Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 21:21

L’Impasse Judiciaire… Et les souffrances humaines contemporaines.

 

La politique familialiste contemporaine cultive une idéologie les plus massacrantes et les plus destructrices d’Humanité, en séparant systématiquement les enfants de leurs pères.

 

Devant les juges des affaires familiales conflictuelles, il y a toujours deux poids et deux mesures selon le sexe du parent lorsqu’il faut statuer sur le sort des enfants, après la séparation définitive de leurs parents.

 

En effet, sur plus de 10.000 cas en 15 ans, voici les résultats sur les considérations de ces robes noires :

·         Les pères sont autoritaires et immature. Ils prétendent aimer leurs enfants alors qu’ils sont simplement jaloux du nouveau compagnon de la mère des enfants.

·         Les femmes sont beaucoup plus mûres, elles savent aimer leurs enfants bien mieux que les hommes, elles les ont portés, elles se sacrifient, elles possèdent l’instinct maternel, si elles refont leur vie, c’est par soucis d’équilibre afin de mieux protéger leurs enfants, si elles ont quitté le père des enfants, c’est parce qu’il n’était pas de bonne qualité en tant que père, en tant que mari, et elles l’ont fait à regret, vraiment au dernier moment, etc.

·         Que le père travail, et il sera reconnu indisponible.

·         Qu’il soit sans emploi et il ne sera pas exemplaire, d’autant que l’oisiveté est mère de tous les vices.

·         Mais que la mère travaille, et elle sera courageuse, ou qu’elle ne travaille pas, et elle sera disponible.

·         Qu’elle ait besoin de ses enfants et soit reconnue déséquilibrée sans eux, aux dires d’une expertise sociale, et elle prouvera être « maternelle ».

·         Que la même expertise parle de la même dépendance du père, et il sera immature, devant engager une psychothérapie.

·         Que la mère soit justement en psychothérapie et cela sera de bon pronostic, preuve de sa bonne volonté (semblant aussi rassurant qu’une vaccination obligatoire…), cela prouvera tout au plus sa sensibilité et son désarroi.

·         Qu’un père subisse le même parcours, et il sera évidemment incapable de prendre en charge ses enfants, connaissant de graves troubles de l’équilibre mental…

·         Les pères peuvent être incestueux, mais beaucoup moins que les mères. (Nous avons rencontré un père accusé simultanément d’être impuissant, hyper-libidinal, incestueux, homosexuel et hétérosexuel : il ne savait plus du tout comment se défendre, mais c’était de toute façon inutile.).

·         Les pères sont violents, alcooliques, etc…

·         Le père ne s’intéresse pas en réalité à ses enfants : il s’acharne en « Justice » pour faire souffrir la mère, voire les enfants…

·         Et quand on ne trouve rien, mais absolument rien, on dira alors au père, qui devra se contenter de cette explication résumant toutes les autres : « Qu’il paie pour les autres ! ». (Nous avons entendu cette justification : ne résume-t-elle pas admirablement le mécanisme obscurantiste et obsessionnel de la recherche du bouc émissaire ?

 

Alors que la responsabilité de l’État est entièrement engagée dans la sauvegarde des libertés familiales, dans les faits, il ne respecte pas… et il viole…

La Déclaration des Droits de la Famille,

La Convention des Droits des Enfants,

La Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme.

 

Apparemment, les déchirures familiales ne passionnent pas les acteurs politiques… ni ne les divisent beaucoup… non plus.

Peut-on en conclure que ce thème soit estimé trop secondaire par nos élus ?  Ou au contraire, le sujet serait-il trop politique, trop polémique ou trop délicat ?

 

Groupe de Recherches et d’Actions des Pères Violés et Spoliés Associations Militantes, Bénévoles Extraits de L’Impasse Judiciaire sur « Les Séparations Parentales » – Propositions Sociales et Juridiques - Pascal DAZIN – Médecin Social – 187 pages – N° ISBN : 2-913555-18-7 – Liv’éditions Le Faouët – 15,24 €  

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 11:44

Alec Baldwin s'en est pris à son ex-femme Kim Basinger, et l'a accusée d'avoir monté leur fille contre lui.

 

L'ex-couple est toujours en pleine bataille juridique pour la garde de leur fille, Ireland, 12 ans, et l'acteur en veut à son ex d'avoir monté leur fille contre lui.

Il souligne… "Vous pensez que j'ai l'air coincé ? Oui j'ai une actrice sur le dos. L'aliénation parentale c'est des gens qui projettent de façon narcissique leur réalité sur un enfant - 'Je n'ai pas besoin de toi, donc l'enfant n'a pas besoin de toi'. Le but de l'aliénation parentale c'est de tuer le temps passé avec l'autre. Les gens ont besoin d'être en sécurité. Ils ont besoin de régularité. Et je suis victime d'une campagne qui tue tout ça."

Le couple a divorcé en 2002 après 9 ans de mariage.

Il ajoute "Vous finissez par être plus un oncle qu'un père !"

 

(World Entertainment News Network)

Source : http://www.bluewin.ch/fr/index.php/659,82393/Alec_Baldwin_accuse_Kim_Basinger_de_monter_leur_fille_contre_lui/

 

Commentaire de Will :

 

Leur Histoire, c’est notre Histoire… La différence entre les mêmes Histoires se situe dans les moyens financiers que l’on peut, ou que l’on veut bien consacrer pour ce jeu de guerre civile entre deux parents lors d’une séparation conflictuelle, et ce… paradoxalement… après s’être aimé éperdument…

 

L'industrie du divorce gronde dans beaucoup de pays occidentaux où un divorce conflictuel coûte en moyenne $ 25.000, où les femmes gagnent tout et où les hommes perdent tout !  Un divorce contesté coûte donc très cher et il est étalé sur des années de conflits judiciaires.

 

Mais le point commun dans toutes ces Histoires de destructions familiales, ce sont les enfants qui sont le plus détruits.  On détruit des enfants dans une guerre entre les deux parents.  En grandissant, l’enfant orphelin de père aura comme conséquence une foule de problèmes, y compris la dépression, la grossesse d'adolescent, la délinquance, la violence, la toxicomanie et le suicide.

Dans les Palais… dit de « Justice », les pères sont mis à mort psychologiquement !  Les pères privés de leurs enfants, sont «un groupe à très grand risque», dit le professeur Kruk, (premier expert en matière de sociologie de l'université de sociologie de Colombie-Britannique du Canada) avec des homicides et des suicides disproportionnés au reste de la population.  Regardez aussi le nombre de drames à la suite des séparations !

 

Les spécialistes savent que les failles du système actuel de la gestion des conflits familiaux peuvent être gommées rapidement, par l’instauration d’une série de mesures sociales et législatives généreuses et faciles à mettre en œuvre. 

 

Qu’est-ce qu’on attend alors ?

 

Il y va de l’intérêt de nos enfants, qui seront les adultes de demain !  Avons-nous oublié que les enfants sont les avenirs de chaque Nation ?  Ne voyons-nous pas que c’est une grave menace pour l’avenir du monde occidental civilisé ?

 

Créer et entretenir de tels conflits n’est-il pas le déshonneur contemporain d’une société décadente !  

 

Et si ce n’est pas de l’hystérie collective… qu’est-ce donc, alors ?

 

À lire : « L’imposture Judiciaire » de Pascal DAZIN – Médecin social

Pour commander gratuitement le manuscrit (par courriel électronique Microsoft Word Document 662 Ko – 154 pages A4) sur demande à l’adresse suivante : laviedeperes@hotmail.com

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 14:23

Un contrat de mariage n’est pas obligatoire. Si les futurs époux n’en signent pas un, c’est le régime légal qui s’applique. S’ils souhaitent adapter ce régime, ou en adopter un autre (par exemple, la séparation de biens), ils devront établir un contrat de mariage. Mais plus concrètement, à quoi sert ce contrat? D’après le site du conseil francophone de la fédération du notariat belge,

il règle les rapports économiques et financiers entre les époux ;

  • il contient les règles de la preuve de propriété des biens ;
  • il détermine la manière dont chacun pourra gérer et administrer les biens ;
  • il précise également leurs obligations financières l’un à l’égard de l’autre, et la manière dont ils contribueront aux charges du mariage et règlera le partage de leurs économies ;
  • il contient les règles de participation de chaque époux aux dettes que l’un des époux aurait pu avoir contractées ;
  • il peut également régler le sort des biens au moment de la dissolution du mariage, ou prévoir une donation entre époux.

Dès le 1er novembre, il sera possible de modifier devant notaire le régime ou le contrat de mariage conclu. Une adaptation de la loi permettant d’économiser parfois jusqu’à 200.000 euros.

 

Il ne sera bientôt plus nécessaire de passer devant un tribunal pour modifier un contrat de mariage. L'opération pourra se faire simplement devant notaire, une évolution importante dans la mesure où de nombreux contrats de mariage anciens ne se sont pas adaptés à l'évolution de la législation, surtout en matière de succession, rapporte le Standaard dans son édition de lundi.

Des adaptations simples pourraient ainsi faire économiser 70.000 euros de droits de succession à une famille possédant une maison, un appartement à la mer et une épargne de 200.000 euros mais beaucoup de gens ne le savent pas, indique Eric Spruyt, notaire bruxellois et enseignant à l'Ehsal.

Plus besoin de décision de justice

Ils ignorent souvent qu'ils peuvent changer quelque chose à leur contrat de mariage, voire même à changer de régime matrimonial. Depuis 1976, il est possible de modifier le régime ou le contrat conclu mais jusqu'ici, il était nécessaire dans la plupart des cas d'obtenir une décision de justice en ce sens. Seuls quelques cas permettaient d'être modifiés simplement devant notaire.

La loi du 18 juillet 2008, qui devrait paraître au Moniteur belge à la mi-septembre, va changer la donne. A partir du 1er novembre, toutes les modifications pourront être faites devant notaire.

http://monargent.lecho.be/famille_et_argent/heritage/Meilleur_contrat_de_mariage__meilleur_heritage.7980168-1790.art

Que faire si votre conjoint vous cache des problèmes financiers ?

http://monargent.lecho.be/famille_et_argent/budget/Que_faire_si_votre_conjoint_vous_cache_des_problemes_financiers__.7890267-1782.art

La communication est le fil rouge d'une solution.

FAMILLE & ARGENT - Des problèmes d'argent peuvent mettre en péril les couples les plus tenaces. Que faire si vous découvrez que votre moitié vous cache des choses ?

Les couples, qui se marient ou décident de cohabiter, unissent également leurs idées au sujet de l'argent. Combien d’euros seront dépensés par mois ? Quel montant consacré au compte d’épargne ? Et quels sont les priorités ? Toute une série d’affaires pour lesquelles il faudra désormais prendre des décisions ensemble.

Mais que faire si votre conjoint possède un style de vie différent au vôtre ? Ou si vous essayez de dépenser moins mais qu’apparemment il y a un trou dans le budget du ménage ? La plupart du temps, de tels achats ont eu lieu en cachette et vous les découvrez par hasard. Comment réagissez-vous dans une telle situation ?

Respirez profondément

Il est normal que vous soyez fâché, mais laissez votre colère s’essouffler afin de permettre à votre conjoint de s’exprimer. L'argent est de toute façon un sujet émotionnel, c’est donc une mauvaise idée de commencer une conversation sans vous être au préalable calmé. La meilleure des choses à faire consiste encore à écrire ce que vous ressentez et de supprimer les choses que vous regretterez lorsque vous relirez cette feuille à tête reposée.

Réfléchissez sur les causes

Demandez-vous comment vous avez pu atterrir dans une telle situation. Soyez honnête et objectif. Avez-vous suffisamment communiqué ou était-il question auparavant de différents points de vue qui n’ont jamais été discuté jusqu’au bout ? En outre, les idées sur l’argent peuvent changer mais il est extrêmement difficile d’apprendre à changer ses vieilles habitudes.

Ne cherchez pas des choses introuvables

Les chances que les intentions de votre conjoint soient mauvaises sont heureusement infimes. Ne partez donc jamais de cette idée. Remplis de bonnes intentions, il a peut être tout simplement commis une erreur. Mais il est probablement trop fier pour l’admettre.  Dans ce cas, laissez reposer cette histoire. Vous ne pouvez de toute façon pas revenir en arrière. Si par contre vous êtes face à de véritables mensonges, alors vous devriez peut être vous demander si ceux-ci ne sont finalement pas le symptôme de problèmes plus profonds.

Discutez ensemble de manière rationnelle

Ou mieux dit : écoutez votre conjoint. Prêtez attention à ce qu’il raconte et ne mettez pas directement son explication en doute. Essayer même de vous comprendre l’un l’autre et expliquez-lui très clairement pourquoi vous avez été aussi fâché. Si vous et votre partenaire parvenez à motiver vos opinions, alors vous arriverez plus facilement à un compromis.

Soyez prêt à changer de pensée

L'argent étant un sujet particulièrement émotionnel, il est probable que vous vous laissiez mener par vos sentiments. En outre, si la situation au travail est tendue, vous risquez d'être plus prudente en matière de dépenses car vous sentez la présence d'une épée de Damoclès au-dessus de vous.

Votre conjoint trouve peut être que vous êtes trop pessimiste en ne comprend pas du tout pourquoi il faut épargner de manière tellement stricte. Prenez le temps de vous écoutez l'un l'autre et donnez-lui raison si vous vous rendez compte que vous aviez tort.

Cherchez des compromis

Le choix des montants à dépenser dépendent de vos priorités. Et parfois, celles-ci diffèrent de celles de votre conjoint. Peut-être qu’il rêve d’acquérir une grande maison alors que vous souhaitez rénover votre logement actuel. Discutez de telles choses et cherchez un compromis.

Ce n'est pas très grave d'avoir des opinions différentes, mais trop de souhaits opposés peuvent sérieusement perturber votre budget.

RC 12:49 - 30/07/2008 Copyright © monargent.be

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 15:30

Cellule de Crise

Des centaines de milliers de familles jonglent entre le paiement de leurs dettes et la gestion du quotidien.  Certains foyers n'arrivent pas à rembourser leurs prêts, et sont alors contraints d'emprunter à nouveau, juste pour survivre.  Les dettes de ces familles s'accumulent, car elles sont tombées dans la spirale violente du surendettement.

Des familles, gagnant à peine 1.000 € par mois (et parfois moins) doivent payer des loyers à des prix indécents de 450 à 600 €, et plus par mois. 

Des pères de familles, séparés ou divorcés, sont, en plus, condamnés à payer des pensions alimentaires impossibles à payer, au risque d’être à la rue… et s’accrochent désespérément à leurs emplois avec moins de 2 € par jour pour vivre !  D’autres, en chômage, et n’ayant à peine que 750 € d’allocations de chômage, doivent payer 250 € par mois (voire plus) de pensions alimentaires.  Ceux-là sont carrément à la rue.  

Depuis quelques temps, on aperçoit de plus en plus de jeunes, à la rue, tendant la main pour « une petite pièce ».  On ne voyait pas ça il y a 15 ans, ni même il y a 5 ans !

La balle est donc dans le camp des responsables d'organismes de prêt, ainsi qu’aux membres d'associations venant en aide aux surendettés et à la justice spécialiste en faillites personnelles.  

Aujourd’hui d’hui, c’est une première en Europe, sur la situation.  En Belgique, le gouvernement a pris le problème du surendettement à bras-le-corps.

Les spécialistes savent que les failles de notre système actuel de la gestion du fonctionnement global socioéconomique peuvent être gommées rapidement, par l’instauration d’une série de mesures sociales et législatives généreuses et faciles à mettre en œuvre.  Qu’est-ce qu’on attend encore ?  

Il est donc très urgent de saisir la problématique du surendettement dans sa globalité et de prendre les mesures sociales qui permettront de mettre un terme à ce fléau.  Car c’est une grave menace pour l’avenir du pays !

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 23:15

La Vidéo


http://www.dailymotion.com/nicolasd92/video/xo044_elleetnous20061113150k_family

Cliquez sur le lien « La Vidéo » ci-dessus pour voir l’émission vidéo – 45 minutes


Question de droit de visite et de garde alternée. La vision réactionnaire de Jacqueline Phélip (lenfantdabord) voudrait faire de la Garde Alternée un droit uniquement attribué par les mères: un encouragement délibéré aux conflits entre les parents. Le non conflit entre les parents se voulant une règle des juges pour faire accepter une Résidence Alternée.
Les droits des pères sont encore bafoués dans les faits, même 4 ans après la Loi 2002.

Avec l'Avocate Elodie Mulon, la JAF Florence Géry à Bobigny et Yasser Abousaid de SOS Papa Normandie

Le commentaire du Réseau Parental Europe:*

L'usage du vocable "garde" si cher aux suppôts de l'appareil judiciaire, est une fraude, une supercherie et un manque flagrant de respect aux droits de l'enfant, car ce mot maltraite plus encore l'enfant du divorce.
Depuis 1987 le terme juridique approprié est "résidence et hebergement" alterné ou exclusif, c'est selon.
Merci Mme Elodie Milon d'avoir mis les pieds dans le plat.

reseau-parental@wanadoo.fr

euro-dads@yahoogroups.com

 

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 10:41

Le commerce du conflit

A propos d'une publicité mensongère : «Famille, je vous ai»

Site: http://enfants-du-divorce.sos-forum.net/

 

Par Pascal Dazin, co-fondateur du collectif REPARE (Résistance des Parents Responsables), dimanche 11 novembre 2007

Une vaste campagne publicitaire radiophonique, diffusée notamment sur les ondes publiques, est venue vanter l'intérêt qu'il y aurait pour les auditeurs à contacter les avocats in...

 

[Lecture complète]

http://enfants-du-divorce.sos-forum.net/portal-2.htm#news_2

 

Commentaires: 6

http://enfants-du-divorce.sos-forum.net/a-propos-des-avocats-f1/le-commerce-du-conflit-t2.htm

 

_______________

Résumé par will

(…) La tromperie résulte du fait qu'elle propose des « conseils » alors que le coeur de métier des avocats inscrits aux barreaux est de transposer les problématiques dans l'arène conflictuelle des tribunaux, afin d'obtenir une discrimination de droits entre justiciables, voire une condamnation de l'une des parties.

(…) En matière de vie de famille, les parents en difficulté sont incités par cette publicité à être « conseillés » par des professionnels du conflit, qui dressent un tableau très souvent dégradant des parents, montés artificiellement l'un contre l'autre afin de mieux les diviser et de faciliter la discrimination normalisée en « justice familiale ». (…) Inciter des parents désemparés à se battre en justice l'un contre l'autre constitue un acte d'abus envers eux, à seule fin de les asservir en tant que clients pris dans une spirale judiciaire qu'on leur présente comme légale et normale, alors qu'elle est trop souvent castratrice, humiliante, désocialisante et... bien évidemment mercantile. (…) Les familles en difficulté attirées dans la spirale judiciaire sont inexorablement vouées aux rapports conflictuels. Le lobby judiciaire n'ignore nullement la portée de ses actes. (…) La normalisation, et prise de pouvoir judiciaires sont à cet égard bien trop prégnantes pour permettre aux parents de se faire épauler dignement par des acteurs sociaux neutres et bienveillants, comme il s'en trouve chez nombre de médiateurs ou même chez certains psychologues. (…) Toute incitation au respect, à la conciliation, à la tolérance est vouée à l'échec dès lors que les conseillers juridiques font valoir les bénéfices secondaires qu'il y aura pour le/la gagnant(e) en justice, alertent avec opportunisme sur les droits discriminants à installer et à préserver, et instrumentalisent l'un des parents ou les deux, en flattant voire même en démultipliant la puissance de leurs rancoeurs, au lieu de les aider à respecter leurs prérogatives fondamentales: l'éducation et l'exemplarité parentales bien menées, dans un esprit de tolérance et de respect. (…) La déontologie de la profession d'avocat interdit (du moins à ceux qui s'en souviendraient encore) de nuire plus que de raison à la partie adverse ou à des tiers. En incitant les parents aux conflits, et en favorisant les discriminations selon le sexe sous prétexte de l'intérêt supérieur des enfants concernés, les avocats n'ignorent nullement saccager des destinées parentales et enfantines, saborder les chances éducatives des enfants instrumentalisés, appauvrir la destinée de toute la famille ascendante et collatérale du parent qui va être judiciairement disqualifié, privé de ses responsabilités et investi d'une « autorité parentale » fantoche. De très nombreux pères de famille ont sombré dans une forme d'exclusion ou de perte de repères civilisés après conseils d'avocats. Les désordres sont malheureusement très fréquents ; et fortement banalisés. De la déresponsabilisation à la dépression réactionnelle, de la dépression aux difficultés professionnelles et relationnelles, au surendettement, de la perte de domicile à la perte totale de contrôle, par suicide ou homicide. Dans tous ces cas de figure, les conséquences des actes des avocats perdurent en parfaite violation de la déontologie de cette profession. - L'ordre des avocats fait de la publicité pour commettre des actes illégaux. En effet, l'intrusion d'emblée de ce lobby dans les difficultés familiales afin de voir légalisée une discrimination parentale, le plus souvent sur des critères d'appartenance sexuée, constitue une infraction à l'article 371 du code civil (« tout enfant doit honneur et respect à ses pères et mère ») , à l'article 14 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales (un état ne peut imposer une discrimination basée sur l'appartenance sexuelle), et aux articles 2, 9, 16, 18 et 29 de la Convention Internationale des Droits des Enfants (CIDE). C'est d'ailleurs ce lobby qui a pesé à de nombreuses reprises pour conserver ce marché et envenimer les rapports inter-sexuels parentaux, afin d'en tirer le profit maximal : (…)

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 01:00
Sources et texte original: F4J Belgium & http://www.pagia.be

Traduction française :

À Anvers, c’est pas très sympathique d’envoyer une mère de deux enfants en taule. Un juge anversois a condamné ce vendredi C… (38 ans) à une peine de prison d’une année ferme pour le motif de «meurtre psychologique» sur son ex compagnon. C’est le résultat obtenu à la suite d’un effroyable divorce qui a éloigné les deux filles (actuellement 12 et 14 ans) de leur père en étant placée et qui doivent aller à l’école en taxi.  

Le procureur a parlé d’un «meurtre psychologique» à l’égard du père, et ce, au moyen d’«empoissonnements émotionnels» (de la part de la mère) sur des enfants.

L’affaire a connu deux faux départs, fin de l’année 2007.  
Le 1er février, l’affaire fut remise à une date ultérieure (le 23 mai) afin de vérifier si au cours du temps, il y avait une amélioration dans la situation. Mais la mère refusait catégoriquement la médiation familiale.

Ce pénible conflit perdure depuis 4 ans. Envoyer une mère de deux enfants en prison n’est pas sympa, mais c’est parce qu’elle ne conseille pas à ses enfants d’aller chez leur père durant les week-ends.  Bien au contraire, elle les empoisonne en les intégrant dans les procédures de son divorce. L’avocat du père a demandé 8 mois de prison ferme et 550 € d’amende.

Aujourd’hui le verdict s’est soldé par la condamnation d’un an ferme, de manière à permettre au procureur d’ordonner son arrestation immédiate. Mais l’affaire fut jugée par un juge remplaçant ne connaissait pas assurément le dossier.

Tout a commencé en 2004 lorsque le père est parti précipitamment.  La mère, fortement blessée dans son amour propre, a pris ses enfants pour alliés en les intégrant dans les conflits du divorce.

Elle a donc mal agi en utilisant ses enfants pour des victimes du divorce. Il ne s’agissait d’aucun sentiment de justice ni d’urgence dans la situation, mais, par l’empoisonnement psychologique de ses enfants, cette femme a créé un grave problème dans leurs éducations.

Le mois passé ce fut la 11ème fois que les ex-conjoints se présentaient devant la Cour pour le conflit de la non exécution du droit de garde du père. Cette femme fut déjà condamnée à deux reprises à 6 et 8 mois de prison. Jusqu’à présent, elle a payé 26.000 € d’indemnités plus 7.000 € de frais d’huissier parce qu’elle continuait à aliéner ses enfants.  

Part l’attitude de la mère, les enfants refusaient d’aller chez leur père. La mère préférait que ses enfants aillent en Institution plutôt que chez leur père. La défense (de la femme) montre qu’il y a quand même un point positif chez cette mère: les enfants et la mère étaient blessés dans leur amour propre par le départ de leur père, refusant alors tout contact avec lui.

On ne peut donc pas s’attendre à l’impossible dans cette situation. De plus, selon la commission probatoire, la mère essaie de faire des efforts, et l’école tente également de débloquer la situation.

Donnez encore une chance à ma cliente, demanda la défense. Le tribunal n’a pas suivi, au contraire.  Elle est rare la motivation pour décider d’une une sentence aussi lourde.  La mère, a agi sans aucune gène, avec des comportements mensongers.  L'abus est considéré, non seulement comme étant «dégoûtants envers la partie adverse», où l’on se moque clairement de la Justice.

En ce que concerne l'attitude des filles : « Il n'est nullement attribué à un enfant de 8 ans de décider avec quel parent il veut garder le contact ». Ensuite… (On entendit au tribunal) des accusations telles… «Toi tu t’es occupé à ce que maman n’obtienne plus argent, alors ils nous mettrons dans un centre et tu veilleras à ce que ma maman aille en prison».

Les enfants n’ont pas pu inventer ces propos, et ceci est la preuve absolue de la méchanceté perverse.

(Traduction artisanale par Mayaz)
Remarques de Mayaz: Quand allons-nous assister à divers Tribunaux pour témoigner sur les sanctions de spoliations des pères ?

Merci de publier vos commentaires.

Info Diffusion: Collectif La Vie de Pères Bruxelles - Wallonie
http://laviedeperes.over-blog.com/
http://sospapa.babelleir.be/

Texte original :

Eén jaar cel voor 'psychische moord' op papa

ANTWERPEN - OM: "Een moeder van twee kinderen naar de cel sturen is niet sympathiek"

http://www.f4j.be/doc/doc08/080619_1_jaar_cel_voor_psychische_moord_op_papa.html

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 21:27

Un cas incroyable en Italie : l’ex femme d’un père de famille de 3 enfants s’est opposée aux droits de visites du père durant 9 ans, sans être inquiétée par la justice, malgré les 129 plaintes (record italien) du père pour non présentations d’enfants. 

Il vient d’obtenir, enfin, la condamnation de l’ex femme à 6 mois de prison (Avec sursis ? Le communiqué ne le précise pas). 

Nous devons nous réjouir d’apprendre cette condamnation (pour un fait aussi grave) et constater que, pour ce père irréprochable, c’est quand même une condamnation dérisoire par rapport au fait qu’il fut privé de vivre avec ses 3 enfants durant 9 années. 

Ce père a participé plusieurs fois aux manifestations des papas Italiens ; et même jusqu’à manifester devant l’Église du quartier de ses filles… Ce qui n’a servi à rien, car ces choses n’intéressent personne…

Et de constater qu’un père, ou une mère, privé de vivre avec ses enfants en raison du comportement illicite de leur ex conjoint est, pour la justice, moins grave que de se garer en double file !!!...

Toutes ces dénonciations méritent le respect de la part de nous tous.  Nous sommes de nombreux parents… et ne pas s'occuper de la douleur des enfants et de leur parent (privés de vivre ensemble) est honteux.

Données officielles : Procédure n. 1988/02. Registre Général. Tribunal Torre Annunziata. Dispositif sentence art. 544 alinéa le cpp.

Merci de votre attention

Traduction : CLVDP et http://fr.babelfish.yahoo.com/translate_txt

Après la France,* c’est au tour à la « Justice » Italienne à bouger son c…, très péniblement, pour le droit des pères !

C’est pour quand en Belgique ?... Vies de pères… vies de chiens !!!...

________________

* http://laviedeperes.over-blog.com/pages/UNE_MERE_CONDAMNEE_POUR_FAUSSES_ACCUSATIONS_DE_VIOLENCES-34866.html

Texte intégral :

http://www.figlinegati.it/  

Comunicato Stampa 19 giugno 2008
INCREDIBILE CASO IN ITALIA: CONDANNATA LA EX MOGLIE CHE NASCONDE 3 FIGLI (DA 9 ANNI) AL PADRE che ha presentato 129 denunce (record italiano)

Queste cose possono capitare solo in Italia. Un padre si separa. I tre figli sono affidati alla ex moglie. Lui li insegue da 9 anni presentando ben 129 denunce alla Procura della Repubblica o ai Carabinieri.
Dopo tanti anni ottiene una condanna di 6 mesi per la ex moglie con riferimento agli anni 1991/2001.

Dobbiamo essere tutti contenti e soddisfatti che un padre incensurato e "pulito" ottiene una condanna irrisoria contro la ex moglie che gli ha nascosto 3 figli per 9 anni.
Questo padre ha partecipato molte volte alle nostre manifestazioni di piazza.
Una volta, siamo andati a manifestare davanti alla Chiesa del Paese d'origine delle figlie.
Protesta buttata al vento. Queste cose non interessano.
Un padre e una madre che subiscono la scomparsa dei figli a causa del comportamento illegale dell'ex coniuge è meno grave di una sosta in doppia fila.
Tutte queste denunce presentate meritano rispetto da parte di tutti.
Molti di noi hanno i figli.
Non occuparsi del dolore di questi tre bambini e del loro genitore è vergognoso.
Questi sono i dati ufficiali : Procedimento n. 1988/02. Registro Generale. Tribunale Torre Annunziata. Dispositivo sentenza art. 544 comma I cpp.


Grazie dell'attenzione
dott. Giorgio Ceccarelli
+39 3392753088

 

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 10:05

On peut déplorer que le père soit trop souvent absent, la mère débordée et les enfants, ballottés. À l'occasion de la fête des pères, voici un bref dialogue psycho-philosophique, avec chacun de mes enfants. Je vais oser répondre à la question de la paternité, tantôt du point de vue du fils ou de la fille, tantôt de celui du père.

Moi : Je suis habité par ce proverbe chinois qui affirme que " Si ton fils (ou ta fille) n'est pas meilleur que toi, tu as gâché ta vie. " Notre raison de durer, c'est peut-être d'assurer la continuité, de transmettre amélioré, enrichi, ce qu'on a reçu.

Toi : Père, tu as été le premier héros pour ton fils, le premier amour pour ta fille. Tu me laisses, après avoir été mon père, être désormais le père de moi-même. Il te reste alors de t'inquiéter devant ma liberté gauchement appréhendée.

Moi : Le vrai père est celui qui sait n'être pas trop père, mais qui effectue un passage de relais. Il transfère à ses enfants le germe de la paternité. Le père est celui qui nous permet d'exister sans la mère. Chaque fois que l'on se met en mouvement, que l'on traverse dans l'inconnu, on " fait " du père pour soi.

Toi : Je réalise aujourd'hui que les adultes sont aussi des personnes qui ont leurs faiblesses. Il y a eu des réussites, on compte aussi des espoirs déçus. L'éclat de mon héros a terni et d'autres amours sont venues combler nos vies.

Moi : Le vrai père, c'est celui qui a indiqué les limites pour la sécurité et les possibles de la liberté. C'est celui qui ouvre le chemin par sa parole et souhaite l'élargir par le témoignage de ses actions. Un exemple, c'est surtout ce qu'un père peut être pour ses fils et filles.

Toi : Il y a aussi le père vieillissant, à la fois inquiet et heureux de voir sa fille quitter la maison et avoir un enfant, de voir l'autre batailler pour trouver sa place au soleil, de voir son fils prendre maison. Il y a cet autre père qui n'arrive pas à être à la hauteur de l'amour qu'il éprouve pour ses enfants.

Moi : Un homme sait qu'il vieillit lorsqu'il commence à ressembler à son père. Je pense que le vrai père cherche l'occasion d'assurer la continuité, de trans-mettre ce qu'il a reçu, le léguer amélioré, enrichi. C'est peut-être ça notre raison d'être.

Toi : Mais il y a tellement de choses à apprendre aujourd'hui, dans notre monde de plus en plus complexe et changeant. Nous avons besoin d'aide. On doit se choisir à nouveau des pères des repères.

Moi : Enfin, avec l'âge, plus je constate que je sais peu de choses, mais une certitude persiste, c'est que l'enfant de la femme est le père de l'homme, c'est-à-dire que l'on est déterminé par notre passé (selon Freud). Et que, pour s'en libérer, pour que l'enfant soit l'avenir de l'humanité, il faut qu'il devienne pour lui-même ses propre père et mère. Comme s'enfanter soi-même.

Alors, aujourd'hui, pour être un bon père, pour assurer la continuité du Monde, j'écoute mes enfants!

Bonne fête des Pères à toi, mon cher fils, mes chères filles!

Gilles Châtillon

______________________

À l'occasion de la fête des pères (le 8 juin pour les Belges et le 15 juin pour la majorité des pays ), je vous offre ce texte sur la réelle fonction du père telle que vue par les psychologues. Je vous invite à l'offrir à votre père et à le diffuser autour de vous. Un cadeau original ! Bonne fête à tous les papas !

Yvon Dallaire
Psychologue-sexologue

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 00:34

Traditionnellement, depuis quelques années, à la même période, les associations de pères fêtent cet évènement, le deuxième dimanche de juin, à Bruxelles, devant le théâtre de la Monnaie, à proximité de la Grand Place.

 

Cette année, des pères se décident (encore une fois à la dernière minute) de fêter ce jour qui rappelle combien est significative cette journée symbolique et combien est l’importance du père au sein des familles. 

 

Profitons de cette journée pour voir ensemble, entre militants, ce que l’on fera encore cette année, et ultérieurement, pour que les choses se passent mieux pour tous lors des naufrages et conflits conjugaux.

 

Si vous hésitez à venir… ou si vous ne voulez, ou ne pouvez pas participer à cette journée, souvenez-vous quand même que nous possédons tous, en nous, les ressources nécessaires pour militer afin que nos enfants (et aussi les leurs, lorsqu’ils seront adultes) ne subissent pas AUSSI les mêmes atrocités que nous avons connu nous-mêmes.  Mais c’est surtout pour éviter que d’autres milliers d’enfants ne souffrent plus comme les nôtres, privés de vivre avec l’« autre parent » !

 

N’oublions jamais ceci : « l’ascension de l’homme doit être un dépassement » et aussi : « tous ensemble », nous pouvons changer tout ce qui ne va pas dans une société décadente…

 

Cordiales salutations,

 

Collectif La Vie de Pères

Bruxelles – Wallonie

 

Au fait, d'où vient la fête des pères ?

 

La fête des Pères En Europe

 

Le symbole de la fête des pères


Paradoxalement, c'est la rose qui est la fleur de la fête des pères. On porte des roses rouges pour un père qui est vivant et blanche pour un père qui est mort.


Source :

 

http://www.linternaute.com/evenements/fete_des_peres/historique/historique.shtml

 

C'est en 1952 que la France institua la première fête des pères, deux ans après l'officialisation de la fête des mères.
En Belgique, elle a lieu le deuxième dimanche de juin, une semaine avant les autres.
En
Italie
, c'est le jour de la saint Joseph, le 19 mars, que l'on célèbre les papas.
Au
Luxembourg, les papas doivent attendre le mois d'octobre. Cette année la fête est donc fixée au 3 octobre.

Repost 0
Published by Will - dans Famille
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives