, et leurs chansons sont introuvables. Notre mémoire ne sera pas mise au pilon par les marchands de "culture" bas de gamme : ensembles, nous y veillons. Contre les mercantis, contre la censure, publier est un combat pour la chanson engagée, pour la chanson vivante: la belle, la rebelle.
"Pour que les enfants sachent qui vous étiez."
"Chantez la vie, l’amour et la mort, les saisons, les rêves, le travail, et la grève !" (Gilles SERVAT)
[1] Chaque artiste présent sur ce site a une rubrique a son nom. Vous trouverez aussi ici les autres, ceux qui n’ont pas ou pas encore une rubrique rien qu’à eux, et aussi "Sur l’air de ...", de nouvelles chansons sur des airs connus, suivant une très ancienne tradition populaire. http://www.revoltes.net/spip.php?rubrique3
 

JE 17/10/2008 22:23


Le processus de divorce / séparation (*) figure parmi les expériences les plus douloureuses. Il affecte l’esprit, la santé, le social, le professionnel, le financier, avec des répercussions socioéconomiques difficiles surtout pour les familles monoparentales (Weitzman, 1985, Familles Plurielles, 2006) (*) Les séparations sont 2,5 fois plus nombreuses que les divorces

JM 14/10/2008 00:38

"On ne saurait tolérer que les tribunaux qualifient les faits en fonction des résultats qu'ils souhaitent obtenir dans le cas d'espèce car dès lors que l'impressionnisme tient lieu de règle, le déclin du Droit n'est pas loin..." Professeur Roger PERROT in Revue Trim. Droit Civil  1984 page 559

AT 12/10/2008 21:32

La loi française (est-elle différente de la loi belge ?) sur la base de la constitution interdit aux juges dont c'est le métier de discriminer un parent ! Les juges sont tout simplement HORS LA LOI !  Le divorce devrait être prononcé tout simplement par une déclaration commune adressée au maire de la commune où a eu lieu le mariage. Bien amicalement

JM 12/10/2008 16:37

On serait le 1er avril, je serais porté à croire à ce canular... mais quand on sait le nombre de familles détruites par suite de décisions de divorce défiant ou insultant l'intelligence ou la raison humaine... et qu'on refuse d'admettre que la cause directe ce sont les magistrats et les avocat(e)s...."vous n'aviez qu'à vous entendre"..."vous n'aviez qu'à ne pas divorcer" sonnant comme un terrible aveu à mon sens... je me refuse de croire à de tels effets d'annonce !!! Qu'en pensez-vous ?

AL 12/10/2008 15:11

C'est le problème de cet appareillage judiciaire « à broyer » qui se met à la portée de l'un ou de l'autre, en prolongement de la rancunes et de la haine, articulant des logiques destructrices contre l'un ou l'autre sans aucun discernement. Un appareil qui se doit d'être neutre, mais qui prend à son compte de jouer le plus mauvais des rôles. Au lieu de contenir les agressivités respectives, de les canaliser vers des rappels à la nécessité d'apaisement et de pacification, tous les moyens sont fournis à chacun des deux pour ne plus s'arrêter de vouloir être le gagnant. Un juge m'avait répondu : "il me faut un gagnant et un perdant et c'est moi qui le décide". Je lui avais demandé si un arbitre se devait de désigner l'équipe gagnante au début du match et si match nul était selon lui envisageable.

PA 12/10/2008 01:36


Oui, osons le faire ... Osons dénoncer ces gens de justices (Juges, avocats, experts psy, policiers,…) qui par leurs magouilles, détruisent impunément des millions familles !!!...
Dénoncez… en déposant aussi votre témoignage sur ce BLOG !... Il suffit simplement de cliquer sur « ajouter un commentaire » indiqué sous l’article en question et de simplement écrire votre témoignage (nom et adresse électronique non obligatoires).
Ce ne sont pas les médias, ni les journalistes, ni la télé, ni la radio, ni les journaux, ni les politiques, ni les puissants, ni les religions, ni les penseurs qui font bouger les choses aujourd'hui, car ils ne sont tous que des supports, des intermédiaires, des faire valoir, des rapporteurs, des transmetteurs de : c’est votre pouvoir à tous, seul capable de faire bouger les montagnes, avec l'amour bien sûr, nous ne l'avons pas oublié !
C'est vous, c'est le nombre, ce que les puissants appellent "l'opinion publique", celle qui leur fait si peur,


celle qui renverse un gouvernement en Ukraine, en Espagne ou au Liban,
celle qui fait démissionner un ministre lorsqu'il se met à mentir,
celle qui stoppe une loi parce que des enfants sont descendus dans la rue,
celle qui dit non à un référendum qui est biaisé à l'origine,
celle qui fait qu'un produit puisse disparaître du marché en moins de 48 heures,
celle qui fait vaciller l'Europe qui voulait aller vers l'oligarchie des élites,
celle qui oblige le gouvernement chinois à revoir son attitude de prédateur,
etc...


Aujourd'hui, grâce aux nouvelles technologies, il est possible de créer un vent de panique positive en très peu de temps, à la seule condition d'être organisé pour toucher très vite toutes les instances qui réagissent à la peur de l'opinion publique, de sa masse et de son nombre.
Rappelez-vous, c'est la délation qui est frappée du sceau de l'infamie, pas la dénonciation, comme on veut essayer de vous le faire croire pour le plus grand bonheur des escrocs.
Il est vrai que ce sont ces mêmes escrocs qui nous rebattent les oreilles avec leur attitude positive, et qui bien sûr, finissent toujours par vous dire que vos dénonciations sont négatives - c'est vraiment trop facile ! Parce que leurs corruptions et leurs abus sont peut-être positifs ? Ne dites pas oui, nous ne comprendrions vraiment pas !
Il faut que la dénonciation soit considérée aujourd'hui comme un acte citoyen de bravoure positive, car dans la plupart des cas, les abus dénoncés sont préjudiciables à tous, en tant que citoyens, contribuables et consommateurs.
La délation est un acte inacceptable, très souvent commis à l'encontre des plus faibles, qu'ils soient blancs, noirs, jaunes, arabes, juifs, catholiques ou de quelque minorité que ce soit.
La dénonciation, quant à elle, est un acte civique d'alerte contre les abus des élites et de tous ceux qui pensent être au-dessus des lois.

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives