Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 23:57

 

INVITATION

 

VOUS ETES INVITES AU CONGRES INTERNATIONAL EN GRECE (DRAMA, 3-5 JANVIER 2009).

 

THEME:

 

EGALITE DES SEXES-EGALITE PARENTALE ET FAMILLE.

DIGNITE MASCULINE ET PARENTALE. 'FATHERS FOR JUSTICE'


UN AUTOCAR PARTIRA DE MADRID, LONDRES, PARIS, BRUXELLES, AMSTERDAM.

 

REUNISSEZ-VOUS PAR PAYS ET ORGANISEZ VOTRE VOYAGE.

NOUS VOUS AIDERONS.

IL FAUT ABSOLUMENT FORMER UNE ALLIANCE EUROPEENNE DES PARENTS POUR DEFENDRE L'AVENIR DE NOS ENFANTS PAR LES INJUSTICES SOCIALES - POLITIQUES ET LA PRATIQUE JURIDIQUE.

AUCUN ENFANT (ET PERE) NE DOIT SUBIR LES TRAGEDIES FAMILLIALES DU DIVORCE.

 

VENEZ EN MASSE EN GRECE POUR UN DEPART DE NOUVELLE STRATEGIE.

CREER UNE PLATFORME COMMUNE ET SUPORTEZ LA FORMATION DU

 

'PARTI SOCIAL EUROPEEN'  

 

LE COORDINATEUR SYGAPA

Nikolas SPITALAS

spitalas@yahoo.gr

 

COUT POUR UN CAR ENVIRONS 30 € /PERSONNE POUR 50 PERSONNES. RENSEIGNEVOUS AUPRES D'UNE AGENCE DE VOYAGES

 

LES PAPAS GRECS (SYGAPA) SONT RASSEMBLES A UNE ASSOCIATION (SYGAPA-MENS AND FATHERS DIGNITY).

ILS SONT POUR LE MOMENT 23.000 (AMIS ET MEMBRES).

NOTRE ASSOCIATION EST CREE DEPUIS 2005 ET NOUS AVONS PLUS DE 200 PRESENTATIONS EN MASSES MEDIAS (tv, radio, journaux, revus).

NOUS AVONS DE MULTIPLES VIDEOS QUE VOUS POUVEZ CONSULTEZ DANS NOS SITES. AUSSI L'OBSERVATOIRE DE L'ALIENATION.

AIDEZ-NOUS POUR LA CREATIOND'UNE FEDERATION EUROPEENNE AYANT COMME BUT LA PARTICIPATION AUX ELECTIONS EUROPEENNES: NOUS N'AVONS AUCUNE AUTRE SOLUTION.

AUSSI UNE PRESENCE MASSIVE AU PARLEMENT EUROPEEN QUE NOUS POUVONS PREPARER LORS DE NOTRE CONFERENCE INTERNATIONALE LE 3-4 JANVIER 2009 A DRAMA (GRECE DU NORD).

LES PERES ESPAGNIOLS SONT TRES ACTIFS: REGERDEZ LEUR MANIFESTATIONS EN VIDEOS.

LES BRITANIQUES ET LES HOLLANDAIS PEUVENT NOUS AIDER.

NOTRE SEULE POSSIBILITE DE GAGNIER LA REFORME EST L'UNION ET L'ACTIVISME.

ICI, NOUS TRAVAILLONS AVEC DES SCIENTIFIQUES ET DES UNIVERSITAIRES POUR RESULTETS A LONGTERME .

MERCI

NICOLAS SPITALAS,

PRESIDENT SYGAPA

www.sos-sygapa.eu

INTERNATIONAL OBSERVATORY FOR THE ALIENATION:

http://internationalienation.blogspot.com/

 

Drama se trouve au Nord de la Grèce a 150 Km de Thessaloniki. Il existe un grand aéroport à Thessaloniki et il y a toutes les heures un car - bus vers Drama. Il y a aussi gare de trains (le lieu du congres se trouve a 200 mètres de la gare).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Will 04/01/2009 20:34

INTERNATIONAL CONGRESS ON FAMILY AND EQUALITY 'JUSTICE AND DAD’S’ & MEN’S DIGNITY’
CONGRÈS INTERNATIONALE POUR LA FAMILLE ET L'ÉGALITE'JUSTICE ET DIGNITÉ MASCULINE ET PATERNELLE'   ORGANISED BY MEN’S AND FATHERS’ DIGNITY ASSOCIATION GREECE (SYGAPA)
ORGANISÉ PAR L’ ASSOCIATION GRECQUE POUR LA DIGNITÉ MASCULINE ET PATERNELLE (SYGAPA)   Programme - Abstract Book Programme - Livre des Résumés
 
DRAMA, GREECE, 2-5 JANUARY 2009 DRAMA, GRÈCE, JANVIER 2-5 2009   Co-organisers: Prefecture of Drama , Technological Educational Institute of Kavala   Coorganisateurs: Préfecture de Drama, Institut Technologique de l’ Éducation de Kavala   EXECUTIVE COMMITTEE OF MEN’S AND FATHERS’ DIGNITY ASSOCIATION GREECE   Nicolas Spitalas, President Georgios Moumouzias, Vice-President Konstantina Giannaki, General Secretary Keimis Krionas, Special Secretary Theodoros Melissaris, Treasurer Georges Litsakis, Member of Office Niki Balati, Member of Office   CONFERENCE SCIENTIFIC COMMITTEE   Wassilios Fthenakis, Professor Dimitrios Emmanouloudis, Professor Nicolas Spitalas, Professor Georgia Tzamalouka, PhD Ioannis Lambrou, PhD Stefka Kitanova, PhD     Organising Chair: Nicolas Spitalas   Compilation, Presentation and Edition of the Conference Programme-Abstract Book: Ioannis Lambrou  
PRESIDENT’S MESSAGE     When Men’s and Fathers’ Dignity Association Greece (SYGAPA) appeared five years ago, it called for the establishment of gender equality within society and the family. Back then Greek society ignored divorce-related issues, which were just the common secret of one million Greek divorcees.   Since then these issues were discussed within scientific and political circles, but came to a standstill at a point when the Greek law had to be improved. Varied interests have reversed the progress of family law, which has gone back to the middle ages, at a time when, throughout the planet, especially in the western world, mature and civilized people are tracking down divorce-related problems and are solving them both judicially and socially.   Divorce affects the future of a society, a country, therefore it affects all its citizens.   It has financial, social, psychological, legal, professional, institutional and political sides.   At a time when in the rest of the world there are movements for progress, welfare, as well as personal and social recognition, inequalities in Greece are on the increase.   At a time when, for example in Canada, France and Malta, divorce-related claims are politically embraced and systematically supported by coordinated actions of both men and women, in Greece we are moving backwards. We have left divorcees to their fate, without social welfare, without family courts with specialised and experienced judges, without social services, without arbitration, without shared custody, without protection against blackmail regarding alimony and parent-child contact.   The voice of Men’s and Fathers’ Dignity Association Greece (SYGAPA) has now reached the rest of Europe and the globe. In unity with the voice of the whole world, it forces states to listen to the needs of three million people in Greece , two hundred million people in Europe and billions in the whole world, minors and adults, who are affected by divorce.   Today these voices begin to sound like one and firmly express their problems in a scientific way, calling for their immediate resolution like a single clenched fist.    We are already creating a European forum and a European confederation with political authorities and we ask from every active citizen to understand our cause and support it.   Nicolas Spitalas, 02/01/2009 Spitalas@teikav.edu.gr, Spitalas@yahoo.gr  INDEX OF SESSION CHAIRS, AUTHORS OF PAPERS AND PRESENTERS IN ALPHABETICAL ORDER OF SURNAME Askitis, Thanos PhD in Psychiatry, President of the Hellenic Association of Mental and Sexual Health, Athens , Greece Chirdaris, Vassilis Attorney at Law, Lawyer of Human Rights,  Athens, Greece Christodoulakis, Theodosios Phd in Psychiatry, Psychiatrist, Psychoanalyst, Director of EOPS, Member of International Society of Psychiatry, Athens , Greece Dallaire, Yvon MA in Psychology, Option Santé, Quebec City, Quebec, Canada Emmanouloudis, Dimitrios Professor of the Technological Educational Institute of Kavala , Greece Fthenakis, Wassilios Professor of Developmental Psychology, Free University Bozen , Germany Galanopoulos, Nikos LLB, Ex-Lawyer, Special Researcher of Human Rigths, Athens , Greece Golden, Tom LCSW, Webhealing.com, Gaithersburg , MD , U.S.A. Hasanagas, Nikolaos PhD in Social Sciences, Technological Educational Institute of Kavala , Greece Kalfopoulou, Iphigenia Chairman of the Greek Adoptees Reunion Registry, Thessaloniki , Greece  
Kalierou, Liana ΜΑ in Family Therapy, MA in Developmental Psychology, Member of the American Psychotherapy Association, Athens , Greece Kambouri, Fani Postgraduate Researcher at the Laboratory of Methodology Research in Health and Safety-Related Topics, Department of Social Work, Technological Educational Institute (TEI) of Crete , Greece Kammer, Jack MSW, LGSW, MBA, The Center for Men and Boys in Social Policy, Baltimore MD , U.S.A.  Karavidas, George BA in Psychology, Gymnast,  Athens , Greece Kitanova, Stefka PhD in Chemistry and Biology, President of European Association of Teachers Bulgaria , Sofia, Bulgaria Kouros, Ioannis Child Psychiatrist, M.D., DEAPA, C.E.S., President of the Association of Psychology and Psychiatry for Adults and Children, Athens, Greece Kupstis, Ken Journalist, BA in Communication Arts, Assistant to CNN Miami Bureau , FL , U.S.A. Kyrou, Georgios Professor of Architecture, School of Architecture , Aristotle University of Thessaloniki , Greece Lambrou, Ioannis PhD in Men's Studies, Associate of the Undergraduate Gender Studies Programme of the University of Athens , Greece Lorandos, Demosthenes PhD in Philosophy, JD, Clinical Psychologist, Attorney at Law, Nationally Recognized Expert on False Allegations of Physical and Sexual Abuse, Ann Arbor, MI, U.S.A. Maamer, Kerim
Responsible of the Center of Parental Rights, Brussels , Belgium Markatos, Nikos Professor, Ex-Rector of the National Technical University of Athens , Greece Moumouzias, Georgios Vice-President of Men’s and Fathers’ Dignity Association Greece, Inspector of the Greek Ministry of Employment and Social Welfare, Thessaloniki , Greece Pakas, Michalis Member of  Men’s and Fathers’ Dignity Association Greece
Piromalli, AmédéoPresident, I-Comme-Identité, Paris, FranceSampani, Helen Postgraduate Researcher at the Laboratory of Methodology Research in Health and Safety-Related Topics, Department of Social Work, Technological Educational Institute (TEI) of Crete , Greece Spitalas, Nicolas Professor of the Technological Educational Institute of Kavala , Founder and President of Men’s and Fathers’ Dignity Association Greece Tripolitou, Dionisia ΜΑ in Sociology, Trainer of Adults, Advisor of Familial Planning and Human Potential,  Kos, Greece Tromp, Pieter PhD in Paedagogics/Child Psychology, Father Knowledge Center Europe , Utrecht, The NetherlandsTsilimbari, Alexandra Postgraduate Researcher at the Laboratory of Methodology Research in Health and Safety-Related Topics, Department of Social Work, Technological Educational Institute (TEI) of Crete , Greece Tsirvoula, Fani Attorney at Law, Ex-Judge, Athens , Greece Tsopani, Kleopatra Postgraduate Researcher at the Laboratory of Methodology Research in Health and Safety-Related Topics, Department of Social Work, Technological Educational Institute (TEI) of Crete , Greece Tzamalouka, Georgia PhD in Sociology, Instructor at the Laboratory of Methodology Research in Health and Safety-Related Topics, Department of Social Work, Technological Educational Institute (TEI) of Crete , Greece Vanderheyden, Jean-Émile Phd in Neuropsychiatry, Hôpital André Vésale, Montigny-le-Tilleul, Belgium Van Ginkel, Joost Film Director, The Netherlands Verdis, Athanasios Lecturer, Department of Philosophy, Pedagogy and Psychology, University of Athens, Greece  Whiston, Robert Fellow of the Royal Society of Arts, Chairman of the Equal Parenting Federation, United Kingdom Willekens, Michel Founder, Militant Member, International Network " La Vie des Pères", Co-founder of "Collectif des Pères Séparés – SOS Papa Bruxelles - Wallonie", Belgium Zafiropoulos, Sarantis  Assistant Professor of Architecture, School of Architecture , Aristotle University of Thessaloniki , Greece Zohrab, Peter Douglas LLB, BA, BA (Hons), President of the New Zealand Equality Education Foundation, Paraparaumu, New Zealand
 

CLVDP 04/01/2009 20:09

Interventions des représentants Belges au Congrès de Drama
 
SATURDAY, JANUARY 3 SESSION I – DRAMA PREFECTURE AMPHITHEATRE THE ROLE OF THE FATHER FROM PAST TO PRESENT
1:00 p.m. – 1:15 p.m.Kerim Maamer Opinion sur les créances alimentaires
 
1:45 p.m. – 2:00 p.m.Michel Willekens Rapport d’introduction à la problématique des destructions familiales par les dysfonctionnements de la Justice et des Institutions ayant pour cause une discrimination de sexe
 
SESSION IV – HOTEL XENIA CONFERENCE CENTRE FAMILY-RELATED SOCIAL ISSUES
 
4:15 p.m. – 4:30 p.m.Jean-Émile Vandreheyden La pénibilité des divorces conflictuels: Αpologie pour une prise de conscience sociétale
 
 
– CONFERENCE ENDS –   SESSION CHAIRS   SESSION I Chair: Wassilios Fthenakis (wassilios@fthenakis.de)   SESSION II Chair: Georgios Kyrou ( gkyrou@gmail.com )   SESSION III Chair: Georgios Moumouzias ( moumouz@physics.auth.gr )   SESSION IV Chair: Michalis Pakas ( vadevale@yahoo.gr)   SESSION V Chair: Athanassios Verdis ( oxoniana@gmail.com )   SESSION VI Chair: Pieter Tromp (vaderkenniscentrum@gmail.com)   SESSION VII Chair: Stefka Kintanova ( butsa13@abv.bg )   SESSION VIII Chair: Robert Whiston (robert.whiston@talktalk.net)   SESSION IX Chair: Peter Douglas Zorhab (peter@zohrab.name)   SESSION X Chair: Dimitrios Emmanouloudis ( demmano@teikav.edu.gr ) MEN’S AND FATHER’S DIGNITY THESSALONIKI :Fraggon 19, CP 54828, tel:++2310524285, Fax : ++2310524319, ATHENS: tel: ++2106411977 / Fax: ++2106411997, Mob: ++6942010255 DRAMA: tel: ++2521034910 CENTRAL SITE: www.sos-sygapa.eu SYGAPA 2 (VEROIA) : www.olganos.blogspot.com SYGAPA 3 (ALEXANDROUPOLIS): http://sygapalexandroupolis.blogspot.com SYGAPA 4 (PATRAS): http://sygapapatras.blogspot.com SYGAPAFRANCE: http://sospapagrecs.over-blog.com PATERAS (FATHER): http://pateras.pblogs.gr FORUM: http://groups.yahoo.com/group/goneas2005 groups sygapa: FACEBOOK MYSPACE ZORPIA HI.5 forum : http://groups.yahoo.com/group/goneas2005 INTERNATIONAL OBSERVATORY FOR ALIENATION:: http://internationalienation.blogspot.com/  PETITION: http://www.ipetitions.com/petition/greekfamilylaw/  ALL VIDEOS AND ASSOCIATIONS OF THE WORLD: http://internationalienation.blogspot.com

Collectif La Vie de Pères 04/01/2009 15:32

IMPOSTURES JUDICIAIRES – Congrès Drama janvier 2008
Destructions familiales par les dysfonctionnements judiciaires
D’après « L’imposture Judiciaire » de Pascal DAZIN – Médecin social - Présentation et Résumé par le Collectif La Vie De Pères et SOS Papa BW - Bruxelles Wallonie
http://laviedeperes.over-blog.com/
laviedeperes@hotmail.com
 
Constats collectifs sur plus de 10.000 cas de destructions familiales de 1993 à 2008 en France et en Belgique par le Groupe de Recherches et d’Actions des Pères Violés et Spoliés
La « justice » familiale : entre l’enfer et le cauchemar.
Vous qui entrez dans ce monde, perdez tout espoir…
 
Nous avons le droit et le devoir de nous révolter contre les injustices et les abus de pouvoir des institutions ou de ceux qui les représentent.
Des codes civils interprétables en tous sens
(…) sont brandis aujourd’hui des codes civils interprétables en tous sens, des procédures aussi multiples et complexes qu’il le faudra suivant les cas, des conventions bafouées, des effets de manche, des huissiers et des experts serviles…
Un expert psy d’aujourd’hui est aussi dévoué à son tribunal que jadis un curé l’était à son seigneur
Un expert psy d’aujourd’hui est aussi dévoué à son tribunal que jadis un curé l’était à son seigneur, car on ne mord pas la main qui vous nourrit: il doit donc disséquer la famille naturelle sur ordonnance judiciaire. La décomposer en force du bien et force du mâle.
Quant aux enfants, qui n’existaient jadis que s’ils survivaient pour aider la famille, leur statut a changé: ils existent à présent en tant que prétexte à procès afin d’aider le lobby noir à valider ses honoraires…
Si les pères résistent au traitement judiciaire qu’on leur administre, ils sont psychorigides voire paranoïaques
Pour qu’on les fasse passer en justice, les pères d’aujourd’hui y sont traités comme des sorcières ou des envoûteurs. Au mieux ils sont absents, c’est ce qu’ils ont de mieux à faire pour éviter les ennuis. Mais au pire, sils résistent au traitement judiciaire qu’on leur administre pour leur bien et celui de leurs enfants, ils sont psychorigides voire paranoïaques, incapables de le comprendre et de se soigner…
Les Divorces, mannes providentielles pour le système judiciaire
Cette énorme machine judiciaire familiale est en effet soigneusement huilée, et à travers ses adaptations régulières, tout se passe comme si elle devait réviser ses rouages afin de maintenir son pouvoir absolu sur tous ces parents en difficulté, artificiellement mais quasi-systématiquement happés dans ses engrenages...
La nécessité de discriminer les parents transformés artificiellement en justiciables.
En effet, ce qui caractérise principalement la machine à juger les parents, c’est  en général son caractère intrusif, abusif, son fonctionnement basé par principe sur la nécessité de violer deux conventions ratifiées pour asseoir ses procédures mercantiles, et c’est pour chaque cas particulier, qui ne supporte aucune exception, la nécessité de discriminer les parents transformés artificiellement en justiciables.
 
Le titre de mon premier ouvrage était « les séparations parentales : l’impasse judiciaire ». Il était basé sur une expérience personnelle d’aide bénévole apportée pendant plus de dix ans à des  milliers de personnes spoliées de leurs responsabilités fondamentales, violées dans leur honneur, paupérisées et exclues, volées du plus simple de leur sens de vivre. J’ai démontré que le fonctionnement de cette institution était dévoyé, que plus rien ne pouvait la faire assimiler à cette justice que chacun appellerait de ses vœux, animée de nos idéaux…
Si les femmes sont favorisés c’est parce qu’elles sont instrumentalisées.
Qu’on ne se trompe pas : au contraire de ce qu’elle plaide, cette machine n’est animée d’aucun égard particulier envers les femmes, lesquelles sont tactiquement privilégiées, mais pas respectées : elles sont elles aussi instrumentalisées. Autrement dit, que la plupart des mères l’emportent en pouvoir parental et en pensions sur les pères n’est absolument pas un cadeau gratuit que le monstre en robe noire accorde à la gente féminine. La justice familiale est un monstre froid qui n’aime les parents que pour sa consommation personnelle, mais non pas pour eux ou leurs enfants. Si ce monstre sans limites ni maître dévore quotidiennement du père, discrimine positivement les mères et prélève les deux parents, c’est par stratégie. Epouser le conformisme féministe lui donne de belles allures : il se tient bien à table. Les formes sont respectées…
 
Et sur le fond maintenir et conforter ce féminisme discriminatoire obéit à une autre impérieuse règle : pour mouliner, très vite, pour multiplier les affaires, pour sortir les sacs de farine homologués et homogénéisés des familles recomposées, il faut que les rouages soient fiables. Pas de bavures, pas de grains de sable, donc pas de jurisprudence, car sinon deux conséquences terribles viendraient paralyser la machine à normaliser: la clientèle féminine craindrait d’entrer en justice, de peur de ne plus « gagner », et les ce qu’il resterait d« affaires » durerait beaucoup plus longtemps, et rapporterait moins d’argent.
 
La cruauté ordinaire du lobby le plus conformiste et le plus impuni de France s’abat à présent banalement sur une foule de  parents en difficulté. Elle prétend  sans vergogne être exercée au nom du Peuple français et dans l’intérêt supérieur de leurs enfants.  C’est pourquoi mon nouveau livre ne fera plus référence à « l’impasse judiciaire », mais va bel et bien évoquer l’imposture des gens de droit, qui font tout de travers pour nos enfants et leurs parents, consciemment, comme on exploite sans aucun risque un filon.
 
Avant de condamner les agissements de toutes ces mères dites abusives, il faut se demander pourquoi elles peuvent abuser, quelles forces les y incitent et pourquoi leur dérive est facilitée par le milieu psycho judiciaire et même policier. Car nous vivons dans une jungle de droits discriminants et légalement organisés, que l’on appelle « état de nature ». L’exemple type est assurément cette organisation méticuleuse de la décomposition familiale avec préférence sexuelle obligée dans les tribunaux…
Des magistrats violent chaque jour les conventions ratifiées
Si tous les magistrats violent chaque jour deux conventions ratifiées (celle des droits de l’Homme et celle des Droits des Enfants), c’est qu’ils sont impunis, et se tiennent les coudes avec les autres intervenants, de manière à satisfaire leur goût du pouvoir, qu’il serait vraiment naïf de confondre avec le désir de justice, à conserver leur travail sans risques, et leurs strates d’honoraires providentiels.
L’ensemble du lobby noir continue également de faire la politique de l’autruche, de jouer son rôle dans ce vaste théâtre, parce qu’aucun devoir de suivi, aucun principe de précaution réel, ne s’oppose à la perpétuation de l’exploitation…
Les verrous se sont multipliés pour empêcher toute amélioration de la situation, pour écraser tout projet social
Les verrous illégaux se sont multipliés pour empêcher toute amélioration de la situation, pour écraser tout projet social et républicain de passer la porte du progrès.
-Souvenons-nous, par exemple, de cet arrêt de cassation (arrêt dit « Lejeune » qui empêcha d’invoquer dans les tribunaux  les préceptes d’une convention ratifiée, alors qu’ils s’imposent à tous en dehors de ces lieux d’exercice du droit.
Car les invoquer aurait empêché toute discrimination basée sur le sexe, et toute discrimination entre parents. Cela aurait entraîné que le juge renonce à discriminer, et donc à juger des parents Respecter ces valeurs civilisées fondamentales aurait en conséquence privé le monde des robes noires de sa première source de gains!
-Ou relisons, par exemple, la loi de 2002, dite loi Royal-Ayrault, qui enferme définitivement les parents dans les cabinets d’avocats et les contraint à entrer en procédure pour tout événement familial. A cet égard, le principe de la « résidence alternée » imposée en justice n’est que poudre aux yeux : les parents séparés qui pratiquement ce type de vie familiale ont heureusement échappé à la « justice », et c’est précisément celles et ceux qui ont besoin de la faire peser sur l’autre parent qui devraient se voir purement et simplement interdire ce type de partage égalitariste!)…
Il sera comme d’habitude retenu que la justice manque de moyens
Cette montagne a accouché d’une souris d’ailleurs morte née, puisque sous la pression indécente de ce lobby, il sera comme d’habitude retenu que la justice manque de moyens
(Alors qu’au contraire elle s’investit beaucoup trop dans des missions lucratives mais exorbitantes du droit), que les experts, même mauvais, retrouvent leur job sans risque et sur payé, et que demain nous risquons d’être jugés par encore plus de juges aussi déconnectés des réalités et plus corporatistes et conformistes que jamais…
La justice familiale brise le sens de vivre de dizaines de milliers de gens
Depuis trente cinq ans, sans état d’âme, sans jamais rembourser ni même s’excuser, la justice familiale a brisé le sens de vivre de dizaines de milliers de gens, a brisé la vie de dizaines de milliers d’autres, et tue tous les jours des parents poussés aux réactions extrêmes. N’importe quel médecin serait sous les verrous pour avoir fait dix fois moins de mal à un patient, n’importe quel maire serait sévèrement condamné s’il négligeait autant d’administrés.
 
La première partie de ce livre se rapportera à ce que j’ai personnellement vécu durant treize ans de résistance. L’acharnement actif et passif des robes noires a failli me coûter la vie, et m’a précipité au bord de l’exclusion sociale. De nombreux textes accompagnèrent mes tentatives de résistance lors des audiences en « justice ». Ils restèrent systématiquement et même scrupuleusement lettres mortes, comme si je n’avais pas écrit, pas déposé mes écrits dans les formes. Comme si je n’existais qu’en tant que perdant et condamné d’avance.
 
La seconde partie propose des réflexions sur les nouvelles nuisances sociales entraînées par la pollution judiciaire contemporaine, amorale et  violant les lois civilisées, ainsi qu’une refonte définitive du droit de la famille, qui replace le monde judiciaire à sa vraie place chronologique dans l’ordre naturel des recours…
Le droit, mais surtout le devoir pour chacun de se révolter contre les injustices et les abus de pouvoir
En effet, la Constitution née de la révolution française a affirmé non pas seulement le droit, mais surtout le devoir pour chacun de se révolter contre les injustices et les abus de pouvoir des institutions ou de ceux qui les représentent…
Tous les pilotes de ces institutions font à présent partie du lobby judiciaire
Car en réalité, tous les pilotes de ces institutions font à présent partie du lobby judiciaire. Il est tellement plus avantageux de faire un discours sur les enfants de « sans-papiers » que sur les millions d’enfants illégalement, injustement, et illogiquement privés de père et flanqués d’une mère artificiellement toute puissante dans la France des Droits de l’Homme au service d’un lobby qui ne peut accepter la fin d’une guerre des sexes qui grossit mieux que tout autre filon leur portefeuille boursier...
Un système qui rend les enfants orphelins de père
Je dénonce donc un système qui rend les enfants orphelins de père actif quel qu’il soit, quoi qu’il ait fait ou fasse,  et quoi qu’il veuille faire pour sa famille...
Des officines d’avocats « spécialisés dans le droit de la famille »
A travers quelques écrits rédigés au long de ces années de lutte personnelle et collective (puisque j’ai soutenu des milliers de mes contemporains se heurtant à la néo-barbarie judiciaire), je présenterai également un tableau désastreux de l’involution sociale en cours, de cette fonte des neiges de nos valeurs civilisées, qui paraissent éternelles, et qui s’épandent à présent en eau sale et glacée, évacuées des tribunaux ou des officines d’avocats « spécialisés dans le droit de la famille », pour venir souiller l’ensemble de la population et vicier leur culture…
Quiconque rencontre un problème de santé ne consulte ni un architecte ni une couturière
D’autre part, quiconque rencontre un problème de santé ne consulte ni un architecte ni une couturière. S’il le faisait, son comportement évoquerait  un désordre mental.
 
Pourtant, dans la très grande majorité des cas, qui rencontre un problème de famille se retrouve précipité dans le monde judiciaire. C’est ce qui m’arriva, comme à tant d’autres, voici seize ans.
Toute la société marche sur la tête
C’est donc toute la société qui marche sur la tête. Car aussi vrai qu’un parent n’est pas un délinquant ou qu’un enfant n’est pas un usufruit, la vie de famille ne devrait qu’en bien peu de cas se retrouver d’emblée dans les serres des hommes d’affaires et dans les affres des conflits judiciaires.
Quelques lobbies opportunistes exploitent les difficultés humaines comme jadis on exploitait les mines
Personne ou presque, ne tire la sonnette d’alarme sociale. J’y vois la preuve de notre peur du monde corporatiste le plus puissant et le plus infiltré dans les sphères de pouvoir, et un signe complémentaire de cette folie collective de « justice pour tous». De cette folie qui s’est emparée de nos contemporains, sous la pression, il faut le dire, de quelques lobbies opportunistes qui exploitent les difficultés humaines comme jadis on exploitait les mines…
 
De fait, filon d’hier contre filon d’aujourd’hui, nous sommes passés depuis trente cinq ans de l’âge des carrières de pierre et des valeureuses gueules noires à celle de l’exploitation des familles en difficulté par les robes noires carriéristes…
 
Nous sommes entrés dans l’ère des bénéfices secondaires soutirés par la plus sale des guerres modernes, la guerre des parents sous prétexte de l’intérêt de leurs enfants et de la folie des « droits » qui ont terrassé les libertés, les devoirs, ou même les règles de la vie civilisée…
Aucune étude sur les irréparables dommages que les familles puissent endurer par la faute de cette intrusion judiciaire
Aucune étude concernant les conséquences de la main mise judiciaire  sur la vie de famille n’est réalisée. Elle est pourtant extraordinaire au plan logique et exorbitée du droit conventionnel au plan du fonctionnement républicain de nos institutions. Ce qui s’applique au commun des mortels ne s’applique donc jamais un juge, un huissier, un avocat, un psy agréé, quels que soient les irréparables dommages que les familles puissent endurer par la faute de cette intrusion judiciaire autoritaire. En fait, le principe de précaution et le devoir de suivi s’arrêtent à la porte des tribunaux, section familiale…
Aucune responsabilité sur les provocations de suicides et d’exclusions
Remarque : alors que les harceleurs sont condamnés lors du suicide de la victime, les faiseurs d’injustices, eux, ne sont jamais inquiétés.
 
Qu’un homme se suicide en sortant d’un tribunal où il était rentré en espérant rester père ne pose aucun problème à ceux qui l’ont poussé à cette fin. Et pourtant, en trois décennies de capture judiciaire de cette problématique sociale, il y en a eu des milliers…
 
Que des dizaines de milliers d’autres aient peu à peu été aspirés dans la spirale des exclusions ne fait pas trembler les robes de ces quarante cinq mille hommes de droit, qui martèlent dans leurs publicités se tenir à notre service...
 
Et que des millions gens vivent à présent la norme imbécile des « droits » parentaux calibrés (selon le sexe parental le plus souvent) avec les pertes progressives de liens familiaux qui découlent de ces mesures autoritaires inadaptées, ce n’est pas non plus le problème d’un lobby qui amasse le plus gros de son chiffre d’affaires par le biais de ces procédures artificielles…
Conditionnement à l’affrontement au lieu d’épaulement vers l’apaisement
Je ne me contenterai pas d’évoquer les incroyables péripéties que ce monde noir m’a fait vivre, puisqu’en tant que militant associatif au service de la socialisation républicaine de la vie de famille, ce livre reprendra quelques-unes de mes analyses sociologiques et propositions concrètes pour prévenir les cruautés ordinaires que cette corporation fait subir à tant de familles en désarroi, conditionnées à l’affrontement au lieu d’être épaulées vers l’apaisement…
L’irresponsabilité et l’inimaginables ! On ne peut pas imaginer ça dans notre société !
Jamais je n’aurais imaginé que tout ce qui m’est advenu soit possible dans notre pays. Quand je vois à présent un homme « sans domicile fixe », quand j’entends parler d’un autre qui vient de se suicider, pris dans la spirale infernale, quand j’assiste impuissant à un meurtre familial, je sais à présent que le milieu judiciaire s’en lave les mains, tel Pilate, et parle inlassablement de « forcené », de « drame du divorce », de « crime passionnel » ou de « maladie mentale »…
Résister pour ne pas se supprimer
J’ai résisté peut-être parce que j’ai eu le réflexe d’aider des milliers d’autres, connaissant ces mêmes épreuves, peut-être parce que médecin, j’ai appris à supporter et à ne pas me plaindre, à aider et proposer, peut-être parce que j’ai voulu aller jusqu’au bout avant de démissionner. J’ai résisté parce qu’au dernier moment, je me suis dit que me supprimer serait encore pire pour ma famille…
 
…Car au-delà de la perte des illusions, c’est bien le naufrage des espoirs humains qui est programmé.
 
Tout se passe comme si être père de famille ici et maintenant, et vouloir le rester, expose à la perte de responsabilités, du sens de vivre, au déshonneur, à l’exclusion, au suicide, selon que vous abandonnez tout de suite, ou plus tard, ou jamais, face à un lobby intouchable qui profite de vos difficultés, et même qui les exacerbe afin de mieux en profiter. Ma conviction est faite à ce sujet : l’Homme se plie très souvent aux conditionnements auxquels il est soumis. Notre société conditionne les hommes à démissionner de l’essentiel, ne les aide absolument pas, et pousse les femmes à se sentir toutes puissantes avec l’aide du monde judiciaire et psychologisant agréé, les deux grands bénéficiaires de tous les désordres sociaux…
Recours impossibles afin de protéger le dysfonctionnement judiciaire
Il est intéressant de noter que depuis quelques années, les jugements de séparations parentales ne peuvent plus donner lieu à un recours en cassation et que quiconque s’adresse à cette commission européenne pour ce type de problème social judiciarisé se voit répondre la même chose…Comment mieux prouver la volonté d’un lobby de protéger son propre fonctionnement normalisateur et prédateur ?...
Refus d’application de la Convention des Droits des Enfants et la non discrimination des parents
Alors que je demandais l’application de la Convention des Droits des Enfants et la non discrimination des parents, la juge, très agacée, fit tomber une pile de documents de son estrade, et les avocats en fond de salle firent un chahut très révélateur. Cette magistrate tint à écrire dans l’ordonnance que c’était « évidemment en conformité avec cette convention » que le jugement était rendu (alors qu’un arrêt de cassation interdisait de l’évoquer directement. Ce monde professionnel n’en est pas à une transgression près pourvu qu’il en profite)...
Discriminations légalisées
Inutile également de contacter la « HALDE », structure (En France) récemment créée par le président de la République : cette « Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité », dont l’un des présidents est aussi vice-président de la cour de cassation, ne veut pas entendre parler de cette discrimination là, certes la plus banale de toutes, mais non sujette à critique puisque c’est une discrimination légalisée!...
Une justice indigne d’un pays civilisé
Quand j’écrivis, bien avant Outreau (En France), à un collège de trois magistrates qu’elles et tant d’autres ont fait de la justice une machine indigne d’un pays civilisé, avant tout en s’accaparant une problématique qu’il était illégal et non civilisé d’avoir capté, et que je le fis avec des termes que des centaines d’autres ont depuis repris après analyse du massacre d’Outreau, je fus condamné pour « outrage à magistrats »…
Actes de bassesses sous couvert de la loi
Or, quand on peut commettre des bassesses sans danger et sous couvert de la loi, bien peu résistent à la facilité de l’exploitation de l’homme par l’homme, et certains, plus nombreux que l’on croit dans une corporation sans morale,  y prennent même un plaisir pervers. Il ne faut pas vivre en 1940 pour cela : exploiter les autres sans danger, et sous couvert d’une idéologie, est l’un des deux métiers les plus vieux du monde…
Juges et auxiliaires de justices, esprits de malfaisance sociale 
Zola accusait « les esprits de malfaisance sociale », condamnant à Rennes un peuple à travers un homme, parce qu’il était juif. « Je ne les connais pas », écrivait-il…
Il suffit aux femmes de claquer des doigts car les juges n’aiment pas les pères
J’étais déboussolé, culpabilisé, mais encore amoureux. Je m’arrangeai d’autre part pour que mon fils rencontre sa mère à mi-temps. C’est exactement au moment où son amant fut soulagé des démarches de son divorce qu’elle m’informa souhaiter « clarifier » la situation de notre enfant, m’annonçant, je la cite, « que les juges n‘aiment pas les pères » et « qu’elle n’aurait qu’à claquer dans ses doigts pour que je perde tous mes droits » (cette menace limpide était survenue parce que je lui avais solennellement demandé, en privé, de ne pas exhiber leur sexualité devant mon fils de trois ans, qui en était très perturbé. Cet avertissement n’eut pas l’heur d’être apprécié par le « psy » décrit comme « spécialiste des enfants », ni par leur avocat commun)…
On ne connaît les gens que quand ils vous quittent
(…) on ne connaît les gens que quand ils vous quittent, à la façon dont ils le font, avec les complicités qui sont ensuite les leurs pour vous détruire,  ou à défaut vous réduire pour vous exploiter…
Pour commander gratuitement le manuscrit
Le manuscrit de Pascal DAZIN (par courriel électronique Microsoft Word Document 662 Ko – 154 pages A4) est disponible en écrivant à Pascal DAZIN : pascal.dazin@wanadoo.fr (uniquement en ce moment et avant la publication en Librairie).
 
 

Collectif La Vie de Pères 04/01/2009 15:27

Génocide socioéconomique – Constats en Belgique
 
Nous connaissons plusieurs femmes qui sont dans la même situation dramatique que les hommes. Bien sûr, elles sont en minorité par rapport aux hommes : 3 % de femmes et 97 % d’hommes. La solution ? Elle ne viendra pas des médias, ni des journalistes, ni de la télé, ni de la radio, ni des journaux, ni des politiques, ni des puissants, ni des religions, ni des penseurs qui feront  bouger les choses !!!... Car ils ne sont tous que des supports, des intermédiaires, des faire valoir, des rapporteurs, des transmetteurs de (…)
 
C’est votre pouvoir à VOUS TOUS, seul capable de faire bouger les montagnes !!!... Il semble que nous avons oublié ça.
 
C'est vous, c'est le nombre, ce que les puissants appellent "l'opinion publique", celle qui leur fait si peur, celle qui renverse un gouvernement en Ukraine, en Espagne ou au Liban, celle qui fait démissionner un ministre lorsqu'il se met à mentir, celle qui stoppe une loi parce que des enfants sont descendus dans la rue, celle qui dit non à un référendum qui est biaisé à l'origine, celle qui fait qu'un produit puisse disparaître du marché en moins de 48 heures, celle qui fait vaciller l'Europe qui voulait aller vers l'oligarchie des élites, celle qui oblige le gouvernement chinois à revoir son attitude de prédateur, etc...
Mais… il n’y a pas encore suffisamment de masse importante pour peser sur l’opinion publique et sur les décideurs qui peuvent changer ces horreurs là.
 
Tout le monde s’en fout !
Ça n’arrive qu’aux autres, se disent-ils ! Jusqu’au jour où ils se retrouvent violés et spoliés à leurs tours.
Les salopards ne le savent que trop bien ! Et ils en profitent de l’indifférence et de la lâcheté des gens qui n’agissent pas TOUS ENSEMBLE pour mettre un terme à ce fléau.
 
Personnellement, j’ai connu la même tragédie familiale en 1972. Ce fut l’époque de la libération sexuelle et des revendications féministes.
Le coiffeur du quartier vit sa femme se barrer avec les gosses. Il fut obligé de fermer son beau salon de coiffure à Schaerbeek, écrasé par les pensions alimentaires.
Et puis ce fut l’épicier du coin qui vit sa femme se barrer avec les enfants. Il ferma aussi son commerce pour les mêmes raisons. Il a pu s’en sortir en travaillant au noir.
Et ensuite ce fut la mienne de garce (après 7 ans de mariage) qui se barra en Espagne, emportant les économies du ménage (plus de 25.000 €) pour sa nouvelle lune de miel avec un maquereau invétéré. Elle m’abandonna avec mes deux enfants âgés de 5 et 6 ans. Six mois plus tard elle est revenue pleureur dans mon giron… mais j’étais en instance de divorce.
 
Les séparations / divorces pour gagner du fric, ça pend MAINTENANT au nez de tout le monde !
Dernièrement, un médecin s’est suicidé et un avocat s’est pendu ! Je connais plus d’une 50taine de gars qui sont « FINIS ». C’est pire que toutes les guerres militaires.
Avocat, architecte, médecin, psychiatre, psychologue, ingénieur, employé, ouvrier, manœuvre,… sont tous concernés. Les pères qui gagnent le plus sont les plus visés. On ne peut pas croire qu’il y ait tant de (s…) femmes opportunistes, spéculatrices, vénales,… sur terre. Je vous laisse le soin de les nommer vous-mêmes par leurs vrais qualificatifs.
 
La solution ? À mon sens, elle viendra…
1-       … quand il y aura encore plus de familles détruites ; et encore plus d’enfants marginalisés, désorientés, psychotiques, déséquilibrés, violents, pervers,… qui sont attendus par les Marchés spécialisés, par exemples : le Marché pharmaceutiques (pour vendre leurs antidépresseurs,…) le Marché juridiques (les avocats travaillent pour 100 € de l’heure), le Marché psychologique (les conflits conjugaux et familiaux, ça rapporte bien), les Marchés de l’Alcool et de la Drogue (comme échappatoires aux supplices des enfants et des parents spoliés d’après séparations / divorces,…) le Marché de la Violence (il faut plus de moyens financiers pour le bien-être des Vaginocrates, il faut plus de prisons, plus de policiers,…) le Marché de la Pauvreté et des Exclusions (il sort chaque année des centaines d’éducateurs et d’assistants sociaux. C’est le record absolu sur plus de 2.000 ans de civilisation ! etc.
2-       … quand il y aura plus de Vaginocrates à la rue et condamnées, ELLES AUSSI, à payer des pensions alimentaires impossibles à payer au risque de se retrouver à la rue;
3-       … quand plus de juges seront eux-mêmes jetés à la rue par leurs femmes qui prétendront, ELLES AUSSI, qu’ils sont « violent, psychorigide, déséquilibré mental,… » comme l’on nous accuse tous nous-mêmes de toutes ces fausses accusations ;
4-       … quand il y aura plus d’avocats « people » tels que Magnée (Me Magnée joue du saxophone, apprécie le vin et déguste volontiers les chicons au gratin. Xavier Magnée défend l'homme le plus haï de tout le pays,…) et aussi Uytendael (… les polémiques sur les lettres commerciales du bureau d'avocat de Marc Uytendael, victime de son accointance politico-matrimoniale! ...,) et d’autres… qui seront violés et spoliés comme nous, les « simples » citoyens ;
5-       … plus vite, si les pères, les mères, les enfants, les grands parents… tous spoliés… ainsi que les futurs pères et mères, accompagnés de leurs amis, voisins, connaissances, aidés des mouvements militants,… descendent dans la rue et interpellent le ministère de la famille.
 
La situation n’est pas prête de changer, car les Vaginocrates s’accrocheront de plus en plus à leurs pensions alimentaires ! Et pour éviter les « Hébergements Alternés » ou encore pour se conformer aux lois en vigueur dont celle de l’ÉGALITÉ PARENTALE qui n’est ni appliquée, ni sanctionnée, elles feront tout pour empêcher leurs enfants de conserver des liens familiaux avec leurs pères. Il y a en Belgique trop de plaintes officielles de non présentations d’enfants aux pères. Elles ne sont pas sanctionnées. Les femmes bénéficient donc de privilèges. C’est antidémocratique. Ou bien les lois ne s’appliquent pas à elles. Ou bien elles sont hors-la-loi. Il faudrait savoir. En fait, c’est la permissivité, la magnanimité,… des juges féministes (hommes et femmes) qui permet cette discrimination tant en « droit familial » qu’en « droits fondamentaux ». C’est en raison de leurs convictions et de leurs âmes et consciences que « l’intérêt supérieur de l’enfant, c’est la mère ». Une dérive de plus de nos lois. C’est aussi en vertu du principe imbécile : « Maman, bien sûr ! Papa, peut-être ? ».
 
Puisque l’on a supprimé « la faute » aux divorces, il faut bien que ces mères là (toutes les mères ne sont pas déloyales) en inventent !!!  Maintenant, elles utilisent le système de destructions massives qui permet de détourner les enfants de leurs pères. Elles empoisonnent de plus en plus leurs enfants par les Syndromes… d’Aliénation parentale, de Médée, en ce sens qu’elles manipulent le mental de leurs propres enfants. Les enfants sont empoisonnés psychiquement et sont enrôlés dans une armée de bons petits soldats, mercenaires, pour sauver leurs mères en tuant virtuellement leurs pères.
Il est curieux de constater qu’il n’y a jamais eu autant d’hommes psychorigides, violents, pervers, déséquilibrés,… depuis 2.000 ans de civilisation, dans toute l’Europe. Et ce, curieusement depuis l’époque des suffragettes pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Où se niche-t-elle cette fameuse égalité ?
 
Au Canada, des hommes et des femmes s’unissent pour travailler ensemble à dénoncer les mensonges sur les violences conjugales. Nous en Belgique, nous sommes 2 générations (voire plus) en retard sur le Canada où les Vaginocrates prennent de plus en plus le pouvoir, avec les féministes (hommes et femmes) pour écraser les hommes qui n’embrassent pas leur idéaux philosophiques. C’est pire que le Nazisme !
 
Dans notre réseau européen de « pères séparés », il y a aussi des mères qui subissent les mêmes atrocités que nous les pères de familles. Elles collaborent très bien avec nous et elles militent plus courageusement que nous les hommes. C’est normal !
Les pères de familles ont la honte d’être diabolisés. Ils n’osent pas manifester dans la rue. Ils seraient immédiatement attaqués, insultés, par ces Vaginocrates de féministes extrémistes. Ils préfèrent donc se terrer chez eux.
Nous savons tous que si nous avions plus de femmes militantes, de cette trempe, dans notre réseau, pour manifester publiquement et interpeller vertement nos responsables… ça changerait bien plus rapidement. Alors, les mères, les grand-mères… au boulot, SVP !
 
Il viendra un temps où des sociologues et des philosophes intègres, brillants, (à l’inverse des autres médiocres qui exploitent indécemment leurs titres) pourront discourir et conclure sur un fléau qui porte le nom de génocide familial, socioéconomique, perpétré par une justice qui exploite les détresses relationnelles entre des hommes et des femmes. Alors, il faudra rendre des comptes envers toutes les victimes de ce génocide là. Et il faudra aussi sanctionner les responsables dans un Tribunal International des crimes de cette Guerre Civile.
(s) Un membre militant dans les associations européennes des pères séparés.
 
Paru sur http://laviedeperes.over-blog.com/article-24665781-6.html#anchorComment
Commentaire n° : 37 posté par : Militant Belge le: 26/11/2008 15:49:49
 
Nous demandons la DEJUDICIARISATION des conflits conjugaux et familiaux !
Avant tout autre chose, nous demandons de veiller d’abord à l’avenir de nos enfants et de motiver les citoyens et les citoyennes pour que cessent les guerres civiles (au sens du Code Civil) entre des parents, qui ont duré depuis plus de 30 ans et qui ont provoqué beaucoup trop de destructions familiales à la suite de conflits conjugaux, conflictualisés à outrance par le système judiciaire mercantile.
 
Peut-on, et/ou veut-on réellement se pencher sur la déjudiciarisation des situations des naufrages des couples, tant pour leurs propres avenirs que pour l’avenir des enfants ?  Car il est trop tard pour les enfants d’hier et ceux d’aujourd’hui, il ne l’est pas encore pour ceux de demain. Nous devons agir si nous sommes humains.
 
Quiconque rencontre un problème de santé ne consulte ni un architecte ni une couturière. S’il le faisait, son comportement évoquerait un désordre mental. Pourtant, dans la très grande majorité des cas, qui rencontre un problème de famille se retrouve précipité dans le monde judiciaire.
 
C’est donc toute la société qui marche sur la tête. Car aussi vrai qu’un parent n’est pas un délinquant ou qu’un enfant n’est pas un usufruit, la vie de famille ne devrait qu’en bien peu de cas se retrouver d’emblée dans les serres des hommes d’affaires (les avocats et les auxiliaires de justice) et dans les affres des conflits judiciaires.
 
Le lobby des gens de loi est très puissant ! Nous aurons la victoire et passant par dessus ce lobby meurtrier. Nous devons avoir plus d’élus politiques qui ne sont pas des avocats, ni des vaginocrates !
 
Michel WILLEKENS
Fondateur - Membre Militant
Réseau International
http://laviedeperes.over-blog.com/
Belgique

Dr J-E Vanderheyden 04/01/2009 15:10


 
La pénibilité des divorces conflictuels.
Apologie pour une prise de conscience sociétale.
 

 
Dr J-E Vanderheyden
Neuropsychiatrie
Fleurus (Belgique)
 
1.        Introduction
 
On admet qu’en Belgique, qu’au moins 20 % des divorces sont conflictuels c’est-à-dire que les ex-partenaires ne pouvant s’entendre de manière consensuelle, confient le règlement de leur divorce à la Justice.  Compte tenu de 30.000 divorces par an en Belgique, ce type de divorce concerne au moins 12.000 ex-partenaires et en moyenne 2 enfants par couple.  On rajoute donc 12.000 enfants et si l’on table sur une durée de procédure minimum d’environ 10 ans, on peut considérer que ce type de divorce concerne au minimum un quart de million de personnes en Belgique, sans tenir compte des collatéraux.  Ceci est donc loin d’être négligeable d’autant plus que toutes ces personnes vont souffrir plus au moins de difficultés psychologiques au long cours.  En effet, toutes les personnes concernées par un divorce conflictuel vont se retrouver « perdantes » sur le plan financier et au minimum psychologique en dehors des avocats, du moins ceux qui mettent de l’huile sur le feu et induisent de longues procédures. De plus la Justice ne peut régler actuellement  ce type de conflit qu’avec plusieurs niveaux de comparution, ce qui ne fait que compliquer les choses (Justice de Paix, 1ère Instance, Tribunal de la Jeunesse, Cour d’Appel, …).  Nous développons ici les complications de ces divorces conflictuels expliquant que toutes les personnes concernées sont effectivement  perdantes contrairement à une vue superficielle des choses mise en avant par certains.
 
2.        Complications
 
2.1. L‘ex-conjoint secondarisé
 
La Justice est bien obligée de prendre décisions lorsque le conflit des ex-partenaires lui est proposé.  Il faut bien décider – et ce n’est sans doute pas facile – de faire partir un des ex-conjoints du domicile conjugal et lui demander de survivre à l’extérieur, ce qui nécessite de retrouver un nouveau logement, voiture, appareillages ménagers,…  rendant donc la vie fort difficile surtout lorsqu’il faut en plus payer une part contributive, voire encore des prêts contractés pour la maison de l’ex-communauté, ce qui peut amener ce conjoint à avoir de grandes difficultés de gestion d’énergie mais aussi de gestion de temps, l’amenant éventuellement  à avoir des difficultés professionnelles au risque de la perte d’emploi (cf. le film Kramer contre Kramer).  Cet ex-conjoint  est secondarisé,  laissé sans appel ni contrôle de la part de la Justice.  En effet, jamais on ne le convoque pour lui demander où en est sa situation, jamais il n’est interrogé sur son évolution.  De plus, il peut être harcelé par son ex-conjoint qui lui met la pression afin de rendre la procédure plus dure en espérant qu’il la laisse tomber…  Il peut aussi être l’objet d’un processus d’aliénation parentale de par ses enfants qui le rejettent, qui l’abandonnent à son triste sort.  Il doit ainsi se battre pour ne pas perdre tous contacts avec ses enfants, réalisant ainsi le syndrome de Jason, secondaire à un syndrome de Médée qui fait tout pour couper définitivement  les liens entre lui et ses enfants.  Ces difficultés financières et relationnelles peuvent évidemment  l’amener à la dépression et au suicide.
 
2.2. L’ex-conjoint privilégié par la décision judiciaire
 
Quant à l’ex-conjoint soi-disant « gagnant » car la Justice lui donne l’hébergement principal des enfants et le bonheur de recevoir une part contributive mensuelle, il est malgré tout   perdant aussi car souvent, il doit vivre de manière monoparentale avec de grandes difficultés à assurer tout seul ou presque l’éducation et le suivi scolaire, sportif, culturel… des enfants.  La psychanalyste française Françoise DOLTO a bien démontré toute l’importance des deux parents pour le bon équilibre d’un enfant même en bas âge.  Cet ex-conjoint perd également son énergie dans la poursuite du conflit ainsi que beaucoup d’argent pour financer sa défense auprès de son avocat alors qu’il a été considéré  comme fragile vu qu’il reçoit une part contributive : dès lors, il existe une grande fragilité financière dont les enfants souffriront également.  Cet ex-conjoint perd également l’équilibre psychologique de ses enfants mêlé de près ou de loin à la dispute parentale  et, donc, le bonheur d’avoir des enfants en bonne santé.  Enfin, il est rejeté en retour par l’ex-partenaire qui se sent mis à l’écart et réagit à sa manière par une coupure de communications, ce qui engendre de gros problèmes d’organisation de la vie, particulièrement  pour les enfants, ce qui n’amène évidemment  pas la paix familiale y compris au niveau des grands-parents et du voisinage.  Enfin, la liquidation du divorce ne se fera pas facilement.  Tout va devenir un problème, même la moindre virgule dans les textes que ce soit au tribunal ou chez le notaire pour la liquidation.
 
2.3. Les enfants
 
Ceux-ci vont d’abord souffrir du manque, au moins partiel, d’un parent et leur éducation s’en ressentira.  Ils vont également souffrir psychologiquement de la séparation.  Il a été démontré que la souffrance d’un divorce est supérieure à celle d’un deuil parental (Rodgers, 1997).    Les enfants sont également souvent pris en otages et manipulés de diverses façons et affublés dès lors sur le plan psychologique  des dénominations suivantes : enfant mercenaire, enfant messager, enfant complice, enfant protecteur, enfant vengeur, enfant écartelé, … Cet enfant vivant finalement l’aliénation parentale comme le seul moyen de sortir du conflit de loyauté, en choisissant son camp !  Enfin, cet enfant est parfois l’objet d’une enquête, fausse ou vraie allégation d’abus sexuel… Quoiqu’il en soit, l’enfant perd beaucoup d’amour et d’équilibre dans ce divorce conflictuel  où il est très mal à l’aise, surtout s’il ne peut pas résister à être impliqué dans la guerre des parents…
 
3.        Propositions
 
3.1.     Etablir dans toute l’Europe l’existence d’un Tribunal de la Famille à la fois compétent pour ce type spécial d’affaires de divorces conflictuels, permettant également la simplification des procédures et l’accélération de celles-ci comprenant que l’urgence empêche trop de déviances ?
 
3.2.     Ce Tribunal sera entouré de divers collaborateurs, particulièrement  psychosociaux (assistante sociale, médiateur, psychologue, …) dont le but sera d’entourer les ex-familles en difficulté en protégeant non seulement mère et enfants mais aussi en parallélisant l’ex-conjoint secondarisé, c’est-à-dire  en le revoyant régulièrement afin de s’assurer qu’il ne trouve pas de difficultés financières et psychologiques.  Ainsi, les décisions de justice seraient rapidement revues pour corriger au mieux les problèmes posés par ce conjoint secondarisé.
 
3.3.     Insister sur la prise en charge  précoce des divorces conflictuels en s’enquérant régulièrement  des complications possibles type aliénation parentale afin d’intervenir de manière efficace.
 
3.4.     Attitude égalitaire et non sexiste en admettant qu’un père motivé peut aussi bien s’occuper de ses enfants qu’une mère motivée !
 
 
* * *
 
 
 
 
 

SOS PAPAS BW - Belgique 04/01/2009 15:07

Collectif des Pères Séparés – SOS Papa Bruxelles - Wallonie
Rapport d’introduction à la problématique des destructions familiales par les dysfonctionnements de la Justice et des Institutions ayant pour cause une discrimination de sexe.
Nous présentons une analyse et des témoignages sur les mécanismes qui peuvent mener des pères de familles dans la pauvreté extrême, et même, à la rue à cause d’une séparation ou d’un divorce.  Huit pères de familles, présents à la réunion de SOS Papa Bruxelles – Wallonie ont connu ce drame, mais ce qui les révolte le plus, c’est de constater que dans notre société, aucune association n’acceptait de soutenir leur combat : c’est un domaine très délicat. Comment peut-on le comprendre ?
En dehors du dédale de situations tout à fait personnelles, il est constaté que bien des pères de familles tombent dans la pauvreté et même à la rue parce que :
1-      lors de la fixation de la pension alimentaire, le juge tient compte des revenus actuels du père, et non de sa situation lorsque le divorce sera prononcé et qu’il ne sera plus chef de famille.
2-      lors de la fixation de la pension alimentaire, le juge tient compte de la demande de la partie adverse sans tenir compte des revenus réels du père ni de savoir comment il pourra vivre (logement décent et vie décente).
Des exemples concrets : Depuis 1994, c’est par centaines de milliers que des pères ont été condamnés à payer des pensions alimentaires exagérées et disproportionnées avec leurs revenus.  Ce qui les a entraînés à la paupérisation, et condamnés à vivre avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, en tant que salariés. Ou bien à la faillite en tant qu’indépendants.  Tous les responsables – délégués syndicaux le confirmeront.  Ils sont tous au courant de ces destructions socioéconomiques.  Nous avons TOUS, des connaissances, des amis, des voisins, ou de la famille vivant dans ces conditions indécentes.  Dans les deux cas de figures (1 et 2) ci-dessus, il est très difficile de faire baisser le montant des pensions alimentaires. On peut citer des cas où il fut constaté que des pères avaient payé de 15.000 à 50.000 € en trop de pension alimentaire sur une période de 5 à 8 années, alors qu’ils devaient émarger du CPAS pour leur permettre de vivre de l’aide sociale (seuls revenus insaisissables intégralement) durant cette même période de 5 à 8 ans. Le CPAS aurait pu les aider à faire diminuer – le plus rapidement possible ces pensions alimentaires impossible à payer normalement.
Le fonctionnement actuel de la magistrature fait que les rémunérations des avocats sont plus importantes en cas de prononcé de divorce pour cause déterminée (en invoquant le plus souvent de fausses allégations) que si les couples divorcent à l’amiable.
Pour l’avocat de l’épouse (ou du conjoint, partie demanderesse - accusatrice) le fait de porter de fausses allégations contre l’époux (ou le conjoint - défendeur- accusé) est un motif réel d’enrichissement grâce au divorce pour cause déterminée. En effet, des pères ont dépensé 25.000 € 35.000 €, voire plus, sur une période de 8 à 15 ans, pour arriver finalement à tout perdre ! La perte de leurs maisons, de leurs enfants, de leurs patrimoines, et souvent de leurs emplois.  Alors qu’un divorce non conflictualisé coûte relativement peu et résolu assez rapidement.
La stratégie habituelle pratiquée par de nombreux avocats se déroule en cinq temps :
1-      Demander l’expulsion immédiate des pères de familles. Ceux-ci sont expulsés en raison d’accusations, sans que la justice ne s’inquiète du bien-fondé des accusations de la mère, ni du désarroi des enfants privés d’un père attentionné ;
2-      Le rituel du divorce conflictualisé est de porter des allégations fallacieuses telles que les violences du père à l’égard de la mère ; du déséquilibre psychologique du père ainsi que d’actes de violences de la part du père et de faits de meurs sur les enfants.  Dès lors, la garde des enfants est octroyée d’office à la mère, en évoquant la violence et des troubles psychologiques chez le père.  Ce qui entraîne la perte définitive de la relation père / enfant ; ainsi que la privation de liberté d’autrui (son droit à exercer ses devoirs familiaux) qui est compromise de façon statistiquement significative, et ce sur un critère d’appartenance sexuelle, pour se conformer à des décisions conditionnées surtout par idéologie.  En Belgique l’on dénonce qu’il y a 200.000 enfants privés de relations avec leur père.  On dénonce officiellement, dans les médias, qu’il y a 20.000 plaintes annuelles pour non présentations d’enfants (selon nous, à plus de 95 % par les mères) dans le cadre du droit aux relations personnelles parent/ enfant.
3-      Exigence d’une compensation financière pour rupture du contrat de mariage causé par le manquement grave aux clauses du contrat de mariage pour éviter, par cette procédure, toute tentative de médiation ou de séparation / divorce par consentement mutuel.
4-      En vue de compensations financières supplémentaires, alléguer des contraintes supplémentaires et des tracasseries pour l’épouse (déplacements supplémentaires, scolarité, sports, etc.)
5-      La manipulation des enfants par la mère en empêchant les enfants de voir leur père. Le père est diabolisé aux yeux des enfants.  Ce qui entraîne un meurtre psychique.  Les enfants tuent virtuellement leur père en prenant le parti de leur mère.  Cette forme de manipulation est considérée, par des spécialistes, comme étant une maltraitance extrême à l’égard des enfants, dont beaucoup sont désorientés, démotivés, perturbés, traumatisés et risquent de devenir psychotiques et/ou pervers.  Des spécialistes militants, collaborant avec le « Collectif de Pères Séparés », peuvent apporter plus de précisions scientifiques en leurs qualités diverses : psychologue, médiateur familial, médecins spécialistes, neuropsychiatres, neurologue, psychiatres, et psychanalystes.  C’est une atteinte grave aux Droits et à la Protection de l’Enfant.
L’atmosphère générale de la société et des médias n’est en général pas en faveur des hommes. Au contraire l’homme est toujours et continuellement diabolisé lors des conflits conjugaux ou familiaux.  Lorsque l’on parle de violences conjugales, c’est toujours l’homme qui en est accusé.  Jamais on ne parle de violences conjugales, tant physiques que psychologiques, de la part des femmes à l’encontre des hommes.  Les hommes n’en parlent pas, en raison de leur honte. C’est la honte de l’échec et c’est la honte de parler de choses intimes. En fait, des milliers d’hommes sont violés et spoliés et ils se taisent.
En résumé
Lors des séparations / divorces conflictualisés, pour les hommes, les conflits conjugaux sont trop intimes pour en parler, car il y a trop d’accusations honteuses à leurs égards. Donc les hommes n’en parlent pas !  Ils subissent et ils ont honte de leurs échecs.  Ils perdent alors toute estime d’eux-mêmes.  De plus, en ce qui concerne les conflits conjugaux et familiaux, l’opinion publique diabolise les hommes et fait preuve de pitié à l’égard des femmes !  On a bien vu le cas de Nivelles où cette mère égorgea ses 5 enfants. L’opinion publique eut cette réflexion, en ce sens : « Qu’est-ce qu’elle a dû endurer avec son mari, et avec ce médecin, et souffrir, pour en arriver à vouloir tuer ses 5 enfants ? ».  Mais lorsqu’un père désespéré, décide de monter sur le toit de son immeuble le 1er Août 2008, en menaçant d’y bouter le feu pour dénoncer, aux Médias, une grave injustice à son égard : lui ôter son enfants, sous prétexte de fausses accusations… on le qualifie de déséquilibré mental. Et si l’on veut aussi donner d’autres exemples d’autres actes de désespoirs du 6 Août 2008 de cet homme, perché sur un pylône, privant des villages d’électricité en province d’Anvers.  Tout comme l’exemple de cet homme qui, le 15 août 2008, a menacé de se faire sauter avec sa maison ou d'y mettre le feu à Averbode dans le Brabant flamand.  Et encore, ce Samedi 16 août 2008, un homme se barricade à Châtelet (près de Charleroi) en menaçant d’utiliser une arme a feu.  Faut-il citer tous les autres drames de désespoirs qui furent, précédemment, et après, relatés dans la presse ?  Il suffit alors de leur demander de nous indiquer tous les « Cas individuels » de ces drames occasionnés par les désespoirs des pères, depuis 15 ans.  N’est-ce pas cette violence institutionnelle indescriptible à priver les pères et de leurs moyens d’existence et de leurs enfants qui les poussent à ces actes de désespoirs ?...  Alors qu’ils sont tous qualifiés de forcenés et atteints de troubles psychologiques ?…  Personne ne s’inquiète de savoir pourquoi ils ont provoqué ces drames dus à des désespoirs à la suite de séparations aboutissant à leur destruction socioéconomique et celle de leurs enfants, donc des familles.  
Lorsque l’on constate une destruction familiale, massive, à grande échelle, l’on peut alors parler d’un génocide social !  Car l’on conduit l’homme à la mort sociale et économique et parfois physique (suicides) parce qu’il est du sexe masculin, donc par idéologie.  Cet appauvrissement et cette destruction constituent de sérieuses menaces pour l’avenir du Pays.
Dans la guerre civiliste (au sens du code civil et non du code pénal) entre parents, lors des conflits conjugaux de séparations / divorces et lors d’actes dramatiques, c’est la mode (idéologie) pour qualifier les hommes de forcenés, de déséquilibrés, de violents,… alors qu’en réalité, ces hommes sont désespérés en raison des atteintes à leur dignité.  Quand notre justice donne tout à la femme et qu’elle ôte tout aux hommes lorsqu’ils sont pères de famille, les mas médias devaient préciser que ces hommes doivent faire face à une situation incommensurable et qu’ils sont perdus, dépassés, submergés dans le cadre de la gestion actuelle, parfaitement inhumaine et asociale, des séparations parentales.
Au cours de cette guerre « civile » entre parents, ces drames sont relatés par la Presse comme étant des crimes et des suicides perpétrés par des forcenés ou par des déséquilibrés ; alors que si ces hommes « Diabolisés » avaient su qu’ils ne perdraient pas leurs enfants (dans les séparations) les réactions de ces pères auraient été bien plus intelligentes, bien moins agressives et nihilistes.
Nos besoins auxquels répondre :
En 30 ans de montée en puissance des séparations parentales, la judiciarisation de ce phénomène sociologique -- novateur dans l’histoire de l’humanité occidentale depuis 2.000 ans – est aussi montée en puissance, mais de façon artificielle et trop souvent conflictualisante.  Cette judiciarisation n’est jamais parvenue à endiguer les profondes souffrances induites et les inadaptations trop souvent flagrantes des décisions des tribunaux à l’égard des familles.
La problématique humaine fondamentale des séparations reste d’abord un problème intime, ensuite un problème social, puis un problème politique, puis un problème juridique, et enfin, au moment où il le faut, un problème judiciaire.  
Il n’y aura jamais de solution sociale satisfaisante si on l’on persiste à ne l’appréhender que d’une manière judiciaire.
Nous demandons de ne plus être forcé prioritairement à être guidés autoritairement par des textes ou par le conformisme de chambre familiale, régentant ou normalisant notre intimité familiale, et au nom d’affirmations psychanalytiques.  Nous voulons plutôt prioritairement être aidés à conquérir nos libertés parentales dans une société solidaire, fraternelle et mixte.
Ont participé à l’élaboration de ce rapport : Alain, Aziz, Jean, Jean-Marie, Michel, Philippe, Zoubir.
12/09/08
Remarque additionnelle :
 
En Belgique, sur base de la réalisation de deux réunions d’il y a quelques années, baptisées pompeusement Les États Généraux des Familles, le secrétaire d’Etat à la Famille veut créer un Tribunal de la Famille, alors que l’État n’en a pas les moyens. En effet, il faudrait attendre au moins 50 ans pour que les réglementations et les lois (en matière du droit des familles) soient appliquées dans les tribunaux ! En effet, nos droits fondamentaux ne sont même pas appliqués, mais bien violés tous les jours, des milliers de fois, en Europe !
 
Or, au cours de ces deux séances des États Généraux des Familles, les plus graves problèmes de destructions des familles, et pourtant dénoncés par des militants n’ont pas été repris dans le rapport final. En effet, au terme de ces rencontres, un livre */ fut édité mais nulle part il ne mentionna tout ce que nous dénoncions à propos des éléments les plus graves qui -- et c’est une première depuis 2.000 ans de civilisation -- détruisent des milliers et même des millions de familles au cours des 30 dernières non « glorieuses » de cette époque contemporaine.
Contrairement à ce que prétend ce rapport… il n’est aucunement le reflet de la vie quotidienne des familles ! Il s’agit, de fait, d’une imposture politique intolérable dans une société qui se prétend démocratique et défendant les plus faibles !
 
Pour terminer, je cite Pascal DAZIN, Médecin Social, Président de l’Alphabet du respect des Enfants :
« Quiconque rencontre un problème de santé ne consulte ni un architecte ni une couturière. S’il le faisait, son comportement évoquerait un désordre mental. Pourtant, dans la très grande majorité des cas, qui rencontre un problème de famille se retrouve précipité dans le monde judiciaire.
C’est donc toute la société qui marche sur la tête. Car aussi vrai qu’un parent n’est pas un délinquant ou qu’un enfant n’est pas un usufruit, la vie de famille ne devrait qu’en bien peu de cas se retrouver d’emblée dans les serres des hommes d’affaires (les avocats et les auxiliaires de justice) et dans les affres des conflits judiciaires. »
 
Michel Willekens
 
Cofondateur de SOS Papa
Régions Bruxelloise et Wallonne
http://sospapa.babelleir.be/
_______________________
*/ Familles plurielles www.lesfamilles.be Éditions Luc PIRE – ISBN 978– 2–87415–769-1–342 pages–2007
 

By Peter van de Voorde 04/01/2009 14:44

'DEADBEAT' GOVERNMENTS ASLEEP AT THE WHEEL!
Peter van de Voorde - October 2008
In matters that demand urgent action, 'deadbeat' governments of the western democracies have become the masters of inaction. For many years these inept governments have allowed the cowboys, bullies and psychopaths of the International finance industry to run amok and dictate how the system operate.  The predictable result has seen the collapse of the global financial system and the destruction of the financial security of millions of hard working people around the world. Suddenly we witness a panic-stricken reaction by these same 'deadbeat' governments whose ignorance and inaction caused this disaster in the first place.       
There are other areas of concern that have also continued to be ignored and will undoubtedly cause much social upheaval in the future. The subject of social justice is something governments pay much lip service to, but ultimately results in very little action on the ground. One of the greatest areas of concern is the way western governments have mishandled the complex issues surrounding Family Law. Again we witness how the cowboys, bullies and psychopaths of the lucrative divorce industry, have been allowed to take control and run riot for decades. Yet again we see the lives and future of many millions of innocent men, women and children around the globe, destroyed in the process.
Following thirty five years of unimpeded, relentless growth of the International Family Law industry and its mercenaries, we are now starting to see the horrific ramifications of long term widespread International government ignorance and inaction. Many millions of decent, responsible parents and other loving family members are forcibly being removed from their biological children against their will around the globe, at levels that meet the criteria of a pandemic.
One of the problems here is that of the sophisticated brainwashing that has been inflicted on the unsuspecting media, public, bureaucrats and politicians alike. Apart from some tokenism, Governments generally have chosen not to receive policy advice on Family Law matters from credible independent sources. Rather, they seek guidance from their own self-interested bias bureaucracies and senior advisers, or from the family law industry itself. No matter how accurate it may be, cautious and politically in-correct family law advice is not welcomed by governments in the western democracies, nor is it widely reported.
There are other reasons too, why the public hears so little in detail from those who approach family law issues rationally. The so-called family law 'experts' who dominate the debate, do so in a self serving manner, which has nothing to do with delivering justice and equality, but everything to do with maintaining the status quo. Operating intensely on several fronts, most are to do with the intimidation of those speaking out, and the withholding of information, in order to stifle debate.
Firstly, most government employees are gagged from making public comment on contentious issues. Governments prefer to employ government agencies, and making use of their own in house public relations experts, to craft carefully tailored manipulative press releases.
Secondly, researchers are under intense pressure to conform to the prevailing paradigm of feminist propaganda and alarmism, if they wish to receive funding for their research.
Thirdly, self-serving members of the establishment who have a vested interest in maintaining the current badly flawed family law industry, continuously speak in declamatory terms about those who dare to challenge them. The broader community and the mainstream media unquestionably accept this melodramatic propaganda as fact.
Fourthly, we see the suppression of important information on the operations of the family courts, child support agencies and the health profession, which would expose the gross injustices of the system and the horrific effects of the systematic persecution of its victims.
This secrecy gives great cause for community concern. The question that needs to be asked is, why is this information kept secret from the community? What are they hiding? Why are they so afraid? Why are more questions not being asked in our parliaments? This is the same 'deadbeat' governmental ignorance and ineptitude, that brought about the collapse of the global financial system.
Our Governments urgently need to recast the sources from which it draws its advice on family laws. The shrill alarmism of its public advisers, and the often fundamentalist feminist policy initiatives, bubbling up from the depths of the civil service, have all long ago been detached from reality. The international family law industry is an obscene collection of self interest groups, hell bent on ripping as much of the financial resources of unsuspecting separating parents as possible, as acknowledged in a plethora of reports. Every one of the many artificial remedies put forward by successive governments, have proved a costly failure and a complete waste of time and resources. Clearly, the wrong horses are being backed.
Myth making government spin doctors have been elevated to god like status, and their deceitful mythical rhetoric is promoted as gospel and used by those who are benefiting from their ill-gotten gains stripped from separating families. Only a handful of investigative journalists have taken the time to seek out the truth, as these stories tend to be viewed as being politically in-correct and unfashionable, and are not easy to sell in the current climate. 
As mooted recently by so many around the globe, perhaps the time has come for the governments of the western democracies, to start sourcing their family law policy making information, from those in the community who are the most disadvantaged and suffering the worst excesses of cruelty from those at the centre of the present debacle. Continuing to source this information from those that are profiteering from this gross travesty of justice, and who themselves are the perpetrators, shows an alarming lack of governmental understanding of the complex issues at hand.
If this enlightenment of our legislators and the media were to occur, then at least, there is the possibility that some real solutions are likely to emerge for breaking the current impasse. This gross betrayal of public trust by so many in positions of influence, makes the great and pretentious look very small and impotent. In fact in the complex area of family law, our political legislators continue to perform in a manner commensurate with those lacking the intellectual aptitude to count to ten.
The voices of reason are as thin on the ground as a cold beer in the middle of the Sahara. How much longer are we going to tolerate this holocaust of our cherished family bonds with our children? How much longer do we continue to sit back and silently accept the propaganda put out by the spin doctors employed by our 'deadbeat' governments?
What can you as an individual do to bring about change?
We can do much, particularly since historically, nothing this unjust is sustainable and therefore change is inevitable. However this problem is not going to resolve itself, and we can see how inept governments are, at solving complex problems. So it is up to us, first and foremost, to start driving the debate and setting the agenda.
Ignorant politicians are drawn from an ignorant community, so we cannot expect our current crop of politicians to provide the answers, it is wholly and solely up to all of us to educate the community. There are many ways an informed community can send the strong message to our politicians, that 'we will no longer tolerate the state forcibly removing children from the love, care and protection of responsible parents'. It is possible,
PLEASE THINK ABOUT IT!
Peter van de Voorde, is a presenter, researcher and co-producer, of popular weekly radio program 'DADS ON THE AIR, AUSTRALIA' www.dadsontheair.net
Kind Regards
Peter van de VoordePresenter and ResearcherDADS ON THE AIR, AUSTRALIAwww.dadsontheair.net dotafeedback@gmail.com+61 4286 48691 Singer,Songwriterhttp://www.justisrecords.com.au/stolen.asp

CLVDP 25/12/2008 16:23


Responsables SYGAPA

Spitalas Nicolas Πρόεδρος ΣΥ.Γ.Α.Π.Α.
Elia Horeftaris (Macedonia) ΣΥ.Γ.Α.Π.Α. Θεσσαλονίκης
Dimitris Katsimanis (Greece) ΣΥ.Γ.Α.Π.Α. Βέροιας
Réseau Parental Europe Child protection and Parental support FRANCE
Benoît Van Dieren Organization Separation.be
Michel Willekens Collectif La Vie de Pères, Belgium 
Yvon Dallaire Psychologue, Sexologue, author
Kerim Maamer Centre Des Droits Parentaux, Belgium
Jeremy Swanson (Ottawa, ON) Father Activist, Canada
Steve Bayliss (Wales) Fathers 4 Justice, Wales
Giorgio Ceccarelli Associazone Figli Negati, Italy

Will 25/12/2008 15:10

Ο Σύλλογος για την Ανδρική και Πατρική Αξιοπρέπεια - ΣΥΓΑΠΑ
L'Association pour les hommes et la dignité paternelle – SYGAPA
The Association for Men and paternal Dignity - SYGAPA
 
Ο Σύλλογος για την Ανδρική και Πατρική Αξιοπρέπεια (ΣΥ.Γ.Α.Π.Α.) ιδρύθηκε επίσημα με απόφαση δικαστηρίου τον Μάρτιο 2005. Απέκτησε πάνω από 23000 μέλη, δύο γραφεία (Θεσσαλονίκη, Αθήνα) και δραστηριοποιείται σε 25 ελληνικές πόλεις. Έγινε κίνημα για την υπεράσπιση των δικαιωμάτων του πατέρα και του παιδιού.Ερευνούμε την άνιση μεταχείριση, την ανάδειξη προβλημάτων και νομική προστασία για τα παραπάνω θέματα και θέματα παρενόχλησης ή κακοποίησης, σχέσεις ζευγαριού, νομική και ψυχολογική στήριξη παιδιού και πατέρα μετά από διαζύγιο.
 
L'Association pour les hommes et la dignité paternelle (SY.G.A.P.A.) a été officiellement établie par un tribunal en Mars 2005. Acquis plus de 23.000 membres, deux bureaux (Thessalonique, Athènes) et exploite dans 25 villes grecques. Fait mouvement pour défendre les droits du père et l'enfant. Enquêter sur l'inégalité de traitement, d'identifier les problèmes et de la protection juridique pour les questions ci-dessus et les questions de harcèlement ou d'abus, les relations couple, juridique et soutien psychologique des enfants et le père après le divorce.
 
The Association for Men and paternal Dignity (SY.G.A.P.A.) was formally established by a court in March 2005. Acquired more than 23,000 members, two offices (Thessaloniki, Athens) and operates in 25 Greek cities. Done movement to defend the rights of the father and child. Investigate the unequal treatment, to identify problems and legal protection for the above issues and issues of harassment or abuse, couple relations, legal and psychological support child and father after divorce.
 
Σύλλογος για την Ανδρική και Πατρική Αξιοπρέπεια (ΣΥ.Γ.Α.ΠΑ. )
Α.Φ.Μ. 998974651 Β' Δ.Ο.Υ. Θεσσαλονίκης Αρ. Έγκρισης Πρωτοδικείου Θεσσαλονίκης 10085/2005. Αρ.Τραπεζ. Λογαριασμού για Συνδρομές - Εισφορές κλπ. ΕΘΝΙΚΗ ΤΡΑΠΕΖΑ ΕΛΛΑΔΟΣ 213/480139-35, ΙΒΑΝ GR33 0110 2130 0000 2134 8013 935 ΚΩΔ. SWIFT ΤΡΑΠEΖΑΣ-BIC ETHNGRAA
 
Men's Association pour la dignité et paternelle (SY.G.A.PA.) N ° de TVA 998974651 B "bureau de l'impôt Thessalonique Thessalonique Cour d'approbation n ° 10085/2005. Ar.Trapez. Compte pour les abonnements - Contributions etc Banque Nationale de Grèce 213/480139-35, IBAN GR33 0110 2130 0000 2134 8013 935 CODE. SWIFT ΤΡΑΠEΖΑΣ-BIC ETHNGRAA
 
Men's Association for Dignity and paternal (SY.G.A.PA.) Vat No. 998974651 B 'Tax office Thessaloniki Thessaloniki Court Approval No. 10085/2005. Ar.Trapez. Account for Subscriptions - Contributions etc. NATIONAL BANK OF GREECE 213/480139-35, IBAN GR33 0110 2130 0000 2134 8013 935 CODE. SWIFT ΤΡΑΠEΖΑΣ-BIC ETHNGRAA
http://www.facebook.com/notifications.php#/group.php?gid=6965054543&ref=mf

Will 16/12/2008 23:42

MEN’S AND FATHER’S DIGNITY
THESSALONIKI :Fraggon 19, CP 54828, tel:++2310524285, Fax : ++2310524319,
ATHENS: tel: ++2106411977 / Fax: ++2106411997
DRAMA: tel: ++2521034910
CENTRAL SITE: www.sos-sygapa.eu
SYGAPA 2 (VEROIA) : www.olganos.blogspot.com
SYGAPA 3 (ALEXANDROUPOLIS): http://sygapalexandroupolis.blogspot.com
SYGAPA 4 (PATRAS): http://sygapapatras.blogspot.com
SYGAPAFRANCE: http://sospapagrecs.over-blog.com
PATERAS (FATHER): http://pateras.pblogs.gr
FORUM: http://groups.yahoo.com/group/goneas2005
groups sygapa:
FACEBOOK
MYSPACE
ZORPIA
HI.5
forum : http://groups.yahoo.com/group/goneas2005
INTERNATIONAL OBSERVATORY FOR ALIENATION:: http://internationalienation.blogspot.com/
 
PETITION: http://www.ipetitions.com/petition/greekfamilylaw/
 
ALL VIDEOS AND ASSOCIATIONS OF THE WORLD: http://internationalienation.blogspot.com
 
PROGRAMME DU CONGRES:
 
VENDREDI 2 JANVIER 19HEURES: LOCUTIONS POLITIQUES ET LOCALES – PREFECTURE DE DRAMA AMPHITHEATRE, EXPOSITIONS, VIDEOS HOTEL XENIA
SAMEDI 3 JANVIER 9H30 – 15HEURES AMPHITEATRE DE PREFECTURE – REPAS – 16H30-20HEURES HOTEL XENIA
DIMANCHE 4 JANVIER 9H30-14H30 AMPHITHEATRE PREFECTURE – REPAS – 17HEURES-18HEURES HOTEL XENIA
DIMANCHE 4 JANVIER 18HEURES-21HEURES HOTEL XENIA ORGANISATIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES – REUNIONS D’ACTIVITES
LUNDI 5 JANVIER: PROJECTIONS – MEDAILLES – EXCURSIONS - DEPART
 
REPAS: 8 EUROS, CHAMBRE A L’HOTEL XENIA (5 ETOILES) AVEC PETIT DEJEUNER: 30+30 = 60 EUROS CHAMBRE A DEUX LITS

Présentation

  • : Le blog de la Vie de Pères
  • Le blog de la Vie de Pères
  • : Droit fondamental des parents, des enfants, à un logement suffisant, à la dignité humaine…
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives